RemonterDescendre



 
Le Galion
http://www.wikio.fr
Forum Optimisé pour
Firefox

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Proverbe du jour

« Les médisants ressemblent aux malheureux qui n'ont pas eu leur part d'événements et doivent mener aux dépens de leurs voisins une existence parasitaire. »

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
La devise

Pirate un jour,pirate toujours.
Sujets les plus vus
Scoops , Potins , et autres News..
Les Anges de la TV Réalité 4 "CLUB HAWAI"
Qui.... veut quoi???
News,potins..
Le choc des héros
Le choc des héros
Le choc des héros
Dilemme
Topics Candidats
Le jeu des smiley's et émoticônes!
The Galion


PageRank Actuel

Partagez|

Les politiciens et nous..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 9:50

Tu as perdu ta langue ? :face: Suspect
PikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 9:52

Rachida Dati
La ministre de la justice Rachida Dati a un parcours totalement atypique.
et voui, Albin Chalandon (vieux beau sur le retour)et bien d'autres l'ont beaucoup aidée car ils lui trouvèrent beaucoup de talents mais pas ceux figurants sur son CV
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Psycho99 le Ven 10 Fév - 9:54, édité 1 fois
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 9:53

une autre vision des choses .. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dans son dernier ouvrage, « La Sarkose obsessionnelle » (Hachette
Littératures), Serge Hefez revient sur cette nouvelle « maladie hexagonale ». «
Sarkozy, c’est l’exhibition de l’intime, à un tel point qu’on ne voit que la
personne dans sa jouissance, ses désirs, ses colères, avec un sentiment de trop
plein qui écœure ». « Cette aspiration aux valeurs de l’individu autoproclamé,
autosuffisant s’accompagne de ce que j’appelle la perversion narcissique : dans
les relations entre les gens, le narcissisme finit par l’emporter. » Avant de
préciser : « Il ne s’agit pas de psychologiser Nicolas Sarkozy mais le rapport
qu’il entretient avec nous, son image ».


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Les narcissiques sont des sujets blessés, précisément carencés du point de
vue de l’estime d’eux-mêmes du fait de déceptions précoces. Qui leur reste-t-il
à aimer sinon eux-mêmes ? Ils ont alors le souci d’être non seulement un, mais
unique, sans plus d’ancêtre que de successeur.
Le narcissisme pathologique est celui d’un individu soucieux de contrôler les
impressions qu’il donne à autrui, avide d’admiration mais méprisant ceux qu’il
parvient à manipuler, insatiable d’aventures affectives pouvant combler son
vide intérieur, obsédé par son propre vieillissement. En dépit de sa
souffrance, il évolue avec succès dans les institutions bureaucratiques qui encouragent
la manipulation des relations interpersonnelles, découragent la formation de
liens interpersonnels profonds et fournissent à l’envie approbation et
désapprobation qui alimentent les atermoiements de l’estime de soi.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 9:57

Psycho99 a écrit:
Rachida Dati
La ministre de la justice Rachida Dati a un parcours totalement atypique.
et voui, Albin Chalandon (vieux beau sur le retour)et bien d'autres l'ont beaucoup aidée car ils lui trouvèrent beaucoup de talents mais pas ceux figurants sur son CV
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je t'en supplie, rejoins les Politiciens à l'Hémicycle ... on s'ennuiera moins si tu interviens au micro ... et si tu veux, je serai ton garde du corps Suspect
avatarPikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 11:12

Il est vrai que chez Nicolas Sarkozy, il y a un peu de ça...On a parfois associé sa manière d'être à celle de Napoléon Bonaparte, il y a dans leur comportement des similitudes...

Qu'il ait voulu prendre une revanche sur la vie, ç'est fort probable, Le narcissique a souffert de carence précoces ce qui semble plutot bien correspondre à ceux qu'on sait de sa vie :

Nicolas Sarkozy est le fils de Pal Sarközy de Nagy-Bocsa, immigré hongrois, et d'Andrée Mallah, d'origine française (Rhône-Alpes) et juive séfarade (de Salonique).

D'emblée c'est explosif

Le couple a deux autres garçons : Guillaume (1951) et François (1959). Après avoir divorcé d'avec sa femme, Pal Sarkozy se remarie trois fois ; de son troisième mariage avec Christine de Ganay naissent deux autres enfants : Caroline (1967) et Olivier (1969).

Du premier lit, il est ce qu'on considère comme l'enfant du milieu car né en 1955 position décrite comme étant généralement problématique dans une fratrie
Son père se remarie trois fois et sa derniere Femme, dont il a deux enfants est issue d'un milieu qui correspond au sien ou supposé tel, voire mieux selon des critères qui ont encore cours dans certains cercles



S'étant marié trois fois, Nicolas Sarkozy est père de quatre enfants : Pierre (1985) et Jean (1986) avec Marie-Dominique Culioli (mariés en 1982, divorcés en 1996), Louis (1997) avec Cécilia Ciganer-Albéniz (mariés en 1996, divorcés en 2007), et Giulia (2011) avec Carla Bruni-Tedeschi (mariés en 2008).
Études

Là on est dans le même schéma, avec là aussi on note dans le choix de ses compagnes quelque chose qui correspond à une ascension sociale


Élève du lycée Chaptal (8e arrondissement de Paris), qu'il quitte pour redoubler2 sa sixième au Cours Saint-Louis de Monceau situé rue de Monceau, dans le même quartier, Nicolas Sarkozy obtient un baccalauréat B en 1973.


Elève Médiocre doit on mettre cela sur le fait de capacités limitées ou d'un environnement affectif instable ...à voir

Étudiant à l'université Paris X Nanterre, il y obtient une maîtrise de droit privé en 1978. Deux ans plus tard, au terme de ses études universitaires, il obtient un certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA)3 avec la note de 10/20. Il a par ailleurs obtenu un DEA en sciences politiques, lors de la deuxième session, avec un mémoire sur le référendum du 27 avril 1969

Toujours dans la moyenne basse, on sent qu'il rame et qu'il n'a pas de facilité, mais il s'accroche. ce n'est certes pas un intellectuel et sa culture est limitée

En septembre 1979, il entre à l'Institut d'études politiques de Paris section Pol.Eco.Soc. dont il sort, en 1981, non diplômé. Selon Catherine Nay, cet échec est probablement dû à une note éliminatoire en anglais7.

Premier gros gadin cet echec lui ferme certainement la porte de L'ENA qu'il n'a pas fait mais dont je ne doute pas qu'il ait pu l'envisager

Il effectue son service militaire en 1978, à la Base aérienne 117 Paris (quartier Balard), dans le 15e arrondissement de Paris, où il appartient au Groupe rapide d'intervention chargé du nettoyage.

Alors là, voila un exemple de piston très cher payé pour son ego

Carrière professionnelle

Après sa prestation de serment en 1981, il entre comme stagiaire et devient collaborateur de l'avocat Guy Danet9.

IL rame....

En 1987, il crée à Paris le cabinet « Leibovici - Claude - Sarkozy » en s'associant avec deux autres avocats : Arnaud Claude spécialisé en immobilier qui a notamment récupéré dans sa clientèle la ville de Levallois-Perret dont il règle tous les contentieux d'expropriation, et Michel Leibovici. Parallèlement à cela, Nicolas Sarkozy conduit sa carrière politique.

Le métier d'avocat est un pis allé ....la politique le taraude

Entre avril 2005 et janvier 2007, il est président de l'EPAD. Il figure parmi les administrateurs de la Société d'économie mixte de Neuilly (Semine) basée à la mairie de Neuilly-sur-Seine, qui gère des immeubles résidentiels.

On connait la suite et l'erreur commise avec son fils

Il est aussi membre d'honneur du Rotary Club de Neuilly et membre du club Le Siècle , réunissant des personnalités de la « classe dirigeante » française.

Le rotary, pour la forme...l'appartenance au Club le Siècle a tout de suite un coté un peu plus sulfureux, on pense au groupe de Bildeberg, aux skulls and bones cette fameuse élite ou coterie qui font le bonheur des conspirationnistes
Carrière politique


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 11:37

Regardons un peu chez François Hollande ce que ça dit :

François Gérard Georges Nicolas Hollande est le fils cadet du docteur Georges Gustave Hollande, né le 9 mai 1923, médecin ORL favorable à l'Algérie française2, candidat malheureux sur une liste d'extrême droite aux élections municipales de Rouen en 1959 et 1965. Sa mère, Nicole Frédérique Marguerite Tribert, née le 7 septembre 1927, est assistante sociale, et proche de la gauche3.

C'est assez joli là aussi, les discussions politiques à la maison devaient avoir de la gueule


Il passe son enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle sur les hauteurs de Rouen, où il est élève au pensionnat Jean-Baptiste-de-La-Salle de Rouen. Au premier trimestre 1968, son père, mal vu du fait de sa proximité avec Jean-Louis Tixier-Vignancour et l'OAS, vend sa clinique, ses appartements du Clos du Hamel, la maison de Bois-Guillaume et déménage avec sa famille à Neuilly-sur-Seine, où il se lance dans l'immobilier.

Milieu favorisé et qui le reste en dépit des circonstances


Élève au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, François Hollande entre à la faculté de droit de Paris, où il obtient une licence en droit, puis à HEC Paris et l'Institut d'études politiques de Paris, où il milite à l'UNEF-Renouveau, proche du Parti communiste français. Il sort 7e de l'ENA, dans la promotion Voltaire.

Pour le moins un parcours sans fautes et surprenant, une première phase plutot libérale et à partir de L'IEP une affirmation d'une conscience politique totalement aux antipodes du père...Oedipe ?


En 1976, il est exempté de service militaire à cause de sa myopie lors de ses « trois jours » au fort de Vincennes, mais obtient l'annulation de cette décision. Lors de ses classes à l'école des officiers de Coëtquidan, en janvier 1977, il est dans la même chambrée que Jean-Pierre Jouyet, Michel Sapin, Henri de Castries et Jean-Michel Lambert.


c'est étonnant comment les liens se forment



Avec Ségolène Royal, en 2007.
Vie privée

À Sciences-Po, il est fiancé à Dominique Robert, nièce de Louis Mexandeau, député du Calvados, proche de François Mitterrand, dont il se rapproche.

Opportunisme ?


À la fin des années 1970, il fait la connaissance de Ségolène Royal lors d'une soirée de l'ENA (également de la promotion Voltaire). Il se lie avec elle au cours d'un stage réalisé dans une cité HLM de banlieue, « La Noé », à Chanteloup-les-Vignes8. Le couple Royal-Hollande, non marié, a quatre enfants : Thomas (1984), Clémence (1986), Julien (1987) et Flora (1992).

Je me suis toujours demandé pourquoi il ne s'était pas marié..Trouvait il cela trop bourgeois.?..


Leur séparation est annoncée au soir du second tour des élections législatives de 2007. Il officialise alors sa relation avec la journaliste Valérie Trierweiler, qui était sa compagne depuis 2006 ; cette relation était restée cachée lors de la campagne de Ségolène Royal.

La mère de ses 4 enfants n'était vraisemblablement pas la femme de sa vie

Débuts en politique

En 1974, il préside la section de l'UNEF à l'Institut d'études politiques de Paris. Il entre à HEC Paris, et y préside le comité de soutien à la candidature de François Mitterrand.

Reseau Reseau Reseau

Il adhère au Parti socialiste en 1979 et devient, grâce à Jacques Attali et Jacques Delors, chargé de mission à l'Élysée pour les questions économiques.

Sorti 7e de l'ENA en 1980, il choisit d'être auditeur à la Cour des comptes5. Il est également, à cette époque, maître de conférences à l'IEP de Paris, où il donne des cours d’économie aux étudiants de troisième année jusqu'en 1991.

En 1981, à la suite de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République, François Hollande devient chargé de mission (toujours à propos d'économie) pour l'Élysée, à l'époque où le nouveau pouvoir entame sa politique de relance par la demande (relance keynésienne) et de nationalisations. Lors des élections législatives de juin 1981, François Hollande est désigné comme candidat socialiste contre Jacques Chirac dans la troisième circonscription de la Corrèze, après le refus de Jacques Delors. Durant la campagne, il se rend à un meeting de son concurrent, à Neuvic, et l'interpelle sur le fait qu'il n'a pas répondu à sa demande écrite de débat. Avec 26 % des voix, contre 23 % au candidat communiste, il lui manque 350 voix pour mettre en ballotage Jacques Chirac, qui l'emporte dès le premier tour.

En 1983, il est nommé directeur de cabinet de deux porte-parole successifs du gouvernement Pierre Mauroy : Max Gallo et Roland Dumas. Il participe alors à une manipulation politique : sur l'instigation de François Mitterrand, Jacques Attali demande à l'éditeur Fayard de publier un pamphlet contre la droite. La tâche est confiée au journaliste André Bercoff, qui publie un livre nommé De la reconquête, sous le pseudonyme de « Caton », un soi-disant dirigeant de la droite. François Hollande apportera à André Bercoff des éléments chiffrés pour la rédaction du livre, et le journaliste, dont la notoriété ne lui permet pas d'en assurer lui-même la promotion, lui confiera cette tâche.
Dans différents interviews, François Hollande se fait alors passer pour Caton, le faux dirigeant de la droite19. La même année, il échoue aux élections municipales, mais devient conseiller municipal d'Ussel (en Corrèze).

Ho le vilain sous son air débonnaire


En 1984, il devient conseiller référendaire à la Cour des comptes

En 1986, Claude Allègre l'enrôle dans l'équipe d'experts dont s'entoure Lionel Jospin après la défaite du Parti Socialiste aux élections législatives de 1986.

Aux élections législatives de 1988, qui font suite à la réélection de François Mitterrand, il se présente une nouvelle fois en Corrèze, mais change de circonscription. Avec près de 53 % des suffrages exprimés, il est élu député de la première circonscription de la Corrèze. À l'Assemblée nationale, il devient secrétaire de la Commission des finances et du Plan et rapporteur du budget de la Défense.

Au Parti socialiste, il lance avec Jean-Yves Le Drian, Jean-Pierre Mignard et Jean-Michel Gaillard les « transcourants », rebaptisés ultérieurement « Démocratie 2000 ».

De 1988 à 1991, il enseigne l'économie en 3e année de l'Institut d'études politiques de Paris.

François Hollande quitte Ussel en 1989, où il est conseiller municipal d'opposition depuis six ans, pour se présenter à Tulle. Il devient adjoint au maire de la ville, le communiste Jean Combasteil. L'année suivante, il soutient la motion Mauroy-Mermaz-Jospin au congrès de Rennes.

En 1993, il perd son mandat de député en étant battu par Raymond-Max Aubert (RPR) ; il reconnaîtra avoir délaissé ses électeurs pour ses activités nationales. Il prend ensuite la présidence du club « Témoin » de Jacques Delors, qu'il conserve jusqu'en 1997. Lors des élections municipales de 1995, la gauche perd Tulle, et Raymond-Max Aubert en devient le maire.

Magistrat de la Cour des comptes, François Hollande dispose d'une équivalence (CAPA) lui permettant d'exercer la profession d'avocat : il travaille pendant quelques mois dans le cabinet de son ami Jean-Pierre Mignard.

Faut bien vivre


Président du Conseil consultatif des personnes handicapées en décembre 1992, il devient secrétaire national du Parti socialiste chargé des questions économiques en novembre 1994. En 1995, après la renonciation de Jacques Delors, dont il soutenait la candidature à l'élection présidentielle, il se rapproche de Lionel Jospin, qui fait de lui un des porte-paroles de sa campagne présidentielle. Après sa défaite face à Jacques Chirac, Lionel Jospin nomme François Hollande, en octobre 1995, porte-parole du PS5. Selon Serge Raffy, le premier secrétaire du Parti socialiste cherche alors un homme qui « apaise, apporte sérénité et concorde » pour sortir des conflits suscités par la succession de François Mitterrand.


Apaise , apporte sérénité et concorde...le Messie quoi !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 11:52

Bonjour MALVI Wink

Puisque tu parles de HOLLANDE, le voici en GRAND ANALYSTE !
:face:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Hollande analyse la stratégie de Sarkozy

EXCLU - Le candidat PS s'est livré à quelques confidences, lors de son déplacement à Orléans.

Le déplacement de François Hollande à Orléans jeudi a poussé le candidat socialiste à quelques confidences sur la stratégie de Nicolas Sarkozy. "Avec ses propositions très droitières, il doit parier qu'il sera devant moi au premier tour, surtout si Marine Le Pen n'a pas ses signatures", a-t-il confié à Europe 1. "Un pari risqué", selon François Hollande. (à peine prétentieux le Monsieur !)

"Je fais le pari de l'apaisement"

"Il croit qu'il faut répondre à la violence de la société par une autre forme de violence, moi je fais le pari contraire, celui de l'apaisement", a expliqué le candidat socialiste à Europe 1, qui, même en privé, ne cite jamais le nom de son rival. Ainsi, pour qualifier l'interview de Nicolas Sarkozy, il utilise la formule suivante : "Quand on entre en campagne, on y entre franchement pas en pointillé !"

C'est en écoutant Europe 1 jeudi matin que François Hollande a découvert la fameuse interview de Nicolas Sarkozy au Figaro Magazine. Il a décidé alors de battre le rappel de ces troupes pour réétudier le programme de sa "journée jeunesse" à Orléans. Vincent Peillon, son "Monsieur Education", Aquilino Morelle, sa plume, et Manuel Valls, qui veille à la bonne organisation de sa campagne, ont alors été convoqués au QG pour tout remettre à plat.

Un discours remanié

"On garde la dominante éducation" a alors décidé François Hollande, "mais on la prend comme point d'appui pour répliquer à la conception de la République développée dans le Figaro Magazine par Sarkozy". Le discours de François Hollande est alors remanié. Il y introduit la fameuse formule "le prochain référendum, c'est l'élection présidentielle", en réponse à la proposition d'un référendum sur l'indemnisation des chômeurs.


avatarPikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 12:31

Tout n'est qu'ajustement, communication, il dit ça , je dis ça...il ne doit pas se sentir si serein que cela Monsieur L'apaisé..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 12:31

Tout n'est qu'ajustement, communication, il dit ça , je dis ça...il ne doit pas se sentir si serein que cela Monsieur L'apaisé..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 12:43

Concernant l'influence de la taille des dirigeants sur l'economie d'un pays :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mais que Voila un argument de campagne ! lol....
La bonne taille c'est surtout d'avoir les pieds qui touchent le sol...et si possible sur terre !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 13:02

MDR Malvi ... Punaise, ils se sont sacrément foulés pour pondre une telle analyse de rapport taille/président/économie, etc ... :face:

Mais ils ont oublié le poids, il me semble, non ? Shocked

avatarPikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 13:27

ils sont surtout tordus oui ! et pourtant l'image est un parametre avec lequel qu'on le veuille ou non il faut compter :
sur le sujet :


Ces «stars» happées par la politique

Par Urs Geiser, swissinfo.ch

Quand il s’agit d’élire une politicienne ou un politicien, le look a plus d’importance qu’on ne l’admet généralement. Pour autant, Miss et Mister Suisse ne seraient pas assurés de décrocher un siège au Parlement, explique le politologue Georg Lutz, auteur d’une étude sur la question.

Expert du comportement en politique, Georg Lutz a mené une étude expérimentale au Centre de compétence suisse en sciences sociales de l’Université de Lausanne. Pour ce faire, il s’est basé sur des données récoltées lors des élections fédérales de 2007.

Il a souvent a été démontré que bien peu d’électeurs fondent leur choix sur des considérations politiques complexes, comme le programme ou les actions des partis ou des candidats. De nombreux citoyens en effet votent sans être nécessairement intéressés par la politique.

Georg Lutz explique que l’un des objectifs de l’étude était d’essayer de faire la lumière sur le comportement électoral et de faire réfléchir les gens sur les mécanismes d’une campagne politique.

Georg Lutz.

Georg Lutz. (Keystone)
swissinfo.ch: Dans quelle mesure est-il important pour un parti de présenter des candidats physiquement attractifs?

Georg Lutz: Pour la compétition entre partis, cela n’a pas vraiment beaucoup d’importance. Un parti est intéressé à gagner autant de sièges que possible.

Chaque parti a besoin de candidats qui peuvent présenter son programme d’une manière cohérente. Et si d’aventure, ceux-ci sont attractifs au niveau physique, c’est probablement un atout.

Mais au niveau individuel, c’est certainement très utile, car la compétition ne se fait pas entre candidats de partis différents, mais entre candidats d’un même parti.

swissinfo.ch: Miss ou Mister Suisse seraient-ils assurés de décrocher un siège si un parti pouvait les convaincre de se porter candidats?

G.L.: Bien présenter aide – cela peut faire la différence – mais ce n’est pas suffisant. Les candidats doivent être crédibles et avoir des racines en politique. Ils doivent aussi être en mesure de faire des déclarations politiques de base. La compétition pour un siège au Parlement est dure à l’intérieur de tous les partis.

swissinfo.ch: A quel point vos découvertes sur l’avantage de l’attractivité en politique vous ont-elles surpris?

G.L.: Le fait que l’attractivité perçue a une incidence – raisonnablement forte – sur le nombre de voix n’a pas constitué une surprise. C’est en ligne avec de précédentes études qui avaient montré que l’attractivité a une importance dans des contextes très différents.

Mais le but de l’étude n’était pas tellement de surprendre, mais de jeter un œil critique sur le comportement électoral.

Un modèle démocratique idéal suppose que les électeurs étudient les manifestes des partis, examinent les candidats – leurs antécédents, leur expérience – et qu’ils prennent une décision rationnelle en toute connaissance de cause.

Mais en réalité, ce sont des facteurs très simples, comme l’attractivité ou le positionnement dans les sondages, qui influencent le choix des électeurs. Ce ne sont pas des critères très rationnels et cela démontre à quel point le choix de candidats se fait rapidement.


swissinfo.ch: N’est-ce pas inquiétant?

G.L.: Le look n’est pas décisif. Mais cela montre que choisir un candidat n’est pas différent de prendre un produit dans un rayon, une décision basée par exemple sur la couleur de la boîte dans lequel ce produit est vendu.

Mais il n’y a pas de raison de s’alarmer. En effet, ce côté superficiel ne s’applique pas dans la même mesure en ce qui concerne le choix d’un parti politique.

La plupart des électeurs ne comparent pas les candidats issus de différents partis, mais seulement les candidats à l’intérieur d’un parti dont ils se sentent proches. En fin de compte, le nombre de sièges est plus important que le candidat qui représente le parti au Parlement.

swissinfo.ch: Quelle a été la réaction du monde académique et des médias à votre étude?

G.L.: Les médias ont beaucoup apprécié. C’est typiquement le genre de chose qu’ils adorent. Cette interview n’est-elle pas là pour le prouver? (rires)

La réaction du monde académique a été mitigée. Il y a des scientifiques venant du domaine de la psychologie politique qui ont apprécié l’étude, son caractère expérimental et sa méthodologie. Mais il y en a qui ont critiqué le caractère simple et évident du résultat. Pour eux, cette étude était inutile.

Il y a ensuite eu des critiques disant qu’il était choquant de mener une telle étude pour en arriver à un tel résultat. Ces gens estimaient que ce n’est pas très flatteur pour la démocratie, vu qu’elle démystifie l’idée que les citoyens prennent leur décision sur des critères rationnels.

Mon poste à l’Université de Lausanne est financée par le Fonds national pour la recherche scientifique et j’apprécie la liberté académique permettant de mener de telles études. C’est pourquoi ces critiques ne me gênent pas outre mesure.

Urs Geiser, swissinfo.ch
Traduction de l’anglais: Olivier Pauchar


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 13:54

Excuses-moi MALVI, mais je suis MDR ... & j'ai bien aimé ceci :

" Le look n’est pas décisif. Mais cela montre que choisir un candidat n’est pas différent de prendre un produit dans un rayon, une décision basée par exemple sur la couleur de la boîte dans lequel ce produit est vendu. " .... la comparaison est géniale ! lol
avatarPikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 14:53

Malvilar a écrit:
Concernant l'influence de la taille des dirigeants sur l'economie d'un pays :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mais que Voila un argument de campagne ! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]....
La bonne taille c'est surtout d'avoir les pieds qui touchent le sol...et si possible sur terre !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
manque que le poids du cerveau
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 14:58

j'espère que vous n'avez pas raté la série sur ARte qui a commencé la semaine dernière :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
et aussi les "hommes de l'ombre" sur la 2 : passionnant malgré un début où on enfonçait des porte ouvertes
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 15:04

Aném a écrit:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] PSYCHO ... tu n'as pas trouvé autre chose comme c...... à écrire ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Alors, hein ?? tu as vu ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] et il est même pas belge celui qui a pondu ça :
Concernant l'influence de la taille des dirigeants sur l'economie d'un pays :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 15:19

je regarde les hommes de l'ombre, c'est une bonne fiction française , alors peut être (certainement) que la période la rend d'autant plus interessante, mais derrière la fiction il est légitime de penser qu'il y a de cela dans les rapports qu'entretiennent entre eux ces droles d'animaux

Et pour le document "NATIXIS" que dire....qu' on ne vienne pas s'etonner du cours de l'action ensuite !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 15:23

Aném a écrit:


Je t'en supplie, rejoins les Politiciens à l'Hémicycle ... on s'ennuiera moins si tu interviens au micro ... et si tu veux, je serai ton garde du corps Suspect
je veux bien mais je ne couche pas ...hein !
pour le garde du corps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] il va te falloir un cv béton , genre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Psycho99Psycho99VIP du Galion
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 15:38

LOL, l'hémicycle en Folie....C'est que parfois ils peuvent être drole de maniere volontaire ou non d'ailleurs :
Palmarès du prix de l'humour politique
1988

Prix de logique : Quand le moment est venu, l'heure est arrivée (Raymond Barre)
Prix de bonne conduite : Même en avion, nous serons tous dans le même bateau (Jacques Toubon)
Prix de sciences naturelles : La droite et la gauche, ce n'est pas la même chose (Pierre Mauroy)
Prix d'excellence : François Mitterrand est le spécialiste du piège à consensus (Alain Juppé)
Prix du souvenir : Voici que s'avance l'immobilisme et, nous ne savons pas comment l'arrêter (Edgar Faure)

1989

Prix : Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland (André Santini).

1990

Premier prix : En 1974, les Français voulaient un jeune : ils ont eu Giscard. En 1995, ils voudront un vieux : ils auront Giscard (Philippe Séguin)
Deuxième prix : Le plan sécheresse n'est pas un arrosage (Henri Nallet, Ministre de l'Agriculture)
Troisième prix ex-aequo :
En 1989, sur cinquante-deux évadés, on en a repris cinquante-trois (Pierre Arpaillange, Garde des Sceaux)
Le mur de Berlin s'écroule. Un mort : Jacques Delors (Jean-Pierre Chevènement)
Prix du récidiviste : Mgr Decourtray n'a rien compris au préservatif. La preuve, il le met à l'index (André Santini)

1992

Premier prix : [Je suis un] "Breton d'après la marée noire" (Kofi Yamgnane, maire de Saint-Coulitz, dans le Finistère).

1993

Premier prix : Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent (Jacques Godfrain)

1994

Le prix n'est pas décerné, mais un classement est établi :

Première place : Les assises, c'est un peu dur pour le PS, la correctionnelle aurait suffi (Jean-Pierre Chevènement, à propos des "assises de la transformation sociale", organisées par le Parti Socialiste)
Deuxième place : Mes détracteurs ont commencé à s'opposer aux charters. La police de l'air a négocié avec la SNCF, on a parlé de train de la honte. Si on décidait d'utiliser les bateaux, on évoquerait l'« Exodus ». Il ne nous reste donc, en réalité, que l'autobus ou le vélo (Charles Pasqua).

1995

Premier prix : Avec Delors, les socialistes passent de Léon Blum à Léon XIII (Philippe Séguin)
Deuxième prix : Votre peuple a eu l'intelligence de vous élire deux fois (de Valéry Giscard d'Estaing à Benazir Bhutto)
Troisième prix : Je ne suis pas sûr qu'on prenne de la hauteur en montant sur une table (François Baroin, à propos d'un incident de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur)

1996

Prix d'Excellence : Alain Juppé voulait un gouvernement ramassé, il n'est pas loin de l'avoir (André Santini)
Accessit : Je me demande si l'on n'en a pas trop fait pour les obsèques de François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard. (toujours par André Santini)

Phrases de la période 1997 - 2003
1997

La meilleure façon de résoudre le chômage, c'est de travailler (Raymond Barre)
Il est plus facile de céder son siège à une femme dans l'autobus qu'à l'Assemblée nationale (Laurent Fabius)
Ce n'est pas parce que nous sommes un parti charnière qu'il faut nous prendre pour des gonds (Hervé de Charette, à propos du parti PPDF, devenu la Convention démocrate aujourd'hui membre de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale)
J'ai décidé de dissoudre l'Assemblée Nationale (Jacques Chirac), c'est cette phrase nominée, qui marque un terme à la première période de son histoire. La présidence du prix n'assumera pas de le remettre cette année-là.

1998

Mon mari était jusqu'à présent chômeur, mais je suis en train de changer de mari (Marie-Noëlle Lienemann)
On était dans un appartement avec une fuite de gaz. Chirac a craqué une allumette pour y voir clair (Patrick Devedjian, sur la dissolution)
J'ai été avocat pendant 28 ans et Garde des Sceaux pendant 28 jours. Si je suis le seul ministre de la Justice à ne pas avoir commis d'erreur, c'est parce que je n'ai pas eu le temps (Michel Crépeau)
La contraception doit avoir ses règles (Bernard Kouchner)

Palmarès du prix Press Club, humour et politique
2003

Prix Press club humour et politique : Villepin fait tout, je fais le reste (Renaud Muselier)
Prix spécial à Jean-Pierre Raffarin pour un an de raffarinades

Parmi les nommés :

Cette semaine, le gouvernement fait un sans faute ; il est vrai que nous ne sommes que mardi (François Goulard)
Il doit bien rester un angle de tir pour la paix (Bernard Kouchner)
Pour ce que j'avais à faire, je n'avais pas besoin de diplôme (Christine Deviers-Joncour)
Elle est sortie de mon orbite affective (Roland Dumas, à propos de Christine Deviers-Joncour)

2004

Prix Press club humour et politique : Je n’imagine pas un instant cette île séparée du continent (Jean-Louis Debré à propos de la Corse)2
Prix Spécial du Jury : Cela pourrait faire un film dont le titre serait Mamère Noël est une ordure. (Michel Charasse, après le mariage homosexuel de Begles), ainsi que l'ensemble de son œuvre

Parmi les nommés3 :

La moitié du nuage d’ozone qui sévit dans la région parisienne est d’importation anglaise et allemande (Roselyne Bachelot-Narquin)
Il s’agit presque d’un triomphe à la soviétique, comme on disait dans le temps (Marie-George Buffet, à propos de la victoire de Vladimir Poutine)
Ce n’est donc pas un groupe politique, c’est un accélérateur de particules (François Gerbaud, à propos du groupe UMP du Sénat, présidé par le duc de Rohan, co-vice-présidé par le marquis de Raincourt et Xavier Galouzeau de Villepin) (celle là je l'adore )
C’est l’union d’un postier et d’une timbrée (Dominique Strauss-Kahn, à propos de l’alliance LO-LCR)
Heureusement qu’on vous a ; et, en plus, je suis sincère (Bernadette Chirac, s’adressant à Nicolas Sarkozy)
Quand vous êtes aux affaires vous manquez de souffle ; quand vous êtes dans l’opposition vous ne manquez pas d’air (Xavier Darcos à des élus PS)
À mon âge l’immortalité est devenue une valeur refuge (Valéry Giscard d’Estaing, reçu à l’Académie française)
J’ai appris la composition du Gouvernement en regardant la télévision (Alain Juppé, au lendemain de la nomination du Gouvernement Raffarin III)
Si elle s’appelait République, Ségolène ne séduirait pas nos électeurs (Philippe de Villiers, sur Ségolène Royal)

2005

Prix Press club humour et politique : Je ne suis candidat à rien (Nicolas Sarkozy).
Prix Spécial du Jury pour Valéry Giscard d’Estaing pour l’ensemble de son œuvre et notamment pour ces deux phrases au sujet du projet de Constitution européenne :
C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit : je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai écrit
C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum, à condition que la réponse soit oui

Parmi les nommés4 :

Le miracle permanent des Verts, c'est que les gens nous attendent encore pour refaire le monde (Jean-Luc Bennahmias)
À l'Assemblée on s'occupe des JO et on laisse les Jeux paralympiques au Sénat (Jean-Louis Debré)
Si Bush et Thatcher avaient eu un enfant ensemble, ils l'auraient appelé Sarkozy (Robert Hue)
J'étais partisan du non, mais face à la montée du non, je vote oui (Manuel Valls)
Que l'on soit pour ou contre la Turquie, on ne pourra pas changer l'endroit où elle se trouve (Michel Barnier)
Cela fait toujours plaisir de revoir ses grands-parents (Malek Boutih secrétaire national du PS à propos de la venue de Lionel Jospin aux universités d’été du PS)
Je n'ai pas le sentiment de tromper ma femme quand je suis avec la France (Hervé Gaymard)
L'an dernier, les carottes étaient râpées, cette fois elles sont cuites (Bernard Poignant)
Les veuves vivent plus longtemps que leurs conjoints (Jean-Pierre Raffarin) repris de la célèbre phrase de Georges Clemenceau : Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout les veuves

2006

Prix Press club humour et politique : Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit (Ségolène Royal)5.

Parmi les nommés :

Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en plus rare (Dominique de Villepin)
Je trouve qu'on a tellement de choses à se mettre dans la tête qu'il est inutile de s'encombrer le cerveau (Nelly Olin, ministre de l'écologie)
Je ne suis pas l'Arabe qui cache la forêt (Azouz Begag)
Mes idées n'ont pas pris une ride (Arlette Laguiller)
Mettre une taxe sur des billets d'avion qu'on ne paye jamais, c'est un comble pour un président (Odile Saugues, député PS)
Ségolène, elle séduit au loin et irrite au près (Jean-Pierre Raffarin, sur Ségolène Royal)
Je ne l'ai pas beaucoup côtoyé à l’Élysée, on peut ne pas prendre le même escalier (Bernadette Chirac, sur Dominique de Villepin)
J'écoute ceux qui manifestent mais j'écoute aussi ceux qui ne manifestent pas (Dominique de Villepin, à propos des manifestations anti-CPE)
En France, ce ne sont pas les couilles que l'on coupe mais la tête (Nicolas Sarkozy, répondant à Dominique de Villepin qui aurait dit Nous sommes en 14, c'est la guerre des tranchées, moi j'ai des couilles)
Je suis un des rares ministres chiraco-sarko-villepino compatible (François Baroin, ministre de l'Outre-mer)
Le Hamas a voulu faire une croix sur Israël (Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères)
Les gazelles courent plus vite que les éléphants (Ségolène Royal, en réponse à Henri Emmanuelli qui aurait dit à François Hollande : Mon cher François, il va falloir arriver à enfermer dans le même zoo les éléphants et les gazelles)
Cette année, les corbeaux volent en escadrille (Jean-Pierre Chevènement, mis en cause dans l’affaire Clearstream)
Ils vont s'apercevoir que je suis assez con pour aller jusqu'au bout (Dominique de Villepin, en pleine crise du CPE)
Docteur Sarko et Doc Gynéco, c'est la com' et la came (Philippe de Villiers, concernant le soutien du rappeur à la candidature de Nicolas Sarkozy)
Je préfère dire voici mon projet que mon projet c'est Voici (Laurent Fabius à propos de Ségolène Royal, lors d'une interview accordée à l'Express, le 24 aout 2006)
Je ne parlerai ni des attentats ni des incendies, je ne parlerai que de la Corse qui travaille (Ségolène Royal en visite en Corse)
C'est la première fois qu'un déserteur passe ses troupes en revue (Pascal Terrasse à propos de Lionel Jospin)
Les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite (Patrick Devedjian, citant Yvan Audouard)

2007

Prix Press club humour et politique : Je suis pour un gouvernement d'ouverture, y compris aux Sarkozistes, c'est tout dire. (Patrick Devedjian)
Prix Spécial du Jury : La Royal a coulé la Marine. (Pierre Lellouche)

Parmi les nommés7 :

J'ai été longtemps un jeune conformiste, et sans doute formiste était-il de trop (François Bayrou)
Jack Lang avait toutes les qualités pour briguer la Présidence de la République. C'est pour cela que je l'ai chaudement encouragé à se retirer (François Hollande)
La France, c'est la Tour Eiffel et Jacques Chirac (Michèle Alliot-Marie)
Je suis peut-être nul, mais le ministre, c'est moi (Pascal Clément)
Montfermeil (Jean-Marie Le Pen, répondant à la question : Si vous êtes élu Président, quel sera votre premier voyage à l'étranger ?)
Qui vient sur la grande muraille, conquiert la bravitude (Ségolène Royal)
L'UMP est une formation jeune qui n'avait pas prévu qu'un des siens deviendrait président de la République ! (François Baroin 30 mai 2007)

Les cinq dernières « petites phrases » retenues pour la finale du Prix 2007, remis le 3 juillet :

Si je suis élu, rien ne changera en France. (François Bayrou - contesté8)
Hollande propose des Assises de la Gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait. (Jean-Pierre Chevènement)
Je suis pour un gouvernement d'ouverture, y compris aux Sarkozistes, c'est tout dire. (Patrick Devedjian)
Je ne suis pas un expert du 12ème arrondissement, mais je l'ai traversé quand j'ai couru le marathon de Paris. (Arno Klarsfeld)
Quand on va m'entendre et que l'on va me voir, ça va se voir et ça va s'entendre. (Philippe de Villiers)

2008

Prix Press club humour et politique : Sarkozy, c’est le seul qui a été obligé de passer par l’Élysée pour devenir Premier ministre (Jean-Louis Borloo)
Prix spécial : Le Parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner (Xavier Bertrand)

En lice pour le prix 2008 :

Il m'a fait l'impression de l'amant qui craint la panne (Ségolène Royal à propos de François Bayrou qui refuse que Mme Royal monte le rencontrer à son domicile parisien entre les deux tours de la présidentielle ; des journalistes étant à l'affût au bas de son immeuble).
Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française (François Goulard)
Les retraits de l'UIMM, c'est mieux que la valise RTL (Jean-Claude Mailly)
Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo (Christine Lagarde)
Je me retrouve avec la journée des droits de l’homme sur les bras et Khadafi sur le tarmac (Rama Yade) (c'est vrai que c'était pas facile )
Fadela Amara au Gouvernement, cela montre les limites du casting à la Fogiel (Nadine Morano) et J’ai tendance à croire que Nadine Morano c’est la Castafiore. (Réponse de Fadela Amara)
Le bobsleigh, c'est comme l'amour : on hésite au début, on trouve cela très bien pendant et on regrette que cela soit déjà terminé après (Roselyne Bachelot-Narquin) à la suite d'un tour en bobsleigh.
C’est un combat essentiel que celui de la laïcité, il a causé, Dieu sait, beaucoup de morts dans notre pays (Dominique de Villepin) Interview par Jean-Michel Aphatie, RTL, le 7 février.
Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires (François Bayrou) le soir de sa défaite aux municipales.
Je voulais voir les Antilles de vive voix (Bernard Laporte) en Guadeloupe.
Vous avez vu comme Monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ? (Christian Estrosi) en Guyane.
Il faut avoir conscience de la profondeur de la question du sens (Jean-Pierre Raffarin)
Bernard Palissy brûlait ses meubles. Bayrou brûle ses élus. C’est la stratégie de l’anéantissement (Jean Arthuis)
On ne peut pas s’entendre avec tous les Ministres, car tous les Ministres ne peuvent pas s’entendre (Éric Besson)
Sarkozy est passé de la présidence bling-bling à la présidence couac-couac (François Hollande)
Souvent les courants d’air proviennent de ce qu’il y a trop d’ouverture (Josselin de Rohan)

Une phrase a été retirée :

Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la Franc-Maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir Maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin (François Fillon), cité par L'Express, son cabinet a fait savoir que la phrase était apocryphe1.

2009

Prix Press club humour et politique : Le vrai changement au PS, ce serait de gagner. (Bertrand Delanoë)
Prix spécial du Jury : Le chef de l'État appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire. C'est la preuve de la qualité de leurs relations. (Luc Chatel)
Prix des internautes : Tu as prévu de filer les clés de l'UMP à Xavier Bertrand; tu devrais en garder un double. (Jean-François Copé) 10

Étaient aussi en lice1 :

(Jean-François Copé), président du Groupe UMP de l'Assemblée Nationale: «Moi vivant, il n'y aura pas d'augmentation de la redevance».

(Ségolène Royal), de retour des États-Unis: «J'ai inspiré (Obama) et ses équipes m'ont copiée».

(Roselyne Bachelot-Narquin), ministre des Sports, après la victoire des handballeurs français aux Championnats du Monde: «Dans les vestiaires, nous n'avions qu'un mot : énorme !».

(Nadine Morano), Secrétaire d'État chargée de la famille: «Je suis sarkozyste jusqu'au bout des globules». LOL punaise !

(Christine Albanel), ministre de la Culture: «Mes cheveux raccourcissent au fur et à mesure que mon expérience croît».

(Jean-Pierre Raffarin), sénateur, ancien Premier ministre UMP: «Le tour de taille n'est pas un handicap au Sénat». anem tu as ta réponses LOL

(Michel Rocard), ancien Premier ministre PS: «Le PS est mal portant; et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans la place».

2010

Remis le 20 septembre 2010

Prix Press club humour et politique : Je connais bien Dominique Strauss Kahn : je l’ai mis en examen. (Eva Joly)
Prix spécial du Jury : Des gens intelligents, il y en a 5 à 6% ; moi je fais campagne auprès des cons. (Georges Frêche)
Prix des internautes : Quand on m’appelle Monsieur le Ministre, j’ai toujours l’impression que Jack Lang va surgir derrière moi ! (Frédéric Mitterrand) LOL RHOOOOOO
Prix de l'encouragement :
Il n’y a pas besoin d’être de droite ou de gauche pour dire des conneries. (Lionnel Luca)
Une chose est sûre : ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A. (Claude Goasguen)

Étaient aussi en lice :

Patrick Balkany, député-maire de Levallois Perret : « Je suis l’homme le plus honnête du monde » LOL
Luc Chatel, ministre de l’Education Nationale : « Une touche de rose, vert, rouge : c’est le retour de la gouache plurielle»
Rachida Dati, députée européenne : « Je n’ai jamais cherché à attirer l’attention des médias »
Laurent Fabius, député PS : « Je ne suis pas une Pom-Pom girl de DSK »
François Goulard, député-maire UMP de Vannes : « François Fillon a tellement de qualités qu’il mériterait d’être Premier ministre »
Claude Guéant, secrétaire Général de l’Élysée : « Je veux bien qu’on fasse un remaniement, mais on manque de stock »
Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères : « J’ai bien pensé à démissionner, mais je n’ai pas voulu déserter »
Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes : « C’est moi qui maîtrise la rareté de ma parole politique, pour dire des choses intelligentes quand j’ai besoin de les dire »
Dominique de Villepin : « Le Villepin nouveau sera gouleyant, fort en bouche et il aura de la cuisse »
Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’Emploi : « Il n’a pas fallu 35 heures à Martine Aubry pour virer sa cuti sur Georges Frêche »

2011

Remis le 20 juin 2011

Prix Press club humour et politique : Mitterrand est aujourd'hui adulé, mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous… (Laurent Fabius)
Prix spécial du Jury : Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas. (Daniel Fidelin)
Prix des internautes : Nous sommes tous des immigrés ; seule notre date d’arrivée change. (Jean-Louis Borloo)
Prix de l'encouragement pour sa réponse à la question « quel est votre livre de chevet ? » : Zadig et Voltaire. (Frédéric Lefebvre)

Étaient aussi en lice14 :

Nathalie Arthaud, Porte-parole de Lutte Ouvrière : « Je ne serai peut être pas élue Présidente de la République, mais je ne serai pas la seule ».
Guillaume Bachelay, Secrétaire national à l’industrie du PS, parlant de Ségolène Royal : « Qu’on commette des erreurs en politique c’est possible ; qu’on les commette toutes, c’est fou ! ».
François Baroin, Ministre du Budget : « Michèle Alliot-Marie conserve toute sa légitimité à Saint-Jean-de-Luz ».
François Bayrou, Président du Modem : « Rassembler les centristes, c’est comme conduire une brouette pleine de grenouilles : elles sautent dans tous les sens ».
André Chassaigne, Député PC du Puy-de-Dôme : « Dans sa forme historique, le PC est mort ; mais il a encore de l’avenir ».
Gabriel Cohn-Bendit (le frère) : « Les Verts sont capables du meilleur comme du pire ; mais c’est dans le pire qu’ils sont les meilleurs ».
Patrick Devedjian, Député, Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine : « Il y avait tellement de gens à mon enterrement que j’ai décidé de ne pas m’y rendre ».
Renaud Donnedieu de Vabres, ancien Ministre : « Passer de Ministre à promeneur de son chien suppose un énorme travail sur soi-même ». .....(Je confirme)
Cécile Duflot, Secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts : « Quel est le féminin de candidat aux cantonales ? C’est suppléante ».
François Hollande, Député de Corrèze : « Mélenchon, ce qui est terrible, c’est qu’il a été Socialiste toute sa vie et que toute sa vie ça va le suivre ».
Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, après la tempête de neige sur l’Ile-de-France : « Il n’y a pas de pagaille ; la preuve le Préfet a pu venir en trois minutes ».



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 16:45

Pierre Sarkozy au Brésil: un nouveau scandale dans ses bagages NON NON

Après le scandale de son rapatriement d’Ukraine, un nouveau voyage de Pierre Sarkozy pose problème, avant même d’avoir eu lieu. Pour un déplacement au Brésil le 19 février, le ministère des Affaires Etrangères aurait demandé une protection renforcée du fils du chef de l’Etat. Une exigence qui surprend les autorités brésiliennes.

Deux policiers aidés d’une garde rapprochée pour escorter un DJ qui doit jouer dans une boîte de nuit au Brésil, voilà qui a de quoi choquer. A fortiori quand le DJ en question s’appelle Pierre Sarkozy et qu’il est le fils du chef de l’Etat.

Son statut lui confère d’office la protection de deux membres du Groupement de sécurité de la présidence de la République. Un dispositif qu’on peut juger normal, quel que soit l’identité ou la couleur politique du Président en fonction. Mais pour accompagner le prochain déplacement de Pierre Sarkozy au Brésil, le 19 février prochain, où sous son nom de DJ Mosey il doit animer une soirée dans une discothèque de Florianopolis, le ministère des Affaires Etrangères aurait sollicité les autorités brésiliennes pour demander une protection rapprochée.

Le canard enchaîné révèle que cette demande émanant des plus hautes instances de l’Etat français aurait surpris les Brésiliens et fait des vagues. Un conseiller travaillant à l’ambassade brésilienne à Paris aurait confié avoir été «choqué» par une telle demande.

Il y a une dizaine de jours, le rapatriement d’Ukraine de Pierre Sarkozy (qui aurait coûté 40 000 euros) en jet privé commandé par l’Elysée, avait fait des remous. La décision avait été prise suite à l’hospitalisation à Odessa du jeune homme, victime d’une intoxication alimentaire. Pas sûr qu’une protection rapprochée évite à l’aîné de Nicolas Sarkozy un tel incident. Les autorités françaises cherchent-elles à le mettre à l’abri d’un acte de vengeance d'un membre de la civilisation sud-américaine?

Gala.fr
AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 16:58

Nadine Morano a-t-elle acheté des followers sur Twitter ?

Nadine Morano est soupçonné d'avoir acheté des followers pour gonfler son nombre d'abonnés sur Twitter.
A l'heure actuelle, la ministre de l'Apprentissage est suivie par plus de 53 000 abonnés.
"Cette
audience est sujette à caution, depuis que les Anonymous ont révélé sur
internet un document pointant du doigt les récents abonnés de la
ministre UMP" indique le site Internet.
Pour les Anonymous, des
comptes auraient été créés afin de faire monter la popularité de la
ministre sur Twitter. Ces faux comptes ne possèdent ni photo, ni aucun
élément sur leur personnalité.
"Et surtout le recours soit à
des logiciels soit à des sociétés spécialisées, lesquelles n’offrent pas
ce type de services gratuitement. D’où la question que se pose
ouvertement les internautes : Nadine Morano a-t-elle achetée ses
followers?" se demandent plusieurs sites internet.
«Non je n'achète pas de followers c'est grotesque», dément la principale interéssée, cet après-midi sur Twitter.
De
son côté, le quotidien Métro affirme: "La ministre de l'Apprentissage
n'est pas la seule à être suivie par des comptes peu actifs. Un rapide
coup d'oeil sur le profil de François Hollande
fait le même état des lieux : des dizaines de followers sans avatar et
seulement quelques abonnés. Même son de cloche du coté d'Eric Besson, également très présent.
Par ailleurs, si on consulte les stats des followers de la ministre,
on s'aperçoit aussi que la courbe est assez constante : pas de "pic"
constaté, mais une progression stable. De là à dire qu'il y a du
#moranobashing dans l'air..."
Rappelons qu'une opération a été
lancée, cette semaine, sur Twitter afin que les followers de Nadine
Morano se désabonnent de son compte.
AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 10 Fév - 17:20

Psycho99 a écrit:

je veux bien mais je ne couche pas ...hein !
pour le garde du corps [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] il va te falloir un cv béton , genre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tu n'as pas besoin de coucher, elles/ils dorment toutes/tous sur les bancs de l'Assemblée Nationale ! ... personne ne t'écoutera ni ne te verra lol

Et ne t''inquiètes pas pour mon CV car j'ai de faux papiers Hum
avatarPikatchuRegulier
Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 24 Fév - 16:57

Après le Fouquet's : y-a-t-il des restaurants de droite ou de gauche?

Selon qu'il est de droite, de gauche ou du centre, l'homme politique n'a pas les mêmes habitudes en matière de cuisine.

Avec la polémique, close depuis quelques jours, sur le Fouquet’s, force est de se demander s’il y a des restaurants de droite et de gauche, même s’il y a, c’est sûr, des conservateurs en cuisine et des innovateurs. Mais nul ne sait si les uns ou les autres votent à droite ou à gauche.

Christian Clavier fréquente le restaurant Pierre Gagnaire, qui est plutôt du côté des innovateurs. Mais personne ne sait si Gagnaire, au deuxième tour, votera Hollande ou, comme Clavier, Sarkozy. Il y a toutefois des lieux qui ont des pesanteurs de gauche ou de droite. La brasserie Lipp, boulevard Saint Germain, a depuis l’existentialisme, la réputation d’être une brasserie de gauche, comme, juste en face, le café de Flore.

C’est que l’on peut y croiser beaucoup d’artistes qui, souvent injustement, sont classés à gauche. Fabrice Lucchini qui fréquente Lipp est-il de gauche ? Nul ne sait, même s’il est plus facile de classer Yves Simon ou Benjamin Biolay. Pourtant, depuis des années, Lipp est devenu une succursale de la chambre des députés, qu’ils soient de droite ou de gauche.
Thiou, un Thaï résolument à droite

Assez chic pour avoir abriter un mémorable déjeuner Chirac-Sarkozy, ce n'est pas le seul où l’on peut retrouver tout l’échiquier politique. Chez Françoise, à deux pas de l’assemblée, l’on mange mal mais, de tous temps, l’on peut croiser ministres et députés de toutes obédiences. Dans les VIIe et VIIIe arrondissements, où se concentrent ministères et grands partis, on croise donc chez Thiou aussi bien Xavier Bertrand que François Bayrou.

Les socialistes ont pris des habitudes paresseuses, préférant déjeuner à un jet de pierre de leur siège, au Bistrot de Paris. Il y a néanmoins des restaurants de droite et de gauche : Tong Yen, à deux pas du Rond point des Champs Elysées où Chirac et Sarkozy avaient leurs habitudes, comme Delon ou Johnny Hallyday. Ou encore le Vénitien Giulio Rebellato, rue de la Pompe dans le XVIe arrondissement, qui accueillit la noce de Jean Sarkozy.
La bistronomie ou la gauche plurielle

A gauche, on affectionne la "bistronomie", cette gastronomie de qualité mais sans protocole, à des prix un peu plus abordables que l'originale. On se tourne donc vers le Comptoir de l’Odéon d’Yves Camdeborde, ou bien vers l’excellent Baratin, aux nourritures plus canailles : l’argentine Raquel Carena y cuisine avec brio joue de bœuf en estouffade et tronçons de barbue poêlée à l'huile de citron et courgettes sautées.

Au fond, s’il y a une cuisine de droite, plutôt roborative, n’aimant guère l’innovation, ce qui a changé ce sont les habitudes alimentaires. Finis les interminables banquets républicains auxquels se rendaient les députés dans leur circonscription en fin de semaine. Finis les lièvres à la royale. François Hollande a réhabilité le régime Dunkan : c’est que l’homme politique, comme l’homme d’affaires, s’est mis au diapason d’une cuisine light et rapide. De gauche, de droite ou du centre. Petit à petit, les desserts ont disparu et le vin au verre a remplacé la bouteille - quand on ne commande pas un coca light. Même si certains sénateurs ne rechignent pas devant dans quelques rognons de veau.

Nouvel Obs
AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Jeu 5 Avr - 10:52

Carla Bruni-Sarkozy, first lady gaga
L’épouse du Président ne veut pas d’étiquette et pourtant…


Les politiciens et nous.. - Page 23 Carla_bruni-sarkozy_-_lady_gaga_reference

Dans un entretien accordé au Nouvel Observateur, Carla Bruni-Sarkozy confie se sentir plus Lady Gaga que Madame Pompidou dans son expérience médiatique. Au moment de son mariage, la superstar de l’Elysée s’imaginait pourtant en Jackie Kennedy.

Mais qui êtes-vous madame Bruni-Sarkozy? De mannequin à première dame, de Jackie Kennedy à Lady Gaga, Carla qui veut en finir «avec les étiquettes» semble pourtant douée pour les collectionner. C’est dans le costume de l’interprète de Born this way que l’épouse de Nicolas Sarkozy se projette aujourd’hui. Pas tellement par goût des plateformes shoes ni des bodies en latex mais plus pour leur capacité commune à gérer l’univers médiatique.

Carla Bruni-Sarkozy a fait cet étrange comparatif à l’occasion d’une interview parue dans le Nouvel Observateur. A ceux qui la verraient bien en Madame Pompidou, dévouée à son mari et discrète, l’Italienne rétorque avec humour: «à côté de Mme Pompidou, avec mon expérience des médias, je suis Lady Gaga». lol Hum Shocked Sa vie passée sous les feux des projecteurs a effectivement appris à Carla Bruni à se défendre et à lui permettre d'affirmer: «la notoriété de me pèse pas» ; elle s’en amuse plutôt. Comme la chanteuse américaine, notre première dame partage au moins l’amour du déguisement. Mais si l’une le pratique pour se faire remarquer, l’autre préfère s’en servir pour passer incognito. A l'hebdomadaire, la femme du président-candidat confie parfois porter une perruque pour ne pas se faire reconnaître. Une façon de se déguiser «au sens propre comme figuré».

En quatre ans, sa vision du job de première dame a radicalement changé. En 2008, alors qu’elle vient tout juste de dire «oui» au 23e président de la République française, la chanteuse confie à Vanity Fair s’imaginer «d’avantage en Jackie Kennedy qu’en Mme de Gaulle». Plus jeune et plus moderne que les traditionnelles First Ladies françaises, Carla partage effectivement plus de points communs avec la séduisante Américaine, qu’avec ses prédécesseurs françaises. Mais entre Lady Gaga et Jackie O. il y a aussi un fossé que Carla Bruni-Sarkozy a franchi sans complexe!

pffffffffffffffffffff.quelle cruche.... NON NON

AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Ven 13 Avr - 9:53

Pierre Mauroy entre la vie et la mort
L’ancien Premier ministre a été hospitalisé


Alors que le Parti Socialiste mène sa campagne tambour battant, l’un de ses éléphants connait un lourd accident de santé. Pierre Mauroy vient en effet d'être hospitalisé en urgence à Clamart dans les Hauts-de-Seine.

Le landerneau politique retient une nouvelle fois son souffle. Quelques semaines après l’hospitalisation de Michel Rocard, c’est Pierre Mauroy qui donne aujourd’hui des sueurs froides aux socialistes. Le Premier ministre de François Mitterrand a été admis au centre hospitalier de Percy à Clamart il y a 48 heures. L’homme politique a été immédiatement conduit au service pneumologique avant de subir une opération chirurgicale quelques heures plus tard.

Le député Bernard Roman a précisé à l’AFP qu’il s’agissait «d’une lourde opération». Cependant Pierre Mauroy avait le choix entre deux types d’interventions et il aurait de lui-même choisi la moins pénible des deux. Des proches du socialiste ont confié aux journalistes du Point qu’il étaient «très inquiets» quant à l’état de santé du Premier ministre.

ll y a quelques semaines encore, l’ancien maire de Lille était sur les rangs pour suivre la campagne de François Hollande. Fidèle soutien de Martine Aubry mais socialiste avant tout, Pierre Mauroy aurait en ce moment pour principal souci «de ne pas prendre part à la victoire» du candidat de la rose.

Gala
AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110Mer 25 Avr - 17:55

Législatives : la petite fille Le Pen sera candidate.

Les politiciens et nous.. - Page 23 Photo_1335352197600-1-0

Après le grand-père et la fille, voilà que c'est au tour de la petite-fille de Jean-Marie Le Pen de se lancer dans le grand bain de la politique en se présentant aux prochaines législatives, à Carpentras.


Marine Le Pen avait ainsi commencé sa carrière politique, en se présentant très jeune aux élections législatives, dans la capitale parisienne. Aujourd'hui c'est au tour de Marion Le Pen, petite-fille du fondateur du Front National, qui se lance en politique en se présentant aux élections législatives de juin prochain, dans une région extrêmement favorable au vote d'extrême-droite.

C'est demain après-midi que la nièce de la patronne du FN sera investie candidate aux législatives dans la circonscription de Carpentras, où le parti d'extrême-droite a d'ailleurs une histoire douloureuse. Dans les années 90, après la profanation d'un cimetière juif, c'est le FN qui en avait été accusé. Jean-Marie Le Pen crie depuis à la "manipulation d'état".

"Cette candidature c'est un peu une façon de le réhabiliter. Son honneur a été sali avec cette affaire, mais on ne l'a jamais lavé sur la place publique" explique Marion Le Pen qui a beaucoup réfléchi avant de dire oui à la requête de son grand-père. Mais ce n'est pas la première fois qu'elle se mêle à la vie politique du parti de sa famille. En 2010 déjà elle avait fait campagne pour les régionales en Ile-de-France. Aujourd'hui cependant l'étudiante en droit pense avoir de bonnes chances de faire un très bon score car "le fait que je sois une femme, donc symbole de parité, et que je porte le nom de Le Pen peut-être un atout pour l'emporter" estime-t-elle. Si c'est le cas, elle progressera encore plus vite que sa tante et son grand-père.
AnonymousInvité Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les politiciens et nous.. Les politiciens et nous.. - Page 23 2110

Contenu sponsorisé Les politiciens et nous.. - Page 23 Vide
Revenir en haut Aller en bas

Les politiciens et nous..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?» [Collection] Nous deux» Faites nous rire !!!» Chansons qui nous parlent» [Sollogoub, Tania] Il y avait un garçon de mon âge juste en dessous de chez nous
Page 23 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Galion :: A l'avant :: 
Débats
-
Sauter vers: