RemonterDescendre



 
Le Galion
http://www.wikio.fr
Forum Optimisé pour
Firefox

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Proverbe du jour

« Les médisants ressemblent aux malheureux qui n'ont pas eu leur part d'événements et doivent mener aux dépens de leurs voisins une existence parasitaire. »

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
La devise

Pirate un jour,pirate toujours.
Sujets les plus vus
Scoops , Potins , et autres News..
Les Anges de la TV Réalité 4 "CLUB HAWAI"
Qui.... veut quoi???
News,potins..
Le choc des héros
Le choc des héros
Le choc des héros
Dilemme
Topics Candidats
Le jeu des smiley's et émoticônes!
The Galion


PageRank Actuel

Partagez|

L'Actu politique vu par le Galion..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 15 ... 29  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 15:55

Meeting François Hollande : "L'égalité, ce n'est pas l'assistanat, c'est la solidarité"
Ce dimanche au Bourget, les principaux responsables et personnalités de la famille socialiste, dont l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, les patrons des fédérations départementales et de nombreux invités sont attendus au premier plan, dans le parterre. Parmi eux, Yannick Noah, qui doit jouer en concert avant la prise de parole du candidat. Son également annoncés le chanteur Benjamin Biolay, Mazarine Pingeot, Christian Lacroix, l'ancien compagnon de Claude Chirac et ex-judoka Thierry Rey, Pape Diouf (ex-patron de l'OM), le producteur et acteur Dominique Besnehard ou encore Olivier Poivre d'Arvor... Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, est attendue au premier rang.

15h11. François Hollande entre en scène et commence son discours.

15h05. Bain de foule pour François Hollande qui s'apprête à monter sur scène. Le candidat est acclamé.




L'Actu politique vu par le Galion.. 1823656_bain-de-foule
15h00. Un film sur le parcours de François Hollande est projeté. On y voit le candidat au côté de Jacques Delors, sur les bancs de l'Assemblée nationale, avec l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, en campagne ou auprès des militants. Un portrait est ensuite diffusé.

14h58. Le chanteur Benjamin Biolay discute avec Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, au premier rang.

14 h 57. «Un message personnel» de l'acteur Denis Podalydès. «Il est plus que temps de jouer un président de la République François Hollande» ironise le sociétaire de la Comédie française qui a incarné le candidat Nicolas Sarkozy dans le film «La conquête».

14h54. «Donne moi une vie, un espoir, une envie ...» chantonne Yannick Noah devant une foule en délire.

14h42. Yannick Noah, pieds nus sur scène, comme à son habitude, se lance dans un second morceau «Angela», une autre de ses chansons les plus connues. «Je suis très fier d'être là. Bonne chance à notre chef» lance Yannick Noah avant de chanter sa troisième chanson «Je suis métisse».

14h39. Yannick Noah entre en scène. L'ex-tennisman entame son tube «Aux arbres citoyens» après une entrée sur scènes sous les applaudissements fournis du public.

14h38. Gérard Darmon est au premier rang, parmi d'autres artistes présents.

14h30. «Plus de 25 000 personnes.» C'est Laurianne Deniaud, conseillère jeunesse de François Hollande – qui a fait de ce thème l'une de ses priorités - qui ouvre les festivités. «Nous sommes plus de 25 000 personnes dans cette salle pour soutenir notre candidat à la présidentielle, François Hollande.» «A nous aujourd'hui d'être dignes de cette grande et belle histoire et de donner bientôt un président de gauch à la France», conclut-elle.

14h28. Laurent Fabius est au premier rang.

14h23. «La ferveur est au rendez-vous au Bourget» assure Bernard Cazeneuve, le porte-parole de François Hollande, sur son compte Twitter.

14h25. La star Noah. Invité surprise de François Hollande, l'ex-tennisman Yannick Noah apparaît sur les écrans et met la salle en émoi.

14h19. Les personnalités s'installent. L'ancien Premier ministre Lionel Jospin, le troisième homme de la primaire, Arnaud Montebourg ou encore la première secrétaire du PS, Martine Aubry, sont ovationnés dès qu'ils apparaissent sur les écrans géants.

14h05. Pécresse accuse Hollande de copier Sarkozy. Comme on lui demande, en tant qu'invitée du «Forum» Radio J, si elle a le sentiment que Françoise Hollande était «obsédé» par le président Sarkozy, Valérie Pécresse a répondu : «Oui bien sûr, il le copie là. (...) Il est en train d'essayer de faire son discours du 14 janvier» 2007. Nicolas Sarkozy avait été triomphalement investi candidat de l'UMP le 14 janvier 2007 lors d'un congrès de l'UMP, porte de Versailles à Paris.

14h01. Plus soudés qu'en 2007? Ségolène Royal, la précédent candidate du PS à la présidentielle et ex-compagne de François Hollande, juge, sur BFM TV, que «ce qui est remarquable ici c'est le rassemblement, celui qui avait manqué en 2007». «C'est le démarrage de la levée de la force citoyenne autour de notre candidat», s'est-elle félicitée.

13h28. Marine Le Pen ironise. «Moi, je fais un grand meeting tous les dimanches, jusqu'au premier tour», moque devant la presse la candidate FN à la présidentielle, qui organise son propre meeting dimanche à Bordeaux. Mais contrairement au candidat socialiste, «je ne le fais pas à l'Américaine (...) il n'y aura pas 32 caméras, 18 grues... et Euro RSCG derrière moi», lance-t-elle.

12 heures. Bruno Le Maire, sceptique. Le ministre de l'Agriculture, dit, sur France 3, ne rien attendre de la grand-messe du Bourget : «J'ai peur que ce soit à nouveau beaucoup de bruit pour rien, des grandes paroles qui sonnent creux.»

11h09. «Le lancement de la dernière ligne droite», selon Martine Aubry. «C'est un grand jour pour la France, on est tous réunis c'est le lancement de la dernière ligne droite», déclare à la presse la Première secrétaire du PS à son arrivée au Bourget pour la réunion des quelque 2 000 cadres du parti et candidats aux législatives, précédant le grand discours du candidat PS à l'Elysée. «François Hollande va parler aux Français de la France, des valeurs qui ont été oubliées, de la façon de lui retrouver un avenir et donc de redonner l'espoir aux Français», promet-elle. «C'est un très beau jour pour les socialistes, pour la gauche et pour tous ceux qui veulent le changement en mai prochain», lance-t-elle.
LeParisien.fr
Anonymoussugar.b L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 15:58

Le meeting de Hollande au Bourget - EN DIRECT (suite)

16H40 - FRANCOIS HOLLANDE TERMINE SON DISCOURS, APRES PRES D'UNE HEURE TRENTE SUR LA SCENE DU BOURGET. Epuisé et visiblement satisfait, en nage mais toujours très droit dans son costume marine, il chante la Marseillaise à l'unisson avec la salle. Il est entouré de jeunes sympathisants socialistes. S'en suit un bain de foule réglementaire, où il ne cesse de serrer des mains et d'embrasser tous ceux qui se massent autour de lui. Passage obligé, Hollande vient saluer les ténors du PS, qui l'ont chaudement applaudi.

16H38 - Crescendo final - Hollande cite le dramaturge anglais Shakespeare: "Ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé par le rêve. Et bien nous réussirons par ce que nous commencerons par le rêve!. Il appelle à "une France de la justice. Une France de la solidarité, une France du civisme, une France de la diversité. Français, c'est le plus beau nom que l'on puisse donner à un citoyen du monde. Le changement c'est maintenant, le redressement c'est maintenant, l'espérance, c'est maintenant. La République, c'est maintenant".

16H27 - Justice partout - "Je ne me poserai qu'une seule question, avant toute réforme, avant toute décision: est-ce que mon propos est juste? Seule la justice doit guider notre action", promet Hollande. Dans sa vision à la tête de la France, "le quinquennat s'ouvrira sur des réformes de structure": emploi, logement, santé. Hollande monte ensuite au créneau sur l'échec scolaire et la création nécessaire de 60.000 postes supplémentaires d'enseignants. "On me dit que c'est trop. Moi je réponds que ce n'est pas assez".

16H13 - Egalité chérie - Hollande fait un développement passionné sur l'égalité, abordant les logements sociaux, la sécurité sociale et la santé. Il scande "l'égalité" comme un refrain, il pousse sa voix, une voix sure et forte, qui commence à s'érailler. Hollande ne baisse pas le ton et poursuit avec sa voix cassée.

16H10 - Autre tacle - Bruno Jeudy, le rédacteur en chef du Journal du Dimanche, ne rate pas non plus Hollande après sont développement sur l'Europe: "Faiblarde et pas très concrète la partie européenne du discours. Des intentions mais quel contenu au niveau traité européen?"

16H05 - Croche pied - Lionel Tardy, député UMP de la 2e circonscription de la Haute-Savoie et l'un des parlementaires les plus actifs de la blogosphère, rebondit sur le champ: "François Hollande tape sur les agences de notation, dont il revendiquait le jugement il y a une semaine..."

15H57 - Haro sur la finance et les chimères - Hollande fait une saillie contre la finance mondiale, sa voracité pour les plus-values et sa déconnection de l'économie réelle. Il évoque une taxe sur les transactions financières, la création d'euro obligations souveraines, et aussi une nouvelle politique commerciale en Europe. "Ce qui manque à l'Europe, c'est du mouvement. Vers une Europe de croissance, de solidarité, de protection. Avec l'Allemagne et avec les pays qui voudront nous accompagner". Il s'enflamme aussi contre "la chimère d'une industrie sans usines" et les délocalisations à tous crins.

15H45 - "Rien ne m'a été donné" - Sur son compte Twitter, Bruno Jeudy, rédacteur en chef du Journal du dimanche, revient sur cette petite phrase lâchée par Hollande. "Rien ne m'a été donné... Une phrase qui rappelle le Sarkozy de 2007... Beau couplet sur la résistance corrézienne". De son côté, Alexandre Lemarié, journaliste au Monde.fr, ironise sur les propositions de Hollande au sujet du mandat et des indemnités de président de la République: "Sympa pour Jospin, pour Aubry, à qui il reprend le non-cumul des mandats et la baisse du salaire du président et des ministres".

"Je suis prêt"

15H41 - Mazarine - Dans la foule, Mazarine Pingeot, la fille de François Mitterrand, est aux côtés des cadres du PS et applaudit Hollande, souriante.

15H36 - Déclaration - "Celui que vous voyez ici, c'est ce que je suis", affirme le candidat socialiste. "Je veux conquérir le pouvoir, mais je ne suis pas vorace. Je veux en voir l'utilité. Je suis placide. Je suis constant dans mes choix. Je prends chaque regard comme une attente, chaque sourire comme une chance".

15H30 - Un visage fermé - "Aujourd'hui, c'est moi qui porte vos espoirs!", s'exclame Hollande à l'issue d'une tirade passionnée. Tonnerre d'applaudissements. Gros plan sur le premier rang, où les caciques du PS sont debout. On voit Lionel Jospin, grand perdant du premier tour de la présidentielle de 2002, qui avait vu Jean-Marie Le Pen qualifié pour le second tour, applaudir Hollande, un sourire s'esquissant à peine sur son visage fermé.

15H21 - "Beaucoup de bruit pour rien" - Le ministre de l'Agriculture et chargé de l'élaboration du projet présidentiel de l'UMP, Bruno Le Maire, craint que cette grand-messe du Bourget ne soit "beaucoup de bruit pour rien". "Je vais écouter, je vais regarder ce qui est proposé. Ce qui m'intéresse, c'est que François Hollande sorte enfin du bois, sorte enfin de la dissimulation pour présenter des choix clairs. Je n'ai pas vu une seule proposition cohérente" depuis que Hollande est en campagne, a-t-il dit sur France 3.

15H17 - Hauteur, dignité - "J'ai conscience de la tâche qui est la mienne. Je suis prêt à assumer cette responsabilité", scande-t-il. Hollande parle de la "hauteur" et de la "dignité" de la fonction de président. "Je suis prêt". Il martèle aussi être "viscéralement attaché à la laïcité".

15H12 - A l'américaine - Long passage par la foule, embrassades, musique à plein volume, le meeting de Hollande est inspiré des show de campagne à l'américaine. "Je suis venu vous parler de la France qui souffre, mais aussi de la France qui espère". "Une page est en train de se tourner. Et la France de demain, nous sommes en train de l'écrire". Clameurs.

15H07 - FRANCOIS HOLLANDE ENTRE DANS LA SALLE SOUS LES CLAMEURS DE SES MILITANTS. IL TRAVERSE LENTEMENT LA FOULE. DECONTRACTE ET SOURIANT, IL SERRE DES MAINS, EMBRASSE LES MILITANTS DU PREMIER RANG ET SALUE DE LA MAIN CEUX QUI SONT PLUS LOIN.
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 16:16



BFMTV
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 16:20

Sugar je viens de regarder sur LCP , c'était plutôt réussi
quant à : "Bruno Le Maire, sceptique. Le ministre de l'Agriculture, dit, sur France
3, ne rien attendre de la grand-messe du Bourget : «J'ai peur que ce
soit à nouveau beaucoup de bruit pour rien, des grandes paroles qui
sonnent creux.
»"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] il il y a erreur sur la personne il confond avec son maitre !!
Psycho99Psycho99VIP du Galion
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 16:31

J'ai trouvé aussi Psycho que ce discours était assez réussi et beaucoup d'ambiance ! Wink

Réactions politiques au discours de François Hollande

A l'issue du discours de François Hollande, le 22 janvier, au Bourget, les réactions de ses concurrents et :DF: politiques tombent. Nous vous les répercutons içi tout au long de l'après-midi.

Phillipe Juvin, député européen Ump, par communiqué: "François Hollande a d'abord beaucoup parlé de lui. Puis comme à son habitude, Il a beaucoup promis mais en ne disant jamais comment il y parviendrait. L'incantation, même faite avec réel talent, ne remplace pas un projet de société.La montagne a accouché d'une souris. En une phrase : tout ça pour ça ! ».

François Rebsamen, sénateur socialiste sur Twitter: "Un discours de chef d'Etat"

Pierre Moscovici, bras droit de François Hollande sur BFM: "C'est bon d'avoir un prochain président qui aime les Français. Jeudi, il y aura une présentation chiffrée de cette cohérence. Ce ne sont pas des promesses intenables . Mais des promesses qu'il veut tenir".

Yves Jego, député radical sur twitter: "Trop d'incantations lyriques, trop de promesses coûteuses. Son "rêve éveillé" a toutes les chances de devenir un cauchemar"

Marine Le Pen, en déplacement à Bordeaux, citée par l'AFP: "Moi, je fais un grand meeting tous les dimanches, jusqu'au premier tour. Mais contrairement au candidat socialiste, je ne le fais pas à l'Américaine (...) il n'y aura pas 32 caméras, 18 grues... et Euro RSCG derrière moi".

Alexis Corbière (Front de gauche) sur son compte twitter: "Bourget. Pas un mot sur le rassemblement de la gauche ! Eclairant et révélateur

Yves Cochet, député EELV, sur ITV: "C'était un discours de gauche, sincère et structuré. Sur le fond, il a oublié tout ce qui concerne la vision écologique du monde."

Benoit Apparu, ministre UMP du logement sur son compte Twitter: "François Hollande se rêve en François Mitterrand. Il ne fait même pas du Jospin"



AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 16:44

En Guyane, Nicolas Sarkozy réaffirme son opposition au vote des étrangers

(Le Point.fr)
Le président de la République a critiqué la proposition défendue par François Hollande lors de ses voeux à l'Outre-mer.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé dimanche à Cayenne son opposition au vote des étrangers n'appartenant pas à l'Union européenne lors d'élections locales en France, proposition défendue au même moment au Bourget, près de Paris, par le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande. Le président de la République adressait de Guyane ses voeux aux départements et territoires français d'Outre-mer (Dom-Tom), où les étrangers représentent plus du tiers de la population.

"Nous formons une nation qui se reconnaît dans des valeurs communes, dans une histoire partagée, dans une communauté de destin", a-t-il déclaré devant quelque 1 200 personnes. "Je me suis opposé à l'idée d'accorder le droit de vote aux étrangers non-communautaires, même pour les élections locales", a-t-il rappelé. Il faisait allusion à la bataille lancée l'automne dernier par la nouvelle majorité sénatoriale de gauche, pour tenter de faire voter un texte en ce sens, déjà adopté par l'Assemblée nationale en 2000 sous le gouvernement du Premier ministre socialiste Lionel Jospin.
Revirement

Le chef de l'État s'est demandé si ceux qui défendent cette proposition avaient "bien mesuré" ses conséquences en Guyane, à Mayotte ou à Saint-Martin, où les étrangers constituent respectivement 37 %, 40 % et 36 % de la population. Il a également cité le cas de la Nouvelle-Calédonie, où la question de la composition du corps électoral est hautement sensible dans une société à l'équilibre fragile entre partisans du maintien dans la République française et indépendantistes.

"J'aimerais que tous les responsables politiques, quand ils parlent de la République française, n'oublient pas que la République française c'est la métropole et les départements et collectivités d'Outre-mer", a ajouté le chef de l'État. En 2005, Nicolas Sarkozy avait jugé utile un débat sur le droit de vote des étrangers non européens en France. "En ce qui me concerne, j'y suis favorable", avait-il déclaré sur France 2, alors que Jacques Chirac était président de la République.


AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Dim 22 Jan - 23:42

Les réactions au discours du Bourget de François Hollande
réactionsA peine le discours de François Hollande terminé, l'UMP a dégainé ses communiqués au vitriol. Tandis que le PS défendait son poulain.

Le discours du Bourget de François Hollande, lors de son premier grand meeting de campagne, a suscité son lot de réactions à droite comme à gauche. Sélection.

Le ministre de l'Economie François Baroin a jugé "idiot" de déclarer que la finance est l'adversaire comme l'a fait dimanche le candidat socialiste à l'élection présidentielle François Hollande. "C'est aussi idiot que dire je suis contre la pluie", a réagi François Baroin à l'émission Le Grand Jury RTL/LeFigaro/LCI. Le ministre de l'économie a estimé que le favori des sondages avait prononcé "un discours pour les militants du parti socialiste". C'était "un discours hors du temps" qui aurait pu être prononcé dans les années 60 ou 70, a-t-il affirmé à plusieurs reprises.

Benoist Apparu , secrétaire d'Etat au Logement
, a réagit dans un communiqué: "François Hollande se rêve en Mitterrand mais il n'est même pas à la hauteur de Jospin. La France a besoin d'un cap, de mesures fortes pour préparer l'avenir avec sérénité et non pas d'une litanie de clichés. Qui peut croire que l'homme qui capitule devant ses alliés Verts va mettre au pas le monde? C'est soit de la mégalomanie soit de la naïveté, mais ce n'est pas à la hauteur des enjeux de l'élection présidentielle"

Marc-Philippe Daubresse , secrétaire général adjoint de l'UMP
: "Dans ce discours fondateur, François Hollande n’a pas fendu l'armure et aura surtout fait la démonstration qu'il n'avait de Mitterrand que le prénom. Après des semaines d'incohérences, de cafouillages, de revirements, de flou artistique dans son programme et de contradictions dans son équipe, François Hollande était très attendu cet après-midi pour un discours qui aura laissé les Français sur leur faim. Aucun élément nouveau, beaucoup d'annonces non financées, numéro de théâtre autour du thème de l'égalité, beaucoup de formules creuses".

Marielle de Sarnez, directrice de campagne de François Bayrou, candidat du MoDem à la présidentielle, a estimé dimanche que le discours du Bourget de François Hollande n'était pas "approprié" aux temps de crise avec son "accumulation de promesses". "Faire trop de promesses n'est probablement pas adapté parce que ça ne sera probablement pas tenable", a déclaré la députée européenne, invitée de "Radio France Politique".

Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle
, a estimé dimanche sur France 5 que le premier grand discours de son adversaire socialiste, François Hollande, était "chaleureux" et "argumenté". "Je partage aussi ses idées sur comment réguler les flux financiers", a ajouté Mme Joly, lors de l'émission C politique sur France 5.

Martine Billard, co-présidente du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon
: "François Hollande devait sortir aujourd'hui de l'ambiguïté. Force est de constater qu'il ne nous a pas convaincus, même si des mesures ont été annoncées comme sur l'égalité des droits ou sur l'accès à l'énergie et à l'eau. Mais alors que les Français sont préoccupés en priorité par la question des salaires et de l'emploi, ces deux points sont les grands absents de son discours.

Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande: "Je lisais les commentaires ici ou là, on s'interrogeait, on se demandait: +y-a-t-il une ferveur?+. Il y a plus que cela, un enthousiasme (...), il y a une foule (...) et il y a l'homme et il a tenu à parler à la France, de la France, de la promesse républicaine de recréer un rêve pour demain. Après un président très attentif au sort des puissants, des privilégiés, c'est bon d'avoir un prochain président qui aime les Français (...). François Hollande veut maîtriser la finance, l'argent ne peut pas être un maître, l'étalon de tout, il doit être un serviteur".

Jean-Pierre Chevénement, lui même candidat à la présidentielle, a commenté le discours sur son compte twitter.

L'Actu politique vu par le Galion.. 375222


Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
, a déclaré sur i-Télé: "On n'a pas eu la clarté, ce qui posait problème et ce qui nous posait problème au Front de gauche a été répété, par exemple sur la retraite, avec la retraite à 60 ans pour une petite partie des salariés, ou en matière de salaire, sur lequel on n'a rien entendu du tout. On n'a pas les précisions nécessaires sur certains sujets. Sur la finance, on n'entend toujours pas de mesures, il y a beaucoup de choses loin du compte et un étonnement: rien sur le rassemblement de la gauche, les partenaires, le Front de gauche et ses propositions. François Hollande ne gagnera pas tout seul"

(AFP)
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Lun 23 Jan - 11:02

AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Lun 23 Jan - 11:45

Marine Le Pen à Bordeaux. La mise en scène est de Jean-Marie

L'Actu politique vu par le Galion.. 943962-1120927

Pas un dimanche sans un meeting de Marine Le Pen. Cette semaine, elle était à Bordeaux, devant 2000 personnes. Pas d'annonces nouvelles, mais le style se décrispe. Sur scène, la fille se met à imiter le père et réchauffe les salles, jusqu'alors un peu tièdes.

Sur le fond, rien de neuf dans le discours de Bordeaux de Marine Le Pen : Sarkozy, Hollande, Bayrou dans un même sac des contemplateurs impuissants de la mondialisation, la France qui va mal, le bouclier patriotique, la parole qu’elle prétend donner aux invisibles, la relation entre les déficits sociaux et le nombre d’immigrés en France « mais attention, nous ne sommes pas contre les immigrés mais contre ceux qui les font venir », etc. Pas d’annonces, pas de scoop, même pas à propos de la suppression de la PAC (politique agricole commune) qu’elle a fait mine de présenter pour la première fois alors que ses projets en la matière sont connus depuis le mois de septembre (elle les avait formulé en notre présence).

Non, la relance de sa campagne n’était pas là, elle était plutôt dans la forme.

Rompant avec une certaine crispation qui la conduisait jusqu’alors à ne pas s’écarter d’une virgule de son texte, ce qui la rendait – osons le mot au risque de froisser ses conseillers – barbante, même à un public acquis d’avance, Marine se met à faire du Jean-Marie. A trois reprises, elle s’est éloignée de son pupitre et de son texte pour arpenter la scène et improviser, comme le faisait le père. La voilà même qui emprunte au vocabulaire et aux métaphores paternels, s’écartant du style rigoureux de l’analyste économique qu’elle avait installé depuis le début de la campagne électorale. Extraits : « Et pourtant à chaque élection, on promet aux Français que tout va changer, à chaque fois, les vieilles dames des campagnes électorales se rhabillent quelques mois avant les élection en fringantes jeunes filles, dans l’espoir d’aguicher une nouvelle fois le peuple français. Mais derrière la poudre, il y a les rides, derrières les postures de séduction, une imposture de politique morale. Ah, il est de sortie le botox électoral ! »

A propos de Nicolas Sarkozy: « Qu’a-t-il-fait, si ce n’est favoriser les intérêts de quelques uns au détriment du plus grand nombre, fêtant son élection au Fouquet’s, avec la Firme, comme un formidable pied de nez à ceux qui avait cru voir en lui, enfin, un défenseur du peuple, fiesta sur l’air de je vous ai bien eu, invitant durant un quinquénat entier des grands fauves de la finances au festin offert par la naïveté du bon peuple, détournant les institutions de la République au bénéfice de la Caste, doux avec les forts, dur avec les faibles, gaspillant l’argent gagnée de plus en plus durement à l’appétit vorace d’une élite devenue complètement immorale. » Et ça marche, auprès d’électeurs et d’adhérents venus de toute l’Aquitaine.
Un dimanche après l’autre, les salles de meeting s’agrandissent et se réchauffent: 1200 personnes à Metz en décembre, 1500 à Rouen dimanche dernier, 2000 à Bordeaux. Quelque chose se passe dans la campagne de Marine Le Pen, portée par la lente progression des sondages.

Marianne2.fr
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Lun 23 Jan - 16:10

De toute façon, ils se mettent tous " en scène" & nous aurons OBLIGATOIREMENT un Président et/ou une Présidente, alors pas de panique ... laissons-les s'entretuer entre eux, en attendant ! lol
avatarPikatchuRegulier
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mar 24 Jan - 11:58

Rama Yade et le «système UMPS»...Sarkozy penserait à l'échec...Morin s'explique sur le débarquement...Le numéro 2 du Nouveau Centre choisit Sarkozy...

L'Actu politique vu par le Galion.. Article_journal-presidentielle_610x400b

JOURNAL DE LA PRÉSIDENTIELLE - Qui a dit quoi aujourd'hui? «20 Minutes» fait le point...

Chaque jour, dans le cadre de la campagne présidentielle, retrouvez, sur 20 Minutes, l’actualité des hommes et femmes politiques. Annonces, déclarations, bons mots ou même propositions, vous ne raterez rien de ce qui se passe dans le microcosme politique en suivant le journal de la présidentielle…. Pour le meilleur, et surtout pour le pire...

Mardi 24 janvier, J-89

Pour Rama Yade, «la position indépendante de François Bayrou est intéressante»

Rama Yade, qui accorde ce matin une conférence de presse au siège du Parti radical juge la position de François Bayrou, candidat MoDem à la présidentielle, «intéressante». L'ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, ralliée à Jean-Louis Borloo, s'exprimait après la décision, hier, du tribunal d'instances de Colombes, sur le rejet de sa demande de réinscription sur les listes électorales de cette ville desquelles elle avait été radiée mi-décembre.

Cette décision n'empêche toutefois pas Rama Yade de se présenter aux législatives. Rama Yade juge a jugé ce mardi matin que «l'UMP et le PS, c'est bonnet blanc et blanc bonnet», dénonçant un «système UMPS aux petits pieds» dans les Hauts-de-Seine.
Sarkozy évoquerait la possibilité d'un échec

«En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude». C'est ce qu'aurait prononcé le chef de l'Etat, candidat non encore déclaré, rapporte ce mardi Le Monde. Nicolas Sarkozy évoquerait depuis quelques jours la possibilité d'un échec à l'élection présidentielle, malgré les signes d'enthousiasme. Mesurant l'usure du pouvoir, il jugerait: «De toute façon, je suis au bout. Dans tous les cas, pour la première fois de ma vie, je suis confronté à la fin de ma carrière.», rapporte le quotidien. A l'ami Brice Hortefeux, Nicolas Sarkozy aurait également confié que, s'il était battu, il terminerait sa carrière politique.

Sarkozy estime qu'Hollande s'est livré, au Bourget, «à une attaque absolument sans précédent contre les classes moyennes»

Le président Nicolas Sarkozy a affirmé ce mardi lors du petit déjeuner de la majorité que François Hollande s'était livré, lors de son premier grand meeting de campagne dimanche dernier au Bourget, a rapporté à l'AFP un participant. Lors de ce petit déjeuner hebdomadaire de la majorité, Nicolas Sarkozy a fait valoir que François Hollande attaquait les classes moyennes «avec la progressivité de la CSG, avec la suppression du quotient familial, avec l'indexation sur le revenu de la consommation d'eau, de gaz et d'électricité, avec l'instauration d'une nouvelle tranche supplémentaire de l'impôt sur le revenu».

Hervé Morin
s'explique après «avoir vu le débarquement», 17 ans avant de naître

Le candidat Nouveau Centre à la présidentielle, né en 1961, qui a fait jaser avec sa bourde sur le débarquement lors d'un déplacement à Nice («Moi qui ai vu en Normandie le débarquement des alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles que celles» d'aujourd'hui), essaie de s'expliquer ce mardi sur Twitter, expliquant: «Quand on est normand, les croix blanches américaines font partie de son ADN», puis «BR pour votre humour ! Quand je vous dis que les Français regorgent de créativité !». Dur de gagner de nouveau en crédibilité, les réseaux sociaux ayant qualifié le candidat de «Marty Mc Fly», le héros de la trilogie «Retour vers le futur»...

L'Actu politique vu par le Galion.. Article_hervemorintwitter

Ségolène Royal parle de «maladresse» sur l'absence de références à 2007 au meeting PS du Bourget

L'ancienne candidate à la présidentielle Ségolène Royal a qualifié de «maladresse» l'absence d'images de sa campagne électorale de 2007 au meeting de François Hollande du Bourget. La socialiste a déclaré sur Europe 1, ce mardi matin: «C'est une grande maladresse et je pense que les principes de respect et de vérité doivent l'emporter et que cette maladresse sera réparée». Elle a en outre appelé: «Ce n'est pas de moi qui s'agit, de moi toute seule, c'est de toute une histoire. Je demande simplement le respect de cette histoire». Peu avant le discours de François Hollande au Bourget, un film a été projeté, mais il s'arrêtait à 2002. Mais, relève la présidente du Poitou-Charentes, il y a eu «2007 et pour la première fois une femme au second tour de la présidentielle et cette femme était socialiste, il y a eu un formidable mouvement populaire».

Claude Guéant
estime «raisonnable» que Nicolas Sarkozy débute sa campagne début mars

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a estimé, ce mardi sur I-Télé, qu'il «serait raisonnable» que Nicolas Sarkozy débute sa campagne électorale «début de mars», avant d'ajouter: «Je trouve effectivement que parmi les militants, parmi ceux qui soutiennent Nicolas Sarkozy, il y a une impatience d'entrer dans la campagne». Il a indiqué par ailleurs ne pas croire en un «21 avril à l'envers», soit Marine Le Pen éliminant Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle.

Jean-Christophe Lagarde
, numéro 2 du Nouveau Centre, choisit Sarkozy

Le député NC de Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde, président exécutif du Nouveau Centre, dont le patron est Hervé Morin, déclare dans une interview à Metro ce mardi matin qu'il soutiendra Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle. «Plusieurs éléments me conduisent à décider aujourd'hui que s'il est candidat, je le soutiendrai», dit cet élu, expliquant que «ce n'est pas une élection pour rêver, c'est une élection pour sortir de la crise et dominer un monde nouveau».

Pour motiver son choix, cet ancien proche de François Bayrou estime qu'il a «vu le chef de l'Etat se rapprocher des positions que les centristes défendent depuis toujours, sur la règle d'or d'équilibre budgétaire, sur le gouvernement économique de l'Europe pour sauver l'euro». A noter que Jean-Christophe Lagarde n'a jamais soutenu Hervé Morin pour être candidat à la présidentielle, déplorant «une fausse candidature», lui ayant toujours préféré Jean-Louis Borloo. Il estimait notamment en octobre sur Twitter, après le retrait de Jean-Louis Borloo: «Le Centre n'a donc plus de candidat crédible pour la présidentielle».

«Plus de Français font confiance» à François Bayrou, estime Marielle de Sarnez

La directrice de campagne de François Bayrou, candidat du MoDem à l'élection présidentielle, a déclaré ce mardi matin sur Europe 1 que «la vérité, c'est que François Bayrou monte dans les sondages. Plus de Français lui font confiance». A propos des sondages, qui placent le centriste à la 4e position pour cette élection, la vice-présidente du MoDem a précisé qu'il fallait «être patient».

Bayrou reproche à Sarkozy et Hollande d'avoir soutenu la loi punissant la négation du génocide arménien

François Bayrou, candidat MoDem à l'Elysée, a qualifié ce mardi de «faute» l'adoption définitive la veille par le parlement d'une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien, reprochant à Nicolas Sarkozy et François Hollande de l'avoir soutenu. «C'est une faute contre ce que doit être la loi dans la République française», a-t-il déclaré sur RTL, jugeant que «ce n'est pas à la loi d'écrire l'Histoire, encore moins l'Histoire d'autres pays, d'autant plus que nous avons déjà reconnu le génocide arménien». «Que Nicolas Sarkozy et François Hollande aient tous les deux soutenu, par leurs élus, cette loi, me paraît une faute et une erreur contre la loi et contre la France», a insisté l'ancien ministre.

A.-L.B.
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mar 24 Jan - 12:25

Nicolas Sarkozy évoque l'hypothèse de sa défaite

Dans son esprit, il n'y a plus de place pour le doute : "En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude." C'est ce que Nicolas Sarkozy déclare, depuis quelques jours, quand on l'interroge sur l'hypothèse de sa défaite à l'élection présidentielle. C'est donc bien qu'il l'envisage comme possible en dépit des manifestations d'enthousiasme et des protestations de confiance qu'il multiplie devant ses visiteurs.

"De toute façon, je suis au bout, ajoute le chef de l'Etat. Dans tous les cas, pour la première fois de ma vie, je suis confronté à la fin de ma carrière." Celle-ci, ajoute-t-il, peut intervenir dans quelques mois ou dans cinq ans.

M. Sarkozy veut montrer qu'il n'est pas accroché à son fauteuil élyséen. "Je ne suis pas un dictateur", aime-t-il à répéter en réponse à ceux qui, estime-t-il, le caricaturent en monarque républicain.

Bien sûr, s'il devait arrêter la politique, il appréhende le changement de rythme et le manque des montées d'adrénaline que procure le pouvoir. Citant Pascal (1623-1662), il constate, devant ses interlocuteurs, que "l'homme est ainsi fait que tout est organisé pour qu'il oublie qu'il va mourir".

Mais Nicolas Sarkozy a changé ; il s'arrangerait d'une autre vie, veut-il croire. La politique lui aura tout donné : maire, conseiller général, président de conseil général, ministre de premier plan, président de la République enfin. Il aura tout connu : la jubilation qu'apportent les victoires, les meurtrissures des défaites, la sagesse qui découle des épreuves. Alors qu'attendre de plus de cette passion qui l'aura comblé ?

Avant d'être élu président, M. Sarkozy méditait déjà sur l'usure du pouvoir. En 2005, le futur candidat fait son retour au ministère de l'intérieur, flanqué de Brice Hortefeux, ministre délégué aux collectivités territoriales. Membre d'un gouvernement pour la première fois, M. Hortefeux, l'ami de toujours, joue les Rastignac. Sarkozy lui glisse : "Profites-en bien, c'est le meilleur moment !" Celui où l'on parvient enfin à réaliser ses rêves, l'ambition d'une vie.

"Nicolas Sarkozy n'a jamais eu une conception ludique du pouvoir. D'ailleurs, le mot devoir revient fréquemment dans sa bouche", observe M. Hortefeux. A lui aussi, M. Sarkozy a confié que, s'il était battu, il arrêterait la politique. Avec quelques-uns, l'ancien ministre veut le convaincre de reprendre l'UMP en cas de défaite. Mais le président n'en veut pas. "Vous voulez que j'anime des sections UMP ? Je ne mérite pas ça. Je préfère encore le Carmel, au Carmel au moins, il y a de l'espérance !" a-t-il lancé à un autre.

"DANS LE FUTUR, JE VOUDRAIS GAGNER DE L'ARGENT"

En mai, le chef de l'Etat aura 57 ans, un âge où tout est encore possible pour celui qui se sent jeune, surtout depuis qu'il est père à nouveau. En 2017, il en aura 62. Il observe avec attention les parcours des anciens grands de ce monde. De nombreux dirigeants ont donné des conférences internationales, mais en anglais, langue qu'il parle mal, tandis que l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine, s'est reconverti chez le géant russe de l'énergie Gazprom.

Le chef de l'Etat n'a jamais caché son goût de l'argent. Abordant le sujet de la rémunération des banquiers, au G20 de Cannes, en novembre 2011, le chef de l'Etat avait lancé aux grands de la planète : "Moi aussi, dans le futur, je voudrais gagner de l'argent", avant de critiquer "l'immoralité" dont font preuve, selon lui, les financiers.

Martin Bouygues lui aurait proposé plusieurs fois de rejoindre son groupe, selon M. Hortefeux. "Je suis avocat, j'ai toujours eu un cabinet et je suis passionné de tas de choses, explique aujourd'hui le président à son entourage. En tout cas, je changerai de vie complètement, vous n'entendrez plus parler de moi !"

"COMMENCER MES SEMAINES LE MARDI ET LES FINIR LE JEUDI SOIR"

Il rêve à voix haute d'une vie plus douce, moins usante. "Je peux voyager, prendre des responsabilités, commencer mes semaines le mardi et les finir le jeudi soir ! Franchement, ça ne me fait pas peur", dit-il. "Il imagine sa vie d'après la politique comme plus agréable. Pas plus intéressante, mais plus agréable", résume M. Hortefeux.

Sarkozy, l'homme qui veut agir, a toujours prétendu vouloir un jour prendre le temps de vivre. Au début de son mandat, revenant de Hongrie, le 14 septembre 2007, il s'était mis à rêver. A imaginer tout ce qu'il aurait pu faire s'il était resté flâner deux jours à Budapest, où il venait de faire une visite éclair, vendredi 14 septembre : une promenade à cheval en forêt, les bains, un concert. S'il avait pris le temps. "Mitterrand voyageait au bon plaisir. Je ne critique pas. Je voyage pour faire", déclarait-t-il à ses interlocuteurs.

Comme tous les présidents, M. Sarkozy est desormais soucieux de la trace qu'il laissera dans l'histoire. Et il en est convaincu : " Si l'on veut être aimé dans le futur, il faut couper."

Arnaud Leparmentier et Vanessa Schneider.Le Monde.fr
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mar 24 Jan - 12:38

Exclusif.
Un sondage inquiétant pour Nicolas Sarkozy


L'Actu politique vu par le Galion.. 1826570_0_640x280

A trois mois de l’élection présidentielle, nous avons voulu évaluer les points forts et les faiblesses des quatre principaux « présidentiables ». Notre enquête exclusive BVA ne donne donc pas d’intentions de vote, mais elle offre un comparatif entre Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou et Marine Le Pen.

Chacun d’entre eux est jugé par les Français sur sa crédibilité à endosser le rôle de président, sur sa capacité à répondre aux attentes principales des électeurs dans cette campagne. Ce sondage a été réalisé avant le meeting réussi de Hollande dimanche… Or, les performances de ce dernier devraient en toute logique encore se renforcer.


Le candidat PS dominateur


C’est bien simple, dans notre tableau « crédibilité », il est premier sur toutes les thématiques (neuf au total) sauf deux : sécurité et immigration où Marine Le Pen l’emporte. Et c’est sur les dossiers jugés prioritaires par les Français — chômage, éducation et pouvoir d’achat — que le candidat socialiste surclasse ses rivaux. C’est lui qui incarne le changement (avec 46%, devant Le Pen et Bayrou ex aequo à 38%, et Sarkozy dernier avec 19%). Le favori des sondages a-t-il quand même des points faibles? Oui… du moins avant Le Bourget. Sur la « stature » de président, il est nettement devancé par l’actuel chef de l’Etat (39% contre 46%) et doit se contenter de faire jeu égal avec Bayrou sur la capacité à apporter des solutions. « Cela prouve qu’il a eu raison de frapper fort dimanche. Grâce à son discours, il a acquis une stature de présidentiable et l’UMP aura désormais du mal à l’attaquer sur sa personnalité », commente Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion.


Le chef de l’Etat malmené


Certes, c’est Nicolas Sarkozy qui a la stature d’un président de la République : en tête avec 46%. Mais il est le tenant du rôle et, même sur ce critère, il perd… 21 points par rapport à janvier 2007. Encore plus inquiétant pour l’Elysée, non seulement le président (pas encore) candidat est distancé, en termes de crédibilité, sur tous les sujets importants, mais il est même carrément battu par Marine Le Pen sur deux de ses « totems » : l’insécurité et l’immigration. « On a là une mesure forte de l’antisarkozysme dans l’opinion, juge Sliman. Sur la sécurité, il se retrouve même troisième, derrière Hollande! En 2007, Sarkozy avait pris l’ascendant sur ses rivaux dès son meeting de lancement du 14 janvier. Là, il paye pour les promesses non tenues, pâtit d’une image d’inefficacité. » L’usure du pouvoir est passée par là.


Marine Le Pen marque des points


En apparaissant comme la plus crédible sur deux thèmes, et en se classant plutôt honorablement dans le tableau « présidentiabilité », la candidate du Front national prouve qu’elle a « bel et bien réussi la dédiabolisation du FN », estime le directeur de BVA. Et, s’il ne s’agit pas là, encore une fois, d’intentions de vote, l’avertissement est quand même sérieux pour l’Elysée, tant le spectre d’un 21 avril à l’envers ne semble pas tout à fait écarté pour Nicolas Sarkozy.


Bayrou reste le… 4e homme


Souvent classé second (5 fois sur 9 derrière Hollande mais devant Sarkozy) ou troisième en crédibilité, et une fois 1er ex aequo (avec Hollande) sur la présidentiabilité, le candidat centriste n’en reste pas moins « moyen en tout ». Il lui faudra mordre encore à droite et à gauche pour pouvoir espérer accéder au second tour…

L'Actu politique vu par le Galion.. 1827027_sondage

Le Parisien.fr
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mer 25 Jan - 7:50

«En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude». C'est
ce qu'aurait prononcé le chef de l'Etat, candidat non encore déclaré,
rapporte ce mardi Le Monde.

c'est encore son ego qui parle ! "même pas mal si vous me jetez !! "
Psycho99Psycho99VIP du Galion
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mer 25 Jan - 8:30

Cinq propositions de Hollande au crible

L'Actu politique vu par le Galion.. P1856310

Le candidat socialiste a annoncé, dimanche, une série de mesures emblématiques sur le plan social et économique. Il en précisera les modalités, demain, lors du chiffrage de son projet.

Le doublement du plafond du livret A

« Le livret A verra son plafond doubler, afin que tous les Français, par leur épargne, puissent financer le logement social », a dit le candidat. Avec plus de 60 millions de livrets détenus, c'est le placement favori des Français. Son plafond est de 15 300 €. L'encours total frisait les 287 milliards en décembre. Une part importante de cette somme, gérée par la Caisse des dépôts, est affectée au financement du logement social. Le doublement du plafond encouragerait certes la collecte, mais au détriment d'autres produits d'épargne. Notamment de l'assurance-vie qui participe au financement de la dette et des entreprises.

Une nouvelle tranche d'impôt

Hollande veut porter la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu à 45 % « pour ceux qui touchent plus de 150 000 € » (par part). Cette mesure, censée incarner l'idéal de « justice » du candidat socialiste, ne concernerait qu'environ 60 000 ménages et rapporterait autour de 400 millions d'euros à l'État, selon les simulations de Bercy. Autrement dit, il s'agit là d'une proposition symbolique. Mais elle présente deux avantages : elle est facile à mettre en oeuvre - à la différence de la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG -, et elle n'affectera pas les classes moyennes.

La réforme de système bancaire

Il promet une loi sur les banques « qui les obligera à séparer leurs activités de crédits de leurs opérations spéculatives ». L'objectif avoué est de protéger les dépôts des épargnants (banque de détail) des risques pris sur les marchés par les établissements financiers (banque d'investissement). Les banques françaises, caractérisées par un modèle de banque universelle, ne veulent pas de cette scission. Cette séparation des activités n'est pas aussi protectrice que le pense le PS. Contre-exemples : les banques françaises aux activités diversifiées ont mieux résisté à la crise que des banques étrangères spécialisées.

La réduction des niches fiscales

Hollande compte récupérer 30 milliards d'euros en faisant le tri dans les niches fiscales qui profitent « aux ménages aisés et aux grosses entreprises ». Mesure énergique quand on sait que les 500 niches « coûtent » aujourd'hui 65 milliards de manque à gagner à l'État. Une petite vingtaine représentent à elles seules 30 milliards : délicat à supprimer quand elles touchent les ménages modestes ou servent l'emploi à domicile. Les autres niches étant très dispersées, leur montant sera difficile à diminuer. Hollande compte s'attaquer en priorité aux niches attachées aux revenus de l'épargne, mais il donnera un coup de rabot général en limitant l'avantage fiscal à 10 000 € par ménage (18 000 € aujourd'hui).

La suppression des stock-options

Cet outil de rémunération permet d'attribuer aux cadres des grands groupes des plus values sans risques. Comment ça marche ? Le cadre reçoit de son entreprise une sorte de bon d'achat pour acquérir des actions à un prix fixé d'avance. Au moment de la revente, l'opération peut être très juteuse quand le cours a monté. Les stock-options sont devenues le symbole des dérives du capitalisme et du fossé qui s'est creusé entre dirigeants et salariés. Hollande ne rencontrera guère de résistance en supprimant ce dispositif décrié au sein même des entreprises qui privilégient les rémunérations liées aux performances.

Source
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mer 25 Jan - 12:02

Sarkozy, télévision: le président parlera dimanche à 20h15 sur 5 chaînes

L'intervention de Nicolas Sarkozy dimanche 29 janvier sera diffusée sur TF1, France 2, BFM TV, LCI ainsi qu'iTélé. Le choix des chaînes d'information en continue est une vraie nouveauté pour ce genre d'exercice présidentiel. C'est le journaliste Jean-Michel Apathie qui l'a annoncé via son compte Twitter.

Les animateurs de l'émission seront Claire Chazal (TF1) et Laurent Delahousse (France 2), tandis que les deux éditorialistes économiques, François Lenglet (BFM TV) et l'ancien de TF1 Jean-Marc Sylvestre (iTélé) interviendront en cours d'émission précise Le Monde.

Le président de la République devrait annoncer de nouvelles mesures en faveur de la lutte contre le chômage, le logement, et la compétitivité. L'émission spéciale devrait durer une heure.

"Les mesures que je vais annoncer dimanche seront d’application immédiate, à l’exception de la formation professionnelle", a déclaré le chef de l'État lors du petit-déjeuner de la majorité mardi 24 janvier.

The huffington.fr
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mer 25 Jan - 16:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Comment séduire les classes moyennes ?


Elles ont voté MoDem en 2007, Europe Ecologie en 2009. Qui sera leur favori en 2012 ?

"Classes moyennes : faites confiance à la gauche, la droite vous a déjà trahies". S’il fallait une phrase pour symboliser l’importance que les politiques accordent aux classes moyennes dans cette élection présidentielle, ce serait certainement celle-ci. Mardi soir à Toulon, devant 2.000 personnes, François Hollande a interpellé les fameuses "classes moyennes", comme s’il s’agissait d’un seul homme, les exhortant à rallier sa cause.

Quelques heures avant lui, lors du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l'Elysée, c’est Nicolas Sarkozy qui s’était inquiété du sort de ces mêmes classes moyennes, estimant que le candidat socialiste se livrait à "une attaque absolument sans précédent" contre elles, via notamment "la progressivité de la CSG, la suppression du quotient familial, etc."

Elles incarnent "la France qui tient"

Pourquoi cet intérêt spécifique pour elles - plus que pour les classes populaires par exemple ?

C’est que les classes moyennes représentent "la pièce la plus convoitée de l’échiquier politique", constatent Dominique Goux et Eric Maurin, les auteurs de Les nouvelles classes moyennes.

"Ni prolétariat ni bourgeoisie, elles dessinent dans notre imaginaire ce groupe central, sans l’appui duquel on ne peut espérer gagner une élection importante", ajoutent-ils.

En 2007, ces classes moyennes - petits patrons, indépendants, profs, salariés gagnant entre 1.600 euros et 5.000 euros - s’étaient laissées séduire "par le MoDem". En 2009, "lors des Européennes, elles avaient massivement voté pour Europe Ecologie". Bref, "on voit donc que c’est un électorat médian, pivot et surtout non acquis", explique à Europe1.fr l’économiste Eric Maurin. Tout l’enjeu électoral des classes moyennes est là : elles sont la charnière qui peut basculer lors d’une élection importante.

Les arbitres de l’élection

Votant "très rarement pour les extrêmes, le FN ou le NPA", elles sont donc le "pompon du manège" pour les grands partis comme le PS ou l’UMP. S’ils les séduisent, ils s’assurent de remporter le scrutin. C’est pour cette raison, qu’elles sont "plus que jamais, le point focal des discours politiques", analyse Eric Maurin qui juge toutefois que "le surinvestissement dont elles bénéficient peut même aller jusqu’à la caricature".

Comment les deux grands partis français peuvent-ils s’y prendre pour les séduire ? Chaque camp à sa stratégie et son discours pré-construit. "La droite défend ainsi des classes moyennes "martyrisées" par les politiques égalitaristes, tandis que la gauche dénonce leur "prolétarisation" au profit d’une oligarchie financière", répondent Dominique Goux et Eric Maurin.

Deux thèmes pour les séduire

Reste que, "pour obtenir leur vote, le thème de l’éducation semble être un bon point d’entrée", explique Eric Maurin à Europe1.fr. "Les classes moyennes sont, en effet, très angoissées par un possible déclassement. N’ayant pas de réseaux, ni grande épargne, l’école et les diplômes sont le seul moyen, pour les classes moyennes, de se maintenir ou de progresser. L’éducation de leurs enfants est primordiale".

Autre thème que les candidats doivent développer pour les "draguer" : le logement.

"Il est, en effet, indiscutable qu’une fraction non négligeable des classes moyennes est aujourd’hui comme prisonnière de quartiers en voie d’appauvrissement qu’elles n’ont pas les moyens de quitter", assure Eric Maurin qui estime qu’elles sont dans "le ressentiment" dès qu’il s’agit d’habitat. Les classes moyennes ne rentrent pas dans les critères d’attribution des logements sociaux et les prix de l’immobilier ont trop augmenté pour leurs pouvoirs d’achat, d’où leur colère.

Par conséquent, il y a de grandes chances pour que le logement et l'éducation deviennent la nouvelle course à l'échalote des politiques, jusqu'en mai prochain.

Source => SFR politique


Je me permet de citer le commentaire d'un internaute : " C'est quoi la classe moyenne pour eux ? "

Personnellement, je me pose la même question LOOse

Quant au vieil éléphant qui trompe énormément (dire qu'il a oublié de citer son ex Ségo lors d'un meeting & que la pauvre en a chialé), il ferait mieux de prendre sa retraite !

Non mais ces Politiques, ils prennent vraiment la "classe moyenne "pour des con(ne)s ! Pffffff !!!

Si çà continue ainsi, je vais finir pas voter Marine Hum
avatarPikatchuRegulier
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Mer 25 Jan - 22:02

François Hollande se grille avec son clip de campagne ridicule Shocked Shocked

François Hollande a perdu toute crédibilité avec son clip de campagne qui fait déjà l'objet de parodies et de moqueries sur le web. La grosse honte, c'est maintenant.

Comment griller toutes ses chances dans la course à l'Elysée en 43 secondes ?

Demandez à François Hollande qui a fait fort avec son clip de campagne diffusé le 24 janvier sur le web.

Dans cette vidéo qui se voulait moderne et unificatrice, on retrouve des hommes politiques, des personnalité et aussi et surtout des anonymes, qui miment tous le même geste avec plus ou moins de talent.

Entre fou rire et constipation, Manuel Valls, Harlem Désir, Jack Lang, Pierre Moscovic, Aurélie Filippetti, Arnaud Montebourg, Stéphane Le foll ou encore Gérard Darmon font le signe de ralliement de François Hollande, un mouvement des deux bras, pas très intelligible.

Entre décapitation et Macarena, des élus, des personnalités et aussi des anonymes scandent "Le changement c'est maintenant", le slogan de campagne du candidat PS.

La palme revient à Benjamin Biolay qui imite très bien un avion saoul au décollage, le tout avec le vent qui lui souffle dans les cheveux pour le petit côté beau gosse.

Face aux moqueries, un membre de l'équope numérique de François Hollande a tenté de s'expliqué. Il déclare : "Ce signe est un clin d'oeil à la charte graphique".

Eh oui, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, deux barres horizontales encadrent "F" et le "R" du logo de François Hollande.

C'est bien beau, mais le mal est fait et déjà le clip est la risée du net et bien sûr de Twitter.

Eric Besson déclare : "Ils ont fait pire que nous. #cetaitpasgagné" en référence au lipdub de l'UMP qui en son temps n'a pas non plus échappé à la moquerie populaire.

D'autres comparent le signe du PS à la chorégraphie du tube Asereje du groupe Las Ketchup, sorti en 2002.

Enfin, François Hollande et son clip de campagne n'échappent pas aux parodies et autres détournements, notamment sur les sites lechangementcestmaintenant.tumblr.com et leridiculecestmaintenant.tumblr.fr.
Le clip de campagne de François Hollande



People, tenors socialistes et militants dans la... par Nouvelobs

Staragora.fr
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Jeu 26 Jan - 12:26

Les principales propositions de François Hollande

L'Actu politique vu par le Galion.. 1830455_hollande
Doublement du plafond du livret de développement durable.
- Rééquilibrage de l'impôt sur les sociétés au profit des PME et des TPE et au détriment des grandes entreprises.
- Couverture intégrale de la France en très haut débit d'ici à dix ans.
- Préservation du statut public des entreprises détenues majoritairement par l'Etat (EDF, SNCF, La Poste...)
- Séparation des activités des banques "utiles à l'investissement et à
l'emploi de leurs opérations spéculatives", bannissement des banques
françaises des paradis fiscaux, interdiction des "produits financiers
toxiques" et des stock-options, sauf pour les entreprises naissantes,
encadrement des bonus et sur-taxation de 15% des bénéfices des banques.
- Réduction du déficit public à 3% du PIB et retour à l'équilibre fin 2017.
- Suppression de 29 milliards d'euros de niches fiscales "équitablement répartis entre les ménages et les entreprises".
- Montée en puissance du financement des "priorités" jusqu'à 20 milliards d'euros en 2017.
- Coup d'arrêt à la révision générale des politiques publiques (RGPP) et
à l'application "mécanique" du non-remplacement d'un fonctionnaire sur
deux.

REFORME FISCALE

- Fusion à terme de l'impôt sur le revenu et de la CSG.
- Nouvelle tranche à 45% pour les revenus supérieurs à 150.000
euros par part et plafonnement à 10.000 euros de la diminution d'impôt
tirée des niches fiscales.

- augmentation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire dès septembre.
- abaissement du plafond du quotient familial pour les 5% de ménages les plus aisés.
- relèvement de l'impôt sur la fortune pour les plus gros patrimoines et
abattement sur les successions ramené à 100.000 euros par enfant.

EDUCATION ET JEUNESSE

- création de 60.000 postes supplémentaires dans l'Education en 5 ans.
- augmentation de "25%" de l'allocation de rentrée scolaire dès septembre.
- allocation d'études et de formation sous conditions de ressources.
- abrogation de la circulaire sur les étudiants étrangers.

RETRAITES, SANTE

- départ à 60 ans pour ceux qui ont cotisé toutes leurs annuités. Pour
le reste, négociation dès 2012 pour définir "âge légal, "montant des
pensions notamment".

- augmentation de la part de rémunération forfaitaire des médecins
généralistes. Encadrement des "dépassements d'honoraires", favoriser une
baisse du prix des médicaments.
- assistance médicalisée pour "terminer sa vie dans la dignité", dans des "conditions précises et strictes".

EMPLOI

- créer 150.000 emplois d'avenir pour l'insertion des jeunes.
- mettre fin à la défiscalisation et aux exonérations de charges sur les heures supplémentaires, sauf pour les TPE.
- "contrat de génération": "permettre l'embauche par les
entreprises, en CDI, de jeunes, accompagnés par un salarié plus
expérimenté qui sera ainsi maintenu dans l'emploi jusqu'à son départ à
la retraite".

- augmentation des cotisations chômage pour les entreprises qui abusent des emplois précaires
- création de 1.000 postes par an pour la police, justice, gendarmerie
- dès l'été 2012, réunion d'une grande conférence économique et sociale, "saisie des priorités du quiquennat"

SOCIETE, NUMERIQUE, ENVIRONNEMENT, ENERGIES

- l'obligation pour une commune de construire des logements sociaux est portée de 20 à 25%. Mixité sociale.
- banlieues: lancement d'opérations de renouvellement urbain. Maintien
des services publics. Augmentation des moyens, notamment scolaires.
Présence régulière des services de police.
- remplacement de la loi Hadopi par une loi "signant l'acte 2 de l'exception culturelle".
- lutte contre le "délit de faciès".
- loi favorisant l'égalité professionnelle homme/femme.
- ouvrir le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels.
- réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 à 50% à l'horizon 2025.
- fermeture de la centrale de Fessenheim, poursuite du chantier de l'EPR de Flamanville.

INSTITUTIONS

- loi de 1905 sur la séparation Eglise/Etat inscrite dans la Constitution, en tenant compte du statut de l'Alsace et Moselle.
- réforme du statut pénal du chef de l'Etat.
- droit de vote accordé aux étrangers aux élections locales.
- loi sur le non-cumul des mandats, introduction d'une part de proportionnelle aux législatives.
- Réduction de 30% de la rémunération du président et des ministres.

EUROPE, INTERNATIONAL

- Proposition d'un "pacte de responsabilité, de gouvernance et de
croissance", création d'euro-obligations et nouveau traité
franco-allemand.
- Proposition d'une politique commerciale européenne anti-dumping social et environnemental.
- Contribution climat-énergie aux frontières de l'Europe.
- retrait immédiat de nos troupes d'Afghanistan.
QUESTION DU JOUR : Etes-vous convaincu par les propositions de François Hollande ?
WXC
AnonymousInvité L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Jeu 26 Jan - 13:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le programme de Hollande est-il crédible ?

DECRYPTAGE - Des économistes ont passé au crible le projet du candidat. Leurs points de vue.

François Hollande a dévoilé jeudi les soixante propositions de son projet présidentiel, qui prévoit notamment 20 milliards d'euros de dépenses nouvelles sur cinq ans s'il est élu en mai et le retour à l'équilibre budgétaire en 2017. Ce programme tient-il la route ? Pour y répondre, Europe1.fr a décidé de soumettre neuf de ces propositions au regard critique des économistes et experts des domaines concernés. Voici leur analyse.

LOGEMENT

>> La proposition de Hollande : instaurer un système de plafonnement des loyers dans les zones tendues
"Efficace à court terme" - "Encadrer les loyers, c’est réalisable dès lors que l’on a l’outil législatif approprié. Une loi suffit", explique à Europe1.fr David Rodrigues, juriste à l'association Consommation logement et cadre de vie (CLCV). En 1948, par exemple, après la Seconde Guerre mondiale, la loi portant sur les rapports entre bailleurs et locataires organisait le blocage de certains loyers, à l’exception des logements neufs ou complètement rénovés. « Aujourd’hui, une telle mesure serait efficace dans la mesure où bloquer les loyers, cela procure une bouffée d’oxygène immédiate pour les locataires dont le pouvoir d’achat n’a pas progressé autant que le marché immobilier", explique le juriste David Rodrigues qui parle d’asphyxie des Français dans certaines zones. Son association la CLCV plaide d’ailleurs pour "un gel temporaire" des loyers. Mais le dispositif doit être limité dans le temps, sinon la mesure pourrait générer des effets néfastes. « Les propriétaires pourraient, par exemple, être tentés d’augmenter fortement, d’un seul coup, leurs loyers pour compenser le fait qu’ils ne pourront les augmenter pendant des années. Ils pourraient également essayer tout bonnement "de virer le locataire" pour débloquer le loyer.

>> Doubler le plafond du Livre A pour favoriser le logement social
"Pas franchement utile" - Doubler le plafond du Livret A, de 15.300 à 30.600 euros, entraînerait un coût supplémentaire de 100 à 324 millions d'euros pour les banques en détournant une partie de leur épargne vers la Caisse des dépôts, selon une étude du cabinet Sia Conseil publiée mercredi. Cette mesure ne serait d’ailleurs pas des plus efficaces à en croire Alain Dinin, PDG de Nexity, un des deux principaux promoteurs immobiliers français, car, selon lui, "le logement social n’est pas en manque de financements, mais en panne de projets".

>> Mettre les terrains de l’Etat à la disposition des collectivités locales pour construire des logements
"Bonne idée, mais" - Les experts s'accordent pour considérer qu'il manque environ 900.000 logements neufs dans les régions les plus dynamiques économiquement (IDF, Paca et Rhône-Alpes principalement), notamment en raison d'un manque de terrains à bâtir à un coût qui soit économiquement supportable pour les futurs propriétaires et locataires. Pour Alain Dinin, PDG de Nexity, la proposition de François Hollande est donc "une bonne mesure". Mais comme "le diable se niche dans les détails", il estime qu’une réforme « du droit à l'urbanisme et des permis de construire" doit être mise en place pour contraindre les communes, souvent réticentes, à laisser édifier des habitations. Autre bémol sur cette mesure : "on ignore combien de terrains vacants dispose l’Etat dans les zones tendues comme Paris. Sont-elles nombreuses ou pas ?" s’interroge encore David Rodrigues.

IMPÔTS

>> Relever la dernière tranche de l'impôt sur le revenu à 45 % pour ceux qui touchent plus de 150 000 euros par an
"Et les rentiers ?" - "Cela concerne 4,5 à 5 millions de Français qui touchent plus de 6.000 euros par mois et par personne. Parmi eux des cadres supérieurs, des patrons qui gagnent le seuil, 6.000 euros, et d’autres qui en touchent 30.000. Ces deux profils concernent des personnes très différentes", explique à Europe1.fr, l’économiste Bruno Jérôme. Dès lors, "la question est de savoir à partir de quand est-on riche ? Pourquoi 6.000 euros par mois et pas 10.000 ? Où veut-on mettre la barre ? Cette mesure risque d’entraîner également des effets de seuil, de freiner des évolutions de carrière, des salariés, préféreront au final gagner 5.500 euros et non 6.000, etc. En outre, cette proposition ne touche pas les rentiers. Cela pose un problème philosophique autant qu’économique", ajoute le professeur d’économie.

ECONOMIE

>> La création d'une banque publique d'investissement pour réindustrialiser la France
"Difficilement faisable" - "Cette mesure fait quand même étrangement penser au "crédit public aux entreprises" que les gouvernements Mauroy et Fabius ont démantelé dans les années 1980", s’amuse d’abord Bruno Jérôme."Ce crédit public permettait aux entreprises de trouver facilement des ressources. Le problème, c’est qu’auparavant l’Etat le finançait en faisant fonctionner la planche à billets, ce qui n’est plus concevable à l’heure de l’Euro. La seconde question qui se pose est de savoir si un tel système est compatible avec les règles de concurrence européenne. Est-ce que, dans d’autres pays de l’Union, des entreprises ne pourront pas se plaindre de distorsions de la concurrence, de concurrence déloyale ?", interroge l’économiste. Enfin, "dans ce genre de structure, il faut bien l’avouer, il y a souvent des conflits d’intérêts", souligne-t-il. "Le risque, c’est que ce soient toujours les mêmes qui touchent cette aide…".

>> Séparation des activités de crédit et de spéculation au sein des banques
"Utile" - "Avec une telle mesure, les dépôts des petits épargnants ne seront plus utilisés par les banques dans leur activité de spéculation, ceci les protégeant en cas de krach ou de crise aigue. Il y aurait ainsi clairement deux banques au sein d'un même établissement : l’une d’investissement, l’autre de dépôts et de prêts. Aujourd’hui, Barack Obama réfléchit à instaurer un tel système aux Etats-Unis", décrypte Bruno Jérôme. "Il ne faut cependant pas, qu’en Europe, un seul pays entreprenne cette réforme. Si c’était le cas, les capitaux seraient investis ailleurs", tempère-t-il.

>> Création d'une agence publique de notation européenne
"Peu utile" - "Si les Etats sont notés, c’est qu’ils ont demandé à l’être. Aujourd’hui ils se rendent compte, d’une part, qu’ils ne peuvent faire plier ces agences et deuxièmement que ces agences de notations sont beaucoup plus douées pour évaluer les entreprises que les Etats. Pour les Etats, elles commettent régulièrement des erreurs, sans compter qu’elles se prennent dans le tapis des calendriers électoraux. Ajouter une agence ne changerait pas grand chose d’autant que l’indépendance de cette agence serait évidemment questionnée", analyse Bruno Jérôme.

EDUCATION

>> Re-créer "60.000 postes" dans l’Education pour un coût d’un milliard d’euros
"Réaliste" - "Les nouveaux professeurs sont des fonctionnaires en bas de l’échelle. Le coût pour l’Etat n’est donc pas si élevé. Cette proposition ne pose donc pas de problème", juge Eric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques, l’OFCE, pour Europe1.fr, avant d’ajouter : "l’UMP a beaucoup critiqué cette mesure, jugeant qu’à ce coût, il fallait ajouter le coût de la future retraite de ces 60.000 embauchés… Mais bon, ce sera dans 42 ans".

RETRAITE

>> Ceux qui ont commencé à travailler tôt pourront partir en retraite à 60 ans à taux plein
"(Trop) coûteux" - "C’est un sujet qui revient régulièrement et le problème est évidemment celui du coût. Une telle mesure est chiffrée par le PS à 1,5 milliard d’euros et à 2,5 milliards par l’UMP. Son coût se situe entre, à 2 milliards donc par an, 16 milliards d’ici à 2020, date à laquelle le système des retraites devra de toute façon être remis à plat", indique Bruno Jérôme avant de s’interroger : "Compte tenu de son déficit, la France peut-elle se permettre cette mesure qu’il va falloir financer par l’impôt et la dette ? Au cœur de la crise, une telle proposition pose quand même problème ! Surtout si la croissance ocille autour de 0 l’année prochaine. En somme, l’esprit de cette mesure est louable, mais le moment choisi n’est pas le bon".

Source => SFR Politique
avatarPikatchuRegulier
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Jeu 26 Jan - 13:24

ben, moi ça me parait frappé au coin du bon sens ces propositions .. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image], encore un petit effort d'imagination peut être ?
Psycho99Psycho99VIP du Galion
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Jeu 26 Jan - 13:30

Psycho99 a écrit:
ben, moi ça me parait frappé au coin du bon sens ces propositions .. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image], encore un petit effort d'imagination peut être ?

PSYCHO MDR KL
avatarPikatchuRegulier
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Jeu 26 Jan - 19:52

Hé ben ,cette vidéo auras au moins eu le mérite de nous faire rire...
C'est la cata,le pire c'est son logo,il est de gauche et en mettant le FR en avant on dirait qu'il se sent plus a droite..?
Sinon il se met a faire de la démagogie aussi..c'est assez faiblard mais ça représente bien le mou du genou qu'il est..
J'ai pu m'apercevoir aussi que MR Hollande s'efforce de maintenir son régime alimentaire,il veut paraitre plus mince,moins bedonnant,mais qu'il se tape une ligne de coco là,ça le décoincera un peu..
Ce gars là a lui seul tue le PS tout comme Ségo le faisait..
Mais bordel ou sont passé les vrais socialiste.?
NON


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Actu-OneActu-OneAdmin
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Ven 27 Jan - 6:50

Actu les "vrais "socialistes attendent leur heure (Montebourg )ou ne sont plus dans le parti (Mélenchon ) donc il faut te faire une raison ...ceci dit moi du moment que le nain dégage peu m'importe de toutes façons !
Psycho99Psycho99VIP du Galion
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: concours de Miss Elysée .. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110Ven 27 Jan - 7:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
On nous dit rien, on nous cache tout : Carla est entrée au musée Grévin ??
Psycho99Psycho99VIP du Galion
L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'Actu politique vu par le Galion.. L'Actu politique vu par le Galion.. 2110

Contenu sponsorisé L'Actu politique vu par le Galion.. Vide
Revenir en haut Aller en bas

L'Actu politique vu par le Galion..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Politique : Marvel versus DC.» jeton politique Anglais 1794» [Thème] Littérature populaire et politique-fiction» Petite blague politique.» Surmédiatisation Politique : Politiquement Correcte ?
Page 1 sur 29Aller à la page : 1, 2, 3 ... 15 ... 29  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Galion :: A l'avant :: 
Débats
-
Sauter vers: