RemonterDescendre



 
Le Galion
http://www.wikio.fr
Forum Optimisé pour
Firefox

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Proverbe du jour

« Les médisants ressemblent aux malheureux qui n'ont pas eu leur part d'événements et doivent mener aux dépens de leurs voisins une existence parasitaire. »

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
La devise

Pirate un jour,pirate toujours.
Sujets les plus vus
Scoops , Potins , et autres News..
Les Anges de la TV Réalité 4 "CLUB HAWAI"
Qui.... veut quoi???
News,potins..
Le choc des héros
Le choc des héros
Le choc des héros
Dilemme
Topics Candidats
Le jeu des smiley's et émoticônes!
The Galion


PageRank Actuel

Partagez|

Dossier : Spiritisme/Esprits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 16:52

Le Spiritisme

Dossier : Spiritisme/Esprits 20086610
Nous ne faisons que passer ; peut- être plusieurs fois, dans d’autres vies, d’autres naissances, mais sans mourir tout à fait. Nous aimons le changement d’identité spirituelle ou corporelle. Mais le chemin ne finit jamais ; la mort n’est qu’un changement de plus.
Pour le commun des mortels, l’esprit est un principe qui élève la pensée et stimule la volonté, marquant une différence entre l’intelligence et le talent, entre la férocité et le désir de posséder quelque chose entre la faim et l’avarice.
Par ailleurs, le corps est aussi l’enveloppe matérielle qu’utilisent les esprits pour habiter le monde de la matière. Le << périsprit >> est comme un étui qui sert de lien entre l ‘esprit et le corps.

Au moment de mourir, quand l’esprit quitte le corps, il peut toujours utiliser l’aspect physique de son << périsprit >> ou, quand celui-ci disparaît, celui d’une autre personne sensitive et vigoureuse qui irradie de l’énergie avec intensité.
Dans le langage courant, on emploie indistinctement les mots âme et esprit. L’âme est une partie individualisé de l’âme universelle, le moi intangible, tandis que l’esprit est l’âme liée au << périsprit >>, cette forme d’énergie insaisissable.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 16:55

Origine des esprits

Au début, l’esprit fut le seul apanage de Dieu, puis des divinités crées par lui :la Bible les nomme Elohim, ce qui en hébreu signifie justement dieux .

Dans son incarnation humaine, l’esprit ne possède pas de caractère divin, comme l’ont prétendu les manichéens. Ce n’est pas non plus une entité abstraite mais concrète.

La Bible met en relation l’esprit et le corps avec la comparaison du sang et du souffle.
Elle considère l’esprit comme le souffle que Dieu a utilisé pour créer l’être humain. Et le mot esprit ou âme ( nefesh ) revient sept cent cinquante fois dans l’Ancien Testament ; Mais l’allusion la plus direct est la suivante :<< Le Seigneur Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol. IL insuffla dans ses narines l’haleine de vie, et l’homme devint être animé.>>( Genèse, 2.7 )

Les théologiens se sont posés beaucoup de questions sur le souffle divin, mais aujourd’hui, prés de nombreuses recherches, ils pensent que le souffle divin a été le point de départ de l’être humain comme créature intelligente.

Situer ce moment ou la vie a surgi des eaux mêlés à la terre, comme point de départ de la vie humaine, est exagéré. Tout indique que le passage de l’hominidé à la catégorie d’homme se situe plusieurs milliers d’années après le récit biblique qui raconte la naissance d’Adam, lui-même aurait servi de modèle aux autres créatures nées sur la terre..

Le souffle divin a donné une<< étincelle >> ou une impulsion à l’hominidé, en accordant à son cerveau une faculté de discernement supérieur : ceci est confirmé par le sens du terme animé – en hébreu rûah ou nefes- employer dans la Genèse, 2,7, et traduit par << souffle >> depuis le V ème siècle avant Jésus- Christ.

Auparavant, ce mot voulais dire vent ou souffle transmis par un être vivant ou par une divinité puissante ; dans ce cas, il ne s’agit pas seulement d’une preuve de vie mais d’une transmission de quelques chose qui dépasse le concept même de vie l’esprit humain.
Une erreur fréquente est d’imaginer l’esprit avant la naissance du corps qu’il devras habiter, dans un état de bonheur céleste, comme l’ont cru Origène- docteur chrétien de langue grecque ( 185- 224 ) représentant la gnose orthodoxe, premier penseur à proposer un système complet du christianisme, en y intégrant les théories néo- platoniciennes- et ces disciples :ils pensaient que l’esprit chassé du ciel vers le monde matériel parés avoir commis une faute, puni par l’enfermement dans un corps mortel et périssable.

Le spiritisme fait bien attention à ne pas se mêler d’affaires religieuses. Cependant, il faut souligner que le concept céleste fait allusion à ce que le spiritisme moderne nomme quatrième dimension.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 16:58

Naissance des esprits

L ‘esprit n’apparaît pas au moment de la conception. Selon les initiés, il est un authentique alter ego, un second corps appelé aussi corps énergétique : il s’est allumé et a commencé a briller à l’instant même ou chaque personne se sépare de l’aura maternelle pour devenir une entité unique dans le cosmos. C’est un autre moi.
Mais comment cette énergie se transforme –t-elle en esprit ?
Cette énergie bioplasmique du nouveau- né est complétée et mise en marche quand il reçoit le signe des effluves astrales qui sont dans l’air et convergent vers lui en lui transmettent les traits déterminés par les astres pour son corps, son esprit son destin.
C’est pourquoi l’esprit garde, après la mort, la même personnalité que le signe astral a donné à son corps : par conséquent, il ne sera pas plus sage ni même plus équilibré.
En résumé l’esprit humain n’est ni bon ni mauvais en soi, mais il peut être influencé par le bien ou le mal en fonction de la force ou de la faiblesse que les astres accordent à l’esprit, dans un sens ou dans l’autre.
Il y a donc plusieurs sortes d’esprits, comme nous le verrons plus tard. Mais il faut faire la distinction radicale entre les esprits supérieurs ou non incarnés, les esprits purs et impurs.
Une nomenclature de base a été établie, qui présente le mérite d’offrir les deux extrêmes, mais aussi quelques stades intermédiaires, que voici :


Première catégorie : esprits purs
Deuxième catégorie : esprits supérieurs
Troisième catégorie : esprits prudents
Quatrième catégorie : esprits sages
Cinquième catégorie : esprits bienveillants
Sixième catégorie : esprits neutres
Septième catégorie : esprits fallacieux
Huitième catégorie : esprits légers
Neuvième catégorie : esprits impurs

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:01

Ce qui n'est pas le spiritisme

Autels ou images de toutes sortes
Rites d’initiations
Prises de position en faveur ou contre des religions
Amulettes à caractère invocatoire
Magie noire ou manipulation d’entités spirituelles
Drogues hypnotiques ou autres offrandes rituelles
Cérémonies ou pratiques rituelles
Associations de personnes
Sectes
Vêtements ou uniformes particuliers
Prières invocatoires
Talismans
Gris- gris
Prières
Jugements de toutes sortes
Tarots
Signes du zodiaque ou tout autre moyen de prédire l’avenir
Prédiction de l’avenir
Ex-voto
Bougies
Encens
Défilés et processions
Chants et danses
Exorcisme
Prodiges de toutes sortes

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:05

L'interaction avec un esprit

Les esprits se manifestent de deux façons : par évocation ou spontanément.
On peut les invoquer verbalement ou même par écrit, et obtenir des informations sur leur situation dans l'au-delà.
Le spiritisme s'appuie donc sur la métempsycose, c'est- à- dire sur la croyance en l'existence de l'âme et de ses migrations : tous les esprits, comme les hommes, n'ont pas le même âge. En fait, tous ne se sont pas détachés en même temps de l'âme universelle pour prendre une forme identique et corporelle ; on peut les comparer aux gouttes d'eau d'un nuage ou d'un lac, dont la taille et la température varient en fonction des conditions atmosphériques. Mais ensuite quand elles reviennent à la mer, elles disparaissent sans pour autant cesser d'exister : cependant quand elles sont dans la mer, on ne peut les distinguer, les séparer pour faire apparaître la goutte initiale.
Tous les initiés ont désigné la lumière comme le but final de l'esprit. face à l'impossibilité de montrer au peuple les mécanismes
qui régissent les voies spirituelles, on lui a désigné des figures symboliques, car elles devaient servir à transmettre la connaissance aux nouveaux initiés de génération en génération. Par exemple, on a désigné le S-oleil comme divinité maximale.

Mais cet astre n'est qu'un métaphore de Dieu.
Tout dans l'univers est forme ovoïde. Tout vient d'un point de l'œuf ( le zodiaque désigne la porte du Cancer comme la porte d'entrée et celle du Scorpion comme la sortie ou porte de la mort ) Et tout ce qui commence en un point doit finir sa route sur ce point.
L'inégalable Einstein, essayant d'expliquer quelques aspects de sa théorie de la relativité, choisit un exemple qui, curieusement, illustre aussi cette réalité dont parlent les mages depuis l'ancienne civilisation de Sumer. Le savant disait qu'à supposer que la vue d'un homme puisse voyager, un homme situé dans un point déterminé de l'espace et qui projetterait son regard en avant, vers l'infini, finirait par voir sa propre nuque.
Ainsi l'esprit voyage et parcourt un chemin de forme ovoïde. Il part de la porte du Cancer et finit à la porte du Scorpion, derrière laquelle se trouvent les ténèbres où il devra errer jusqu'à sa purification. Alors, il trouvera une lumière puissante, comme l'entendement humain ne peut l'imaginer. Ce sera le début et la fin. Je ne peux vous offrir une idée plus exacte : personne de vivant ne le pourrait non plus. Nous luttons pour percer cette réalité, comme les groupes d'initiés qui dans le passé ont tenté de s'unir pour expliquer ces phénomènes. Mais la connaissance des esprits n'est pas tout à fait complète : il reste beaucoup de zones d'ombre.
La propre civilisation de Sumer pourrait être la plus représentative et la plus connue de ces communautés initiatiques.
Dans le cas qui nous intéresse, nous parlons seulement des communautés qui vivaient en retrait et qui ont laissé des traces pour les seuls initiés. C'est également le cas de la plus ancienne peuplade d'Europe, localisée dans l'actuelle ville de Lepenski Vir, en Yougoslavie, aux portes de Fer du Danube. Leurs maisons étaient de véritables œufs, à la toiture et au sol incurvés : cela représentait le grand œuf cosmique, éternel, d'où provenait, d'après leurs dires, toute vie sur la terre.

Parmi les éléments du culte, comme les autels et sculptures en pierre de grés jaune, figurent les éléments comme l'œuf, l'eau et le poisson. On a retrouvé beaucoup de galets de couleur ocre, avec d'étranges signes qui pour la plupart ont une forme d'œuf, certains présentent même la forme du crâne humain, ce qui illustre la fonction créatrice de l'intelligence, mais surtout de l'esprit immortel, prisonnière dans une coquille qu'il ne quittera qu'après la mort.
Cette présence de crâne se retrouve dans les objets décoratifs en pierre qui meublent l'intérieur de leurs cabanes. Ils ont aussi donné une forme de poisson à ces œufs, tous en gardant une forme ovale, qui rappelle l'œuf cosmique d'où vient cette possibilité d'existence dans l'univers. Les anciens voyaient le zodiaque comme un œuf ceci vient sûrement de la civilisation de Sumer.

Le poisson avait pour eux une importance vitale. Ils avaient eu une intuition des découvertes faites par les scientifiques actuels : ceux-ci ont montré l'origine aquatique de la vie. L'ensemble des traditions initiatiques reconnaissent à l'eau un pouvoir énorme : le lien avec les esprits. La vie et l'esprit sont engendrés par l'eau ; ce qui explique la nature zodiacale des trois signe d'eau Cancer, Scorpion et poisson ( le signe du poisson représente l'ensemble de la vie surnaturelle ) les autres signes d'air comme les Gémeaux ( le souffle et l'intelligence ) le Verseau ( le vent qui donne l'immortalité ) et la Balance ( qui transmet les dons des signes du feu : Bélier, Lion, Sagittaire )représentent aussi l'effort mené sur la terre pour accéder aux monde des esprits, de l'intelligence : les seuls esprits qui peuvent atteindre à tout jamais le cosmos sont ceux qui se sont purifiés, en passant par les douze signes du zodiaque.
Pour finir, l'œuf représente, en plus petit, l'univers ; Il entoure l'être humain comme le cosmos entoure les dieux qui à leur tour sont entourés par le Créateur : comme l'enseignement les Ecritures, on ne peut ni les nommer ni représenter son image. Maintenant, pour que l'esprit surgi de l'âme universelle puisse y retourner, il doit être dans un état de pureté de façon à ce qu'il ne salisse pas la source de pureté absolue.
Un des moyens qu'il utilise pour y parvenir est la souffrance qui fortifie, anoblit et purifie l'esprit : c'est pourquoi il doit passer par plusieurs vies, avoir tous les signes du zodiaque et affronter plusieurs morts, avant de pouvoir atteindre le degrés de pureté ultime.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:09

Comment définir l'esprit ?

On ne peut appréhender de manière simple la nature d'un esprit. A quel moment naît une goutte ? Ne vaut-il pas mieux se demander à quel moment est né l'océan, d'où vient cette goutte ? Dans ce cas, on ne peut rien dire sur l'origine de l'éternité sans tomber dans des suppositions sans fondements réel : certains ont d'ailleurs sombré dans la folie en essayant de résoudre cette énigme.

En considérant ce que nous apprennent les esprits, la plupart existaient avant ( et souvent bien avant ) leur arrivée sur terre pour habiter un corps humain. Mais en fait, leur âge et les circonstances de leur vie ne sont pas calculables : il y en a de très jeunes et aussi de très vieux. Un homme et une femme qui ont un esprit jeune peuvent concevoir un enfant dont l'esprit aura des siècles ou des millénaires de plus. Cela finira peut être par se savoir car l'enfant manifestera une habileté et une intelligence supérieures : il saura mieux se servir de la sagesse dans laquelle nous vivons immergés ( nous nageons tous dans cette connaissance, mais tous n'en profite pas de la même manière : il y a des poissons qui meurent de soif et d'autres qui se font attraper ) cet enfant mettra en évidence l'abîme qui le sépare de ses parents, même si l'amour qui les lie est très fort.

Il faut insister sur ce point pour le spiritisme : on voit souvent que l'esprit d'un enfant est beaucoup plus vieux que celui du grand- père qui lui donne la main. L'esprit du vieil homme est peut être un esprit tout jeune, tandis que celui du petit- fils peut très bien avoir incarné l'esprit d'un homme de Néandertal.
Afin d'être plus clair, on peut comparer l'esprit avec l'anémone de mer, qui, comme lui, flotte et se déplace dans son élément aquatique de façon irréelle et affirmée à la fois. En tout cas, la meilleure comparaison est celle qui le rapproche d'un animal marin, d'une plante aquatique ou aussi d'un animal qui vole : les Aztèques utilisaient l'image du colibri, ce qui accentue la fragilité première de l'esprit, que Dieu a conçu et accordé aux hommes.

Par la suite, quand l'esprit a vécu une vie dans le monde terrestre, il reproduit spontanément la figure qu'il avait incarnée pendant des années. IL passe de forme d'anémone à la forme humaine et vice-versa ; et tout ceci se produit de façon instantanée.

Un esprit ne ressemble pas à un autre esprit. De fait, ils n'ont pas tous le même caractère, ni les mêmes qualités et défauts, puisqu'ils doivent tous se perfectionner progressivement pour atteindre un jour le maximum de pureté : c'est le seul moyen pour eux de fermer le cercle, d'achever le cycle et accéder à la perfection, ce qui veut dire se fondre dans le Créateur et se traduit par l'expression Biblique <>. Ils peuvent aussi se transformer en esprits malins, selon le contexte de leurs vies successives, et se retrouver à la fin dans les ténèbres vers lesquelles ils se sentent irrémédiablement attirés. Ce que nous venons de dire montre que la perfection, ou purification ne peut s'obtenir en une seule vie, bien trop brève. Les esprits ignorent combien de fois ils vont revenir sur terre. Ils ne connaissent pas non plus leur propre perfection, et ne savent pas non plus s'ils ont avancé ou reculé par rapport à leur but final.

Il en va de même pour la plupart des hommes qui, malgré certaines évidences, ne pourrons jamais définir exactement leur état de perfection, ou certaines qualités morales et défauts qui sont les leurs. Ainsi, le mendiant dira qu'il n'a pas eu de chance et que c'est pour cela qu'il est pauvre et que d'autres sont riches. Le comble de l'ironie est qu'il peut très bien avoir raison à ce sujet. Cependant un homme mal bâti trouvera toujours de bonnes raisons pour ne pas s'attaquer à un homme musclé et plus fort que lui. Le vagabond affirmera que tel savant est génial et brillant parce que le destin l'a obligé à passer sa vie dans un fauteuil roulant. Bref, de telles aberrations se retrouvent dans le monde des esprits.

De ce fait, la spiritualité est aussi un état transitoire et perfectible. Les esprits mènent une vie errante puisqu'ils ont plusieurs existences successives ; au cours de ces existences, l'âme continue de se perfectionner et améliore ses connaissances, elle peut reconnaître ses erreurs passées et remplir une mission qui lui est confiée pour le maintien de l'harmonie universelle de la création.
Il existe des esprits errants à tous les niveaux, sauf au premier, qui correspond au niveau de pureté absolue. Les esprits purs qui ne se réincarnent plus ne sont pas des esprits errants : ils ont atteint l'état de suprême béatitude.

Ces considérations, comme la plupart des connaissances que nous pouvons acquérir sur le destin des esprits après la mort, ne sont pas le fruit de notre imagination. Elles viennent de l'étude de communications reçues de l'au-delà et de l'analyse des messages des esprits.
L'esprit ressent l'équivalent de sensations physiques qu'il a reçues et connues pendant son existence, au moyen de cinq sens, qui sont en fait plus de cinq, et que la science n'a toujours pas étudiés avec assez d'intérêt. Si la question suivante et de savoir pourquoi nous voulons connaître les facultés des esprits avant de connaître et d'explorer les facultés les plus élémentaire du corps humain, la réponse est que ce sont des entités spirituelles qui nous aident à une meilleur compréhension du corps humain. C'est arrivé bien souvent : il serait intéressant d'en dresser un compte- rendu mais limitons nous à signaler la faculté qui permet le contact avec des êtres désincarnés et grâce à laquelle nous pouvons émettre, certains plus que d'autres, la substance bioplamique qui favorise les matérialisations des esprits.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:14

L’échelle des esprits

Les différents degrés de purification progressive, acquise par l'esprit au cours de ses vies successives, se manifestent dans l'échelle des esprits. Et il ne s'agit pas là d'une classification faite à partir des expériences des spiritistes, mais du reflet d'une réalité transcendante, révélée par les esprits eux-mêmes à travers leurs messages. C'est aussi un guide précieux qui contient un savoir très utile à celui qui pratique le spiritisme et qui doit connaître le niveau de l'esprit avec lequel il dialogue.

On peut déplorer que ce soit l'équivalent d'une classification hiérarchisée, peu adaptée au monde des esprits. Mais c'est en fait la clé qui nous permet d'analyser les manifestations des esprits et d’évaluer la confiance que l'on peut avoir en eux. Une sentence dictée par un esprit appartenant aux sphères supérieures n'induira jamais quelqu'un en erreur. Au contraire, elle sera synonyme de vérité suprême. Mais si jamais un message est rempli de haine, de ressentiment ou de sensualité, ce ne peut être qu'un esprit qui appartient au niveau le plus bas. On commence par expliquer les traits principaux qui caractérisent les différents degrés de cette échelle, qui compte trois catégories principales :

Esprits imparfaits ;
Bons esprits ;
Esprits purs.

On part des degrés inférieurs et l'on suit un degré de perfectionnement croissant nuancé par l'existence de catégories à l'intérieur de chaque niveau. Il s'agit d'établir l’essence de chaque esprit et l'itinéraire que chacun va suivre entre la vie et la mort, en commençant toujours par le niveau le plus bas pour atteindre un état supérieure.

Le troisième niveau

Le troisième niveau correspond aux esprits imparfaits, qui vivent de manière égoïste et dont l'unique finalité est de se faire plaisir, de ne penser qu'à eux-mêmes. Pour eux, le moi est essentiel. C'est ainsi qu'ils ont une tendance à faire le mal. Ils sont affectés d'une ignorance coupable, produite par le désintérêt et par l'orgueil, qui n'aît d'une rancœur contre tout ceux qui représente l'harmonie de l'univers. Ils se sentent lésés, c'est pourquoi ils n'éprouvent que jalousie et égoïsme.

Ils reconnaissent en eux et dans l'univers le pouvoir de Dieu mais ils ne réussissent pas à le comprendre et ne s'y intéressent pas, puisqu'ils qu’ils trouvent que Dieu ne leur a pas accordé grand-chose. En fait, ils n'ont pas conscience de qui ils sont réellement, ni de leur destin. Ils ne possèdent toujours pas de connaissance valide de la dimension à laquelle ils appartiennent.

En général les idées et sentiments ne sont pas vraiment définis à ce niveau. Il ne s'agit pas d'esprits vraiment mauvais, mais ils sont incapables de rechercher la lumière du bien : ceci montre la mauvaise utilisation de l'énergie qu'ils possèdent, puisque tous les esprits ne sont en fait qu'énergie pure. Ils sont différents des autres, qui savent d'où ils viennent et où ils vont, même s'ils se sentent faibles sur le chemin. En somme, le langage qu’emploient les esprits imparfaits montre à quel point le niveau de leur intelligence est bas.

Pour eux, contempler la joie des esprits bons ou purs est une injustice et représente une torture insupportable. Dans leur malheur, ils gardent aussi le souvenir de leur vie corporelle. Ils restent des remords à cause du mal qu'ils ont fait et sont convaincus que leur destin sera de souffrir toujours plus.

Tous les esprits de ce groupe ne sont pas pareils. Les prisonniers ne sont pas tous les mêmes. Il existe des cas différents. On peut, parmi les esprits, définir quatre groupes principaux :

Les esprits impurs ;
Les esprits légers ;
Les esprits pseudo savants ;
Les esprits neutres.

La neuvième catégorie comprend les « pires esprits », ce qui correspond au rang des esprits impurs. Mais on ne doit pas les désigner comme « des pires esprits » : un diamant brut n’est pas « pire » qu'un diamant taillé, il est seulement imparfait et inachevé. C'est simplement un esprit qui n'a pas été poli et qui ne possède d'autres qualités que sa forme minérale : mais celui-ci représente déjà beaucoup. Il ne faut jamais considérer le diamant brut comme quelque chose d'indigne ; de même, tout ce qu’on fera pour le rendre plus précieux n'aura pas autant de valeur que sa nature intrinsèque de diamant.

Leurs actions sont perverses : ils s'arrangent pour dénaturer les messages qu'ils donnent en les remplissant de mensonges, de conseils truqués ; ils incitent à la discorde et à la méfiance, ils sèment le désordre. Ils déguisent leurs sentiments pour tromper les incrédules. Ils se plaisent à induire les mortels en erreur afin de leur faire subir les épreuves qu'eux-mêmes sont en train de subir. Leur langage est commun et vulgaire. Le contenu de leurs messages met à nu leurs bassesses morale et leurs mauvais penchants. Quand ils sont incarnés, ils se laissent aller à la pire des conduites. Les peuples primitifs croyaient qu'il existait des divinités maléfiques, des démons, des génies malfaisants, alors qu'il s'agissait en fait d'esprits de conditions inférieures.

La huitième catégorie, celle des esprits légers, s ‘avère la catégorie intermédiaire. Ce sont des êtres qui dédaignent toute connaissance élevée, mais qui se montre orgueilleux, inconséquents, malicieux et faux. Ils ont réponse à tout, sans chercher à connaître la vérité. Ils aiment causer aux vivants des peines, des fausses joies, en inventant d’ingénieux stratagèmes. Ils aiment tromper les gens juste pour le plaisir. En général, ils se soumettent aux esprits supérieurs et obéissent à leurs ordres. Ils sont néanmoins très attachés à la matière. De même, les esprits qui ne sont pas incarnés ont beaucoup de facilités pour jouer avec la matière et surmontent toutes les difficultés qui gênent les esprits incarnés. Parfois, ce sont eux qui sont responsables des catastrophes naturelles. Les peuples primitifs parlent de ces esprits. En effet, beaucoup d'entre eux ont exercé une véritable tyrannie sur les tribus d'indiens peaux- rouges, créant des véritables affrontements entre elles. D'ailleurs ces indiens croyaient que ces esprits habitaient dans le feu, l'eau, l'air, les objets et même les entrailles de la terre.

Pour manifester leur présence, ils préfèrent des effets sensibles, comme les coups, les déplacements d'objets etc… c'est pourquoi on les appelle esprits perturbateurs. Il existe une explication pour ce phénomène : Les esprits inférieurs sont plus proches des choses sensibles, matérielles que les esprits supérieurs. Le langage qu'ils utilisent pour communiquer est presque toujours équivoque ; ils aiment les phrases satiriques, mordantes, même s'ils sont capables d'adopter une attitude tout à fait mesurée.

Dans la septième catégorie, l’on trouve les esprits fallacieux. Leurs connaissances sont très étendues, cela est indéniable. Mais elles sont aussi superficielles. En fait, ils croient savoir plus que ce qu’ils ne savent et aiment montrer leur pseudo supériorité. C'est pourquoi ils s'expriment sérieusement et mettent en valeur leurs connaissances. Mais souvent le langage qu'ils utilisent prête à confusion. Souvent, ils peuvent affirmer puis réfuter la même chose, où donner l'impression qu'ils ont expliqué quelque chose qui va rester confus malgré tout. Ils mêlent des vérités sans importance à des erreurs, qu'ils s'amusent à démentir par la suite, en disant que « L’ignorant est capable de se perdre même en pleine vérité, tandis que le menteur peut mentir sans la trahir ».

Leurs principaux défauts sont l'orgueil, la vanité et la jalousie. Leur condition est un reflet des idées et des préjugés de la terre.

La sixième catégorie est celle des esprits neutres. Ils ne sont ni tout à fait bons ni tout à fait mauvais et ne sont capables de faire ni le bien ni le mal. En fait, ils balancent entre les deux, sont capables d'avoir des réactions violentes, blessantes ou au contraire prometteuses et efficaces. Ils n'ont pas de caractère bien défini et ne s'améliorent que peu à peu grâce à des efforts progressifs, mais peu importants. Leur principal défaut est l'inconstance ; ce n'est que la vanité qui les stimule. De plus, leur intelligence est assez moyenne, tout comme les principes moraux qui les guident. Le plus étonnant demeure qu'ils ne semblent pas regretter les plaisirs dont ils ont joui quand ils étaient incarnés.

Le deuxième niveau

Voici à présent le second niveau, celui des bons esprits. Ici, la noblesse de caractère prédomine sur toutes les autres qualités. Selon le degré de sagesse que chacun possède, les uns sont très brillants, tandis que les autres s'expriment avec une grande douceur. Cependant, on peut dire qu'ils ne sont pas encore libérés des objets matériels, puisqu'ils gardent des habitudes de leur vie passée, de leur existence corporelle : ils adorent, par exemple, les relations mondaines, les beaux bijoux, les histoires romantiques ou les enfants. Mais ces tendances qui les relient à la vie matérielle ne sont que de petits défauts sans lesquels ils pourraient accéder à la perfection.

Les concepts de lévitation, transcendance, infini ne leur sont pas étrangers. Ils aiment cultiver les bons sentiments, le bonheur de faire plaisir à ceux qu'on aime et de leur éviter tout danger. L'amour qui les unit leur apporte des joies ineffables que ne viennent détruire ni la jalousie, ni les tourments, ni les mauvaises passions qui troublent les esprits imparfaits. Mais ces esprits doivent passer plusieurs épreuves avant de réussir à attendre la perfection absolue. Ils inspirent des attitudes positives, écartent du mal les vivants et protègent ceux qui les invoquent ou qui se placent sous leur tutelle. Quand ils sont encore incarnés, vivants, leur caractère est le reflet des caractéristiques de leur niveau spirituel. Ils gardent aussi les traits du signe zodiacal de leur dernière incarnation. Ainsi, ils ont une attitude positive envers ceux qui les invoquent sérieusement. Sinon, ils ne viennent pas, car ils ne se déplacent pas pour présider des réunions mondaines. Ils ne ressentent ni orgueil, ni égoïsme, ni colère. Ils ne se laissent pas aller à de mauvais sentiments. Ils font le bien pour le plaisir uniquement.

Ce sont les esprits que l'on appelle le génies protecteurs. Dans cette catégorie, ils se définissent en quatre secteurs :

Bienfaiteurs ;
Cultivés ;
Prudents ;
Supérieurs.

La cinquième catégorie

Est celle des esprits bienfaiteurs. Ils possèdent comme qualités supérieure la bonté.

Ils sont heureux de servir les vivants et de les protéger, mais leur savoir est limité. Ils ont réalisé plus de progrès dans le domaine moral que dans le domaine intellectuel.

La quatrième catégorie

Regroupe les esprits cultivés. Ils se distinguent tout particulièrement par l'étendue de leurs connaissances. Ils ne se préoccupent pas des questions d'ordre moral, mais s'intéressent plus aux problèmes scientifiques, philosophiques ou artistiques pour lesquels ils sont très doués. Ils n’utilisent pas leur sagesse pour cultiver leur orgueil. Ils cherchent à faire fructifier leurs idées, à creuser chaque fois plus dans le domaine du savoir qu'ils ont choisi. Ils ne mêlent jamais les passions personnelles des esprits inférieurs à leur désir d’approfondir leurs connaissances dans tous les domaines intellectuels.

La troisième catégorie

Est celle des esprits prudents. Ils possèdent les qualités morales les plus élevées, mais ils ont le désir de maintenir un équilibre dans toute leurs actions. Il faut reconnaître que leurs connaissances ne sont pas très étendues, mais ils sont doués d'une grande capacité intellectuelle qui leur permet de porter un jugement clairvoyant sur les choses et les êtres qui les entourent.

La deuxième catégorie

Comprend les esprits de niveau supérieur. Ils possèdent la science, la prudence et la bonté. Leur langage est toujours affectueux, positif, encourageant et en plus digne, élevé et même sublime. Grâce à leur supériorité évidente, ils sont les plus aptes à communiquer les notions les plus justes qui concerne la dimension spirituelle. Ils aiment volontiers entrer en contact avec les hommes de bonne volonté qui cherchent la vérité et s'avèrent suffisamment détachés des affaires terrestres. Ils s'éloignent cependant des personnes qui ne sont mues que par la curiosité ou déviées du bien par leur attachement aux valeurs matérielles. Lorsqu'ils s'incarnent sur la terre, c'est pour accomplir une mission exceptionnelle, qui fait progresser l'humanité. C'est alors qu'ils représentent un modèle de perfection pour tous.

Le premier niveau

Le premier niveau correspond à la première catégorie : Chez ces esprits, l'influence de la matière est inexistante. Leur supériorité intellectuelle et morale par rapport aux esprits des autres catégories est totale. Ils ont atteint un degré de perfection absolue : ils ne doivent subir aucune épreuve, aucune expiation. Ils ne dépendent plus de l'incarnation. Ils jouissent de la vie éternelle auprès de Dieu. Ils sont ses messagers et ses ministres, exécutent ses ordres destinés à maintenir l'harmonie universelle. Ils peuvent disposer des esprits inférieurs et leur assigner des missions, des tâches qui doivent les aider sur le chemin de la perfection. Ils assistent les hommes dans leurs péripéties. Ils les poussent sur le droit chemin, les obligent à expier les fautes qui les éloignent du bonheur suprême. Ce sont les anges, les archanges et les séraphins.

Bien qu’ils est atteint le degré le plus élevé de l'évolution, les hommes peuvent entrer en contact avec eux. Beaucoup de gens croient, de manière erronée, que les esprits purs ou supérieurs ne se sont jamais incarnés. Cette erreur est due à certains messages des esprits qui utilisent cette expression. En fait, ces esprits ont très bien pu s’incarner auparavant. Mais lorsqu'ils ont atteint le degré de perfection ultime, ils ne sont plus soumis à l'incarnation, car ils ont franchi toutes les étapes qui les ont menés vers le stade ultime. Depuis l'origine des temps, le seul esprit qui ne se soit jamais incarné est l'esprit de Dieu. Les grandes religions sont, pour la plupart, d'accord avec ce postulat.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:24

La manifestation des esprits

Lorsque l'on invoque l’âme d’une personne disparue, celle d'un membre proche de la famille ou d'un ami bien connu des personnes qui assistent à une session de spiritisme, les révélations intimes de l’être invisible permettront de savoir immédiatement si c’est bien son esprit qui répond par l'intermédiaire du médium. Attention aux ruses des charlatans et aussi des propres esprits, qui, pour certains d'entre eux, s'amusent à semer le trouble et le désordre chez les vivants. Parfois, ils essaient même de discréditer le médium, de le faire passer pour un incapable car ils sont jaloux du rôle essentiel qu'il peut parfois jouer au détriment de l'être invisible.

De fait, au cours d'expériences scientifiques, quelques-uns de ces esprits ont falsifié les données, les rendant inutilisables. Par ailleurs, certains sont des êtres qui aiment le jeu et adorent se moquer des vivants. Ils sont intelligents, pour la plupart, mais remplis de passions qui ne sont pas toujours élevées, compréhensibles ou justifiables

En ce qui concerne les relations qu'ils entretiennent avec les vivants, il faut préciser que les esprits sont les âmes des personnes qui ont vécu sur la terre ou dans d'autres mondes auxquels nous ferons allusion plus loin ; ces âmes sont dépouillées de toute enveloppe charnelle et liées à une substance semi- matérielle ou fluide que dans le langage du spiritisme l'on nomme le « périsprit » Il peut aussi recevoir d'autres appellations, presque aussi nombreuses que ses applications dans la vie humaine.

L'enveloppe de l'esprit incarné est double. Quand le corps est en vie, l’âme réside dans une enveloppe qui est double, celle du corps matériel, destiné à la mort et à la corruption, et celle du corps astral ou périsprit. Celui-ci est composé d'une substance semi- matérielle qui, nous insistons sur ce point, joue un grand rôle dans notre vie et après celle-ci. L'homme, donc, est un être composé de trois réalités essentielles : le corps, l'esprit, et le point de rencontre entre les deux, le périsprit, que l'on peut percevoir d'une manière équivoque comme nous le verrons plus loin

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:28

La substance bioplasmique

Cette substance éthérée est invisible mais capable de se matérialiser, de se rendre visible parfois, quand l'esprit se sert d'elle pour se manifester : ainsi les esprits ne sont pas le fruit d'une imagination débordante, mais ce sont des entités réelles, autonomes, capables de penser et d'entrer en contact avec des êtres vivants, en se servant d'objets, lorsque ces esprits ne doivent pas poursuivre leur chemin dans l'au-delà ou se réincarner.

Cette substance n'appartient pas à la dimension spirituelle, même si nous ne pouvons déterminer exactement d'où elle vient.

En résumé, toute manifestation matérielle des esprits a une source le périsprit du médium, qui peut se matérialiser de plusieurs façons et adopter des circonstances diverses comme l'ectoplasme.

Ce terme fut appelé ainsi par Richet pour définir et établir l'existe de cette substance que tout le monde peut produire, certains adolescents ou malades ayant des troubles psychiques ainsi que certaines personnes ayant des facultés parapsychologiques l'émettent en grande quantité. Les esprits se nourrissent de cette substance et s'en servent pour se manifester.

En activant les éléments simples de la matière, grâce au fluide du périsprit, les esprits peuvent engendrer un grand nombre de phénomènes. Il faut rappeler ce que nous avons dit sur le périsprit : c'est la forme d'énergie commune à tous les êtres humains, dont le siège est la glande pinéale.

En réalité, ses manifestations sont nombreuses ce qui valu plusieurs appellations :

- Atmosphère humaine ( parapsychologues du début du siècle )
- Effluve ( de Rochas )
- Levier psychique (Crawford )
- Télépathie ( William Crookes )
- Od ( Von Reichenach )
- Pouvoir nerveux irradiant ( Blondot )
- Radiobiologie ( Bechterev )
- Rayons N ( Killner, médecin anglais )
- Télergie ( les chercheurs en télékinésie )
- Electromagnétisme ( les chercheurs de la NASA )
- Champs du plasma ( NASA,1977 )

De plus les mages de l'Antiquité lui ont donné beaucoup de noms et ont appris à la détecter et à s'en servir dans le culte et dans les rites magiques.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:31

Les différents types d'apparition

Les globes ou globules

Les globes, aussi appelés globules sont des manifestations généralement passives aperçues dans le monde entier.
Elles consistent en l'apparition de sphères dont la taille varie de celle d'une balle de golf jusqu'à celle d'un gros ballon. Souvent, elle apparaissent en groupe plus ou moins nombreux ( généralement moins de dix ) Très faciles à identifier par leurs formes, elles restent, comme toutes sortes d'apparitions un mystère.

Les ectoplasmes

Les ectoplasmes sont des manifestations semblables à des éclairs ou des flagelles de méduses. Elles apparaissent comme des filaments flottants avec une forte luminosité dont la couleurs varie du blanc au mauve foncé. Souvent observées, ces manifestations restent très mystérieuses car généralement, elles n'apparaissent que sur les photographies.

Les lueurs

Les lueurs sont définies comme des halos lumineux. Ce sont surtout les enfants qui peuvent voir ces phénomènes. Ces lumières inspirent confiance et apportent bien être aux personnes qui les voient. Les lueurs sont des phénomènes plus rares que tous ceux décrit dans cet article.

Les formes noires

Les formes noires sont des manifestations extrêmement courantes. Elles sont en fait des silhouettes noires ( même si elles se trouvent en pleine lumière ) On les associe souvent à des personnes décédées récemment. Si elles passent souvent inaperçues, ce sont néanmoins des manifestations très courantes dans le monde des esprits.

Le type vapeur

Les apparitions de type vapeur sont très semblable au vortex, à la différence qu'ils peuvent prendre des formes variées et ne sont pas en tourbillons. On les appelle vapeur à cause de leur effet vaporeux mais en réalité il ne s'agit pas de vapeur. Le phénomène connu qui ressemble le plus à cette apparition, c'est l'aurore boréale.
Ces manifestations ont une palette de couleurs très large, cela peut passer du blanc au mauve foncé ( pratiquement gris ) Il arrive souvent qu'une manifestation vaporeuse soit vue dans un vortex à proximité. Il faut cependant noter que ces observations apparaissent plus souvent sur des photos car la vapeur étant pratiquement transparente, elle est quasiment invisible à l'œil nu.

Les spectres

Les spectres sont les apparitions les plus classiques, car elles sont celles de personnes. Les spectres offrent une présentation complète de l'esprit lui-même. Le spectre le plus connu est sûrement celui de Jésus-Christ. Depuis ce jour, plusieurs personnes ont vu des manifestations semblables : apparition de la vierge de Fatima, apparition de prêtres et de personnages religieux dans les églises, apparitions de personnes décédées sur les lieux de leur décès et toutes les histoires de maisons hantées.

Les vortex

Les vortex sont des tourbillons qui ont la consistance d'une fumée dont la couleur varie du gris au mauve et dont l'origine est inconnue. On les aperçois souvent dans les endroits où des gens ( ou des animaux ) sont décédés. Souvent les vortex sont visibles quelques minutes ou heures après le décès. D'après certains spécialistes, les vortex seraient la porte directe entre notre monde et l'au- delà. Ils sont avec les globes, un des types d'apparitions les plus souvent photographiés.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:35

Les différentes formes d'entités

Les poltergeists

La première catégorie est appelée les poltergeists, plus connus sous le nom d'esprits frappeurs. Il sont bruyants, turbulents, agités, tapageurs, bref ils sont dérangeants, souvent insupportables et peuvent, dans les cas extrêmes, devenir dangereux car si, en général, ils se limitent à faire du bruit ou parfois à déplacer des objets, fracasser, démolir ainsi que de mettre le feu. Ils sont réglés comme des horloges, faisant toujours le ou les mêmes bruits à une heure fixe ou, au contraire, ils sont complètement imprévisibles dans leurs comportements. Ce sont des esprits malfaisants, antipathiques et qui choisissent les lieux à hanter sans y avoir été inviter.

L'esprit des défunts

Cette catégorie comprend les esprits des défunts qui se manifestent à nous en prenant divers chemins ou portes pour se faire entendre, remarquer et comprendre.
Ces esprits peuvent revenir sur invitation, c'est à dire lorsqu'ils sont personnellement appelés, lors d'une séance de spiritisme, de ouija, de lévitation de tables, à la demande du médium ou plus simplement à l'appel d'un membre de l'entourage du défunt.
Ce type d'esprit est presque toujours calme, détendu, serein et aux questions posées, il répond avec tranquillité. Ce sont donc des esprits en paix, pacifiques et heureux.

ls peuvent se manifester sans avoir reçu d'appel : il peut s'agir d'esprits paisibles et doux qui viennent pour nous livrer un message d'espoir, des conseils quant à notre avenir, des avertissement sur un danger qui nous guette ou encore nous livrer leur témoignage sur ce qui se passe après la mort et sur leur nouvelle vie dans l'au-delà. Ils ne font pas de mal, ils entrent en communication avec la personne désirée de façon civilisée et respectueuse et demeurent longtemps à la même place, dès que leur message est passé et entendu, ils repartent sans bruit et sans faire d'histoire.

Il peut s'agir, à l'inverse, d'esprits amers, désagréables, tristes, sinistres. Il faut bien comprendre que, que dans la majorité des cas, ces esprits appartiennent à des personnes qui sont décédées de mort violente, souvent dans de terribles souffrances, alors que le responsable de leur mort n'a jamais été puni.
Etant donné leurs âmes, qui ne trouvent pas la paix, errent dans les limbes, ils se font alors vengeurs et reviennent pour châtier, damner, frapper leur bourreau et ainsi prendre leur revanche en se faisant justice eux-mêmes. Malheureusement ils ne se contentent pas toujours d'intimider leur meurtrier ; parfois ils choisissent un intermédiaire pour se faire comprendre et, en quelque sorte, raconter leur histoire, dans l'espoir d'obtenir une condamnation pour le coupable.
Comme se sont des esprits irrités, accablés et impatients de trouver enfin le repos, les moyens qu'ils emploient sont souvent source de terreur pour leur interprète qui apeuré, voire horrifié, aura beaucoup de difficultés à saisir le message et sera donc dans l'impossibilité d'apporter son aide. Par contre, lorsqu'ils réussissent à établir un contact et qu'ils arrivent à leur fin, c'est à dire en obtenant la punition souhaitée pour leur tortionnaire, ils quittent les limbes, retrouvent la paix et la sérénité et cessent leurs visites sur cette terre à tout jamais.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 17:44

Le role du medium

Son intervention est nécessaire pour la manifestation même si le médium ne sait pas que l'énergie de son périsprit est utilisée pour créer le plasma nécessaire. Mais afin de déterminer l'essence des manifestations dues au spiritisme, il faut signaler que les images sont le résultat d'une combinaison d'énergie de l'esprit et du médium. Les deux éléments sont différents, mais chacun possède un aspect matériel, ce qui explique que, parfois, la communication soit négative entre les deux : il s'agit dans ce cas d’une incompatibilité d'humeurs manifeste.

Le médium qui joue le rôle d'agent de liaison entre les êtres invisibles de l'au-delà et le monde du matériel, peut convenir à certains esprits mais pas à d’autres : de même, un médium selon sa spécialité peut préférer un type de communication, tandis qu'un autre médium pourra obtenir des effets très différents. Pour qu'un esprit puisse profiter des facultés d'un médium, un degré d'affinités, d'identification et de compatibilité d'humeurs entre l'esprit incarné et l'esprit désincarner est requis. S'il n'existe pas le moindre courant de sympathie, un rejet s'opérera et rendra impossible toute forme de communication. Dans certains cas, l'assimilation des fluides est absolument impossible entre quelques esprits et certains médiums. Dans la plupart des cas, le plus probable est que la communication s'établisse peu à peu, avec le temps, lorsque l'esprit et le médium sont déjà entrés en contact une ou plusieurs fois.

Le rôle du plasma

Le plus exact serait d'appeler cette substance ectoplasme, terme emprunté au grec par Richet et qui veut dire quelque chose formé à l'intérieur ou à l’extérieur. Nous avons dit qu'il s'agit d'une substance à mi-chemin entre le spirituel et le matériel, fruit du périsprit. Ainsi, pendant la transe se met en marche l’organe qui la produit en telle quantité quelle s’extériorise tout de suite. L’ectoplasme est donc une substance grisâtre ou blanchâtre, gélatineuse et visqueuse, qui varie entre un état gazeux et un état solide.

Un apprentissage préalable n'est pas nécessaire avant de pouvoir utiliser cette substance : les entités spirituelles ou les médiums peuvent s'en servir et lui faire adopter des formes très différentes, comme un visage, des mains, des bras, des jambes, des pieds et même des fleurs et des animaux fantastiques. Ceux-ci se déplacent dans la pièce en volant, devant le médium puis disparaissent, absorbés par le corps du médium, dont ils sont en partie issus. L’ectoplasme peut apparaître de deux façons différentes. Sous forme matérielle et d’apparitions diverses. On appelle matérialisation ce qu'il est rendu visible sur le moment, comme l'apparition de certaines parties d'un corps humain surtout lorsqu'il s'agit d'une personne décédée. On appelle apparitions la création d’objets ou d êtres vivants, comme des fruits, un chien, une colombe, des pièces d’or, etc… c’est objets ne sont pas nécessairement des objets réels. Ils présentent surtout un caractère éphémère et finissent par être réabsorber par le médium, lorsque la transe est achevée.

Les initiés ont toujours pensé que la Bible parle un langage imagé, figuré, et même plus, un langage codé. Dans ce sens, ils pensent que l'homme ne fut pas créé à partir de la boue mais à partir de l’ectoplasme divin, A qui Dieu a donné plus que la simple faculté de bouger et d'agir, il a donné à l'homme l'intelligence. Par la suite, il lui a accorder l'immortalité, où plutôt à son esprit de : c’est se que représente le signe du Verseau.

Les médiums capables de produire une telle substance, sont appelés médiums télépathes : ils ont la capacité de disposer d'une matière qui n'a d'ailleurs pas d'autre application possible que celle d’unir les facultés de l'esprit et du médium.

L'apport d'un témoignage scientifique

Sir William Crookes (1832 ou 1919) physicien et chimiste de renommée mondiale pour sa découverte des rayons cathodiques, passa le plus clair de son temps à connaître les réalités de l'esprit. Il analysa toutes les représentations et les états d’esprit des plus célèbres médiums de l'époque, et notamment celui de Daniel Douglas Home. Celui-ci devint très populaire à partir de 1860 grâce à ses démonstration de pouvoir télépathique, de lévitation et de matérialisation d'entités spirituelles. Crookes analysa les séances de télépathies de Florence Cook, Eusapia Paladino, Rudi Schnieder, Kluski et Guzik. Il écrivit la chose suivante au sujet des mains que Home, le médium, faisait surgir à partir de l’ectoplasme.

Les mains et les doigts ne me paraissaient pas fait d’une matière solide.

Parfois, les mains présentaient plutôt un aspect vaporeux, nuageux. Ce nuage se condensait en partie et prenait la forme d’une main. Plusieurs fois, j'ai vu comment tout d'abord un objet bougeait ; puis autour de lui se formait un nuage lumineux qui se condensait, prenait forme et se transformait en une main parfaite. Toutes les personnes présentes pouvaient voir comme moi une main. Ce n'était pas toujours une forme simple figée, immobile : les doigts bougeaient et la chair paraissait aussi réelle que celle des gens qui observaient le phénomène. À la hauteur du poignet ou du bras, elle devenait nuageuse et le reste disparaissait. Au toucher, ces mains semblaient parfois mortes et froides comme la glace ; parfois elles avaient l'air vivantes et chaudes et serraient la mienne avec toute la chaleur d'un vieil ami. Un jour j’ai tenté de retenir une de ces mains dans la mienne, en la serrant. Elle ne fit aucun effort pour se dégager ; mais, peu à peu la main se transforma en vapeur jusqu’à disparaître et réussit ainsi m’échapper.

À la tombée de la nuit pendant une session de spiritisme qui se déroulait chez monsieur Home, je vis les rideaux de la fenêtre bouger : cette fenêtre se trouvait à quelques que huit pieds du fauteuil ou était assis monsieur Home. Tous ceux qui étaient présent purent voir une forme humaine semi- transparente, qui ressemblait à un corps humain, debout près de la fenêtre. Elle agitait les rideaux avec sa main. Tandis que nous la regardions, elle s'évanouit, et les rideaux cessèrent de bouger.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 18:26

Le rôle des sens dans le contact avec les esprits

Cela peut paraître contradictoire, mais la communication avec les êtres de l'au-delà est plutôt due à une méconnaissance de nos facultés sensorielles. En fait, nous connaissons aussi peu notre corps que notre esprit. La médecine actuelle, unes des plus performantes de tous les temps, en qualité et en quantité, doit reconnaître que l'étendue de son ignorance est scandaleuse. Par exemple, elle connaît mal la fonction exacte des angines, le fonctionnement du tube intestinal, la provenance du virus de grippe. Certaines maladies quotidiennes, en apparence bénignes, sont trop souvent méconnues, même s'il faut saluer la réussite de certains chirurgiens dans le domaine des greffes d’organes en particulier. Mais les esprits ne sont pas des êtres uniquement perceptibles à notre intelligence : ils se manifestent aussi à travers les sens, dont nous avons parlé auparavant. Ils peuvent donc se contenter d'apparaître à quelqu'un, de se manifester visuellement ou par des bruits divers. Les expériences de M. Home montrent aussi qu’on peut les toucher, comme s'ils étaient en vie. Toutes les apparitions se font par le biais de l'ectoplasme.

Il est vrai cependant que parfois les esprits se manifestent seulement par la pensée, en se contentant de suggérer des idées ou des sentiments à la personne qu’ils visitent. Ils choisissent également le rêve pour communiquer, même avec des personnes qui n'ont aucun pouvoir télépathique.

Mais dans la plupart des cas, la présence d'une personne possédant des facultés de médium est indispensable : dans ce cas, elle sert de lien entre les dimensions intemporelle et temporelle On appelle cette possibilité de communiquer un pont, image très intéressante et évocatrice du rôle du médium.

Nous ignorons trop de choses dans les domaines spirituels et en ce qui concerne notre corps ; mais plus encore, nous ignorons presque tout sur ce point de contact qui nous permet de communiquer avec les esprits. Il s'agit d'une sorte de pont, nous l'avons vu, qui nous a permis, à notre naissance, de passer de la dimension des esprits au monde matériel ; à ce moment-là, l'esprit s'incarne dans un corps, qui nous accompagne tout au long de notre vie, et qui est soumis à l'influence des éléments de la nature: l'eau, le feu, l’air et la terre.

Croire que le spirituel est une chose extraordinaire, constitue déjà une preuve en soi de la véracité de cette affirmation. Mais afin de la compléter, rappelons que nous avons vécu pendant vingt quatre siècles en croyant que notre corps ne possédait que cinq sens, pour appréhender le monde qui nous entoure. Plusieurs savants virent ou entrevirent la vérité et rendirent publiques leurs découvertes. Mais personne ne prêta une grande attention à leurs paroles ou à leurs écrits. En fait, tout le monde sentait que cinq sens ne suffisaient pas à comprendre ou deviner la présence d'une âme, ni à expliquer l'importance du monde des esprits dans nos vies de simples mortels. De toute façon, cinq sens ne suffisent même pas à connaître l'ensemble de la réalité matérielle.

En fait, nous nous servons d’une dizaine de sens pour capter la réalité tangible, sans compter les autres sens qui sont plus ou moins en éveil ou plus ou moins atrophiés. Car la nature nous a accorder un grand nombre de sens pour pouvoir connaître toute la complexité de l'univers.

En plus des cinq sens reconnus, nous en possédons environ une centaine d'autres, rien que pour percevoir les réalités corporelles ou matérielles. Dans la vie de tous les jours, il nous faut plus de cinq sens. Nous les avons et nous les utilisons sans nous en rendre compte, inconsciemment. Jusqu'à ce jour, nous en avons détecté une vingtaine, mais ce nombre peut très bien augmenter, si les expériences qui sont en cours sont positives. En ce qui concerne la réalité immatérielle, il faut lui attribuer au moins autant de sens ; ils dépendent de ce que nous appelons la fonction semi- physique de la glande pinéale, en relation avec les émanations du périsprit.

Description de quelques sens occultés

Nous pouvons prouver l’existence de ces sens mais il faut faire attention afin de bien les différencier. La vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le tact sont les cinq sens classiques définis par Aristote. Mais, parmi les sens qui ont été reconnus de manière scientifique, certains ont été cachés derrière tel ou tel sens, d'autres, relégués au second plan.

C'est le cas de cette intuition qui nous fait voir que telle personne avec qui l'on discute n’est pas digne de confiance, sans avoir pour cela de preuve tangible. Il a un air tu ne me revient pas est l'expression familière qui traduit cet état d’esprit, même si cette personne respecte et suit toutes les règles du savoir-vivre.

Alors que nous nous servons de ce sens tous les jours, nous ne le prenons pas pour une connaissance spéciale. En fait, c’est un de ses sens que nous utilisons le plus couramment.

Il serait cependant plus judicieux de commencer par les sens qui concernent la matière : ceux qui ont été reconnus par des chercheurs. Commençons donc par les sens cachés, relégués au second plan par d’autres.

Tout d'abord, il faut souligner que le tact et la sensibilité thermique sont deux choses différentes.

Par exemple, les messages qui transmettent la douleur passent par la moelle épinière, en suivant des voies propres. Mais c'est aussi là que se situent les zones sensibles à la chaleur et au tact : chacune de ces deux zones est parfaitement différenciée, les chemins qui y mènent sont tellement distincts que, si l'une de ces routes était coupée ou bloquée dans un accident par exemple, la sensibilité thermique s’en verrait supprimée, alors que le tact fonctionnerait normalement. Étonnant, n'est-ce pas ? Il ne s'agit là que d’un des sens moins connus. Et il en existe d'autres : la stéréognosie vient juste d’être reconnue. Grâce à elle, nous arrivons à déterminer les yeux fermés quels sont la taille, le poids, la forme et la matière d'un objet. Certaines personnes ne peuvent se servir de ce sens, et c'est là une maladie.

Il existe un sens qui nous permet d'être sensible aux vibrations : les neurologues l’étudient en utilisant un diapason qu'ils font vibrer devant leur patients, ce diapason est d'ailleurs en tout point semblable à ceux utilisés pour accorder un instrument de musique. On applique aussi cette faculté au tact : on peut sentir les vibrations d'un objet, avant même de le toucher. Dans ce cas, l’ouïs n'intervient pas. Ce sens à rien à voir avec la perception de certaines vibrations qui émanent de la nature, et des êtres vivants : elles nous permettent de distinguer les forces du bien et du mal. Mais quelques puristes s'opposent à cette interprétation. Ils estiment que nous captons la dimension matérielle au moyen de sens créés pour fonctionner dans cette dimension ; par contre il existe des sens particuliers pour capter la réalité spirituelle.

Mais les dimensions, matérielle et spirituelle, ne sont pas entièrement coupées. Nous pouvons connaître l'au-delà, qui se manifeste par une réalité matérielle. Sinon, nous serions complètement isolés, et nous ne pourrions pas deviner l'existence des esprits. Le sens qui nous permet de calculer la distance entre deux points est également très mal connu. Cette faculté n'est pas la même dans chaque partie du corps. Ainsi la langue est l'organe le plus sensible à cette réalité, tandis que la peau du dos n'est pas réceptive du tout.

Pour étudier ce sens, où se sert d’un compas, dont les deux pointes touchent en même temps la peau. Ensuite, les deux pointes se séparent progressivement, au fur et à mesure que le sujet est stimulé, jusqu’à ce que celui-ci affirme sentir à nouveau les deux pointes du compas.

Le sens de l'équilibre, dont nous ne prenons conscience que lorsqu’il nous fait défaut, se trouve dans l'oreille interne. Cet organe est en rapport avec le cervelet, et nous permet de nous situer correctement dans l'espace. Sans cette faculté, personne ne pourrait se déplacer sur ses deux jambes sans tomber.

Le sens de l'orientation est méconnu mais il est tout aussi important que les autres. Il a son centre de gravité dans le cerveau. De plus, il est très facile de le perde en plaçant sur la tête un électro-aimant : la personne réagit de la même manière que lorsque l'on met un électro-aimant près d'une boussole. Ce sens a été longuement étudié chez les animaux qui, tels les oiseaux migrateurs, certains félins et les dauphins, l’utilisent dans leurs déplacements.

La baresthésie est un autre sens à considérer : située dans l'inconscient, il s'agit de la sensibilité au poids ou à la pression. Par exemple, ce sens nous permet de savoir comment sont placés nos bras et nos jambes, même si nous ne les voyons pas. De même, lorsque l'on dort, on peut bouger sa jambe sous les couvertures sans se réveiller pour autant.

Nous attirons votre attention et nous vous invitons à méditer sur l'importance de toutes ces choses qui pourtant paraissent toutes simples. Elles font intervenir des sens divers, que nous méconnaissons. Par exemple, il nous arrive de nous sentir observés par personne que nous ne voyons pas. Cette faculté permet aussi de percevoir les êtres immatériels, du moins à certaines personnes. Ce sens nous permet-il de détecter la présence de fantômes et d'esprits ?

La baresthésie est un des sens le plus connus et elle nous permet de calculer le poids approximatif d'un objet, avec les mains ou toute autre partie du corps. Pendant longtemps, on a confondu cette faculté avec le tact, jusqu'à réaliser qu'il s'agissait d’une tout autre faculté.

On constate que certaines personnes qui ont perdu un membre continuent à avoir des sensations dans ce membre disparu, comme par exemple, ressentir de la douleur dans une jambe amputée ou dans un doigt sectionné, il s'agit du fameux membre fantôme. Les gens qui pratiquent le spiritisme savent qu'il s'agit d'une manifestation du corps astral, qui lui, n'a pu subir aucune mutilation. Cependant, les physiologistes parlent de liaisons nerveuses sectionnées qui continuent à envoyer au cerveau des informations complètes, considérant la lésion comme une simple blessure qui enverrait des signaux de douleur. Cette interprétation mécaniste est certainement très judicieuse, mais elle ne suffit pas à expliquer la persistance de sensations, douloureuses, mais aussi de mouvements, de volumes, et même parfois de démangeaisons.

On pourrait appliquer cette faculté de sentir un membre fantôme à tout le corps. Ceci explique le désarroi de certains esprits, que la mort surprend de façon inespérée. Car ils continuent de sentir tous leurs membres, tout leur corps, mais alors grande stupeur personne ne les écoute. Ils courent et essayent d'éviter les obstacles matériels qu'ils trouvent sur leur route ; ils recherchent de l’aide, du réconfort, mais ils se rendent compte que personnes n’entend rien, même s'ils ont l'impression de sentir les coups qu'ils se donnent contre les meubles, les portes et les murs. Puis, il s'aperçoivent qu'ils n'ont pas besoin d’ouvrirent les portes pour passer, ni d'emprunter les escaliers pour monter ou descendre. Alors, dans un cri d'horreur, ils réalisent pour la première fois qu'ils sont dans une autre dimension, terriblement différente. C'est ainsi qu'ils restent sur le lieu où ils sont morts ou dans lequel ils ont vécu. Ils essayent d'entrer en contact avec les humains, mais ils n'y arrivent qu'avec ceux qui possèdent des facultés spéciales. Parfois, c'est le fantôme lui-même qui est obligé d’apprendre se servir de l'énergie des êtres humains, pour faire reconnaître son existence. Et il pourra s'en servir de manière violente et même destructive.

Quel est le sens le plus important ?

Tout semble indiquer que c'est le tact, le sens de des incrédules. Il rappelle de façon symbolique l’impureté de notre condition, sa difficulté à entrer en contact avec la dimension immatérielle, d’où viennent les esprits. C'est pourquoi dit-on, le Christ a demandé à la fidèle Madeleine de ne pas le toucher. Noli me tangere, Evangile de Saint-Jean, XX, 17. En fait, selon les spécialistes qui reconnaissent l'importance capitale du tact, celui-ci représente l’origine de tous nos sens. Le tact et le sens le plus ancien, car des organismes primitifs le possédaient déjà.

Les spécialistes affirment que tous les sens sont dérivés du tact, même s'ils ne se ressemblent pas du tout ; il n’y a en effet aucune ressemblance entre la vue et l’ouïe. Mais tous les sens eurent comme point de départ le tact, dès que la vie commença à se répandre sur la terre. Ainsi, tous les sens se réduisent à un seul, le tact. A l’opposé de cette croyance, les pré-aristotéliciens ont défini plus d'une centaine de sens, parmi eux, quelques-uns ont pour fonction de nous faire percevoir les réalités spirituelles et participer aux monde extra-sensorielles proprement dit.

D'après eux, il n'existe pas de distinction entre les domaines scientifiques et paranormaux.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 18:30

Charlatanisme et imposture, comment les détecter

Dans les cas d’imposture les plus fréquents, on force en quelque sorte le médium à invoquer un esprit supérieur à sa personne. Si le médium est honnête, on le verra lutter inutilement pour établir un contact avec l’esprit invoqué : si c’est un imposteur, il essaiera de feindre la conversation avec lui. Certains esprits invoqués se présentent et répondent tout à fait bêtement aux questions posées, sans faire preuve d’aucune intelligence.

De même nous avons été témoins d’une supercherie d’aucune finesse, une femme médium, prêta sa voix afin que la Vierge Marie puisse adresser un message à des centaines de fidèles qui se trouvaient réunis pour assister au miracle. Il s’agissait d’une grossière supercherie. Au début, cette femme qui se trouvait en transe profonde fit quelques allusions à la politique mondiale et par le suite, commença à critiquer plusieurs habitants du village sans les nommer. Mais il se trouvait que tous ceux dont elle avait parlé se trouvaient là. Toutefois la crédulité de la plupart des assistants ne leur permit pas de discerner la fausseté de ces déclarations qui étaient incompatibles avec les message d’amour, de sagesse qui sont délivrés par la Vierge lors de ses apparitions.

Souvent un médium honnête est tourné en bourrique par un esprit malin, rusé dont le seul but est de faire échouer toutes ses tentatives. Au début, il se fait passer pour l’esprit invoqué, sachant très bien qu’il ne pourra répondre au questions posées, ou alors il répond n’importe quoi, en tâchant de ridiculiser le médium. Celui-ci, donc, est totalement démuni.

Dans un cas aussi délicat que le spiritisme, la moindre erreur, le moindre doute de supercherie possède une puissance dévastatrice. Ainsi, les gens qui participent pour la première fois à une séance de spiritisme finissent par croire à une supercherie et décident de ne plus jamais y assister. Ils n’auront plus jamais confiance dans le médium : les autres assistants aussi, et le médium ne saura même pas ce qui c’est passé.

Ceci démontre la nécessité pour une personne experte d’assister à toutes les séances : elle saura distinguer l’action des esprits inférieurs et fournir les preuves de ce qu’elle avance.

L’expérience permet aux médiums d’avoir un comportement clair, ouvert et transparent. Tous les centres et les cercles d’adeptes du spiritisme s’efforcent de maintenir un prestige obtenu grâce à une sévère auto-critique qui leur permet d’examiner attentivement les messages qu’ils reçoivent.

Si l’on a un doute quelconque sur la qualité et le provenances des messages que l’on a vus et expérimentés au cours d’une séance, on rejette le message : au cours de la séance suivante, on interroge l’esprit afin de démasquer les ruses de l’esprit trompeur.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 18:38

L'ectoplasma ou le corps des esprits

Margery n'était pas la seule à jouir d'une notoriété en rapport de ses dons. La production d’ectoplasme avait été très en vogue quelques année plus tôt, pendant les beaux jours du spiritisme. L’ectoplasme avait une consistance semi-solide, ou vaporeuse, ou même liquide, et il pouvait prendre des formes allant de simples filaments à de spectaculaires silhouettes humaines. Il paraissait provenir presque toujours du corps du médium et émaner de sa bouche ou de quelque autre orifice naturel.

Un des premiers médiums célèbres dans ce domaine fut la française Marthe Béraud, connue dans les milieux spirites sous le nom d’ Eva. C. Sa production ressemblait au début à une salive épaisse, et sur la fin sa consistance évoquait du fromage blanc..

En mille neuf cent cinq, Eva stupéfia le métapsychiste Charles Richet en produisant un personnage barbu, vêtu d'une tunique, qui prétendait être Bien Boa un hindou mort depuis longtemps. Eva avoua par la suite que Bien Boa était en fait un domestique arabe bien vivant. Mais Richet refusa d'y croire, ne supportant pas l’idée d'avoir été berné. Les aveux d’Eva indiquaient simplement qu'elle était mentalement instable, ce qui, prétendit-il, est le propre des médiums.

Un médium canadien connu sous le nom de Marie M. se fit remarquer par les visages humains qui apparaissaient quelquefois dans l'ectoplasme qu'elle produisait, et qui ressemblait à du coton ou à de la pâte à pain. Les théories sur l'ectoplasme abondent. D'après certaines, cette substance proviendrait du corps du médium. C'est pourquoi le protocole des séances interdisait d'y toucher, de crainte que le médium ne soit blessé ou même tué. Il est arrivé cependant que cette règle fut transgressée, et l’on constata alors que cette matière ressemblait étrangement à du tissu.

Cependant, un médium, qui reconnut avoir fraudé, déclara que la mousseline constituait un parfait ectoplasme pour lui et ses collègues. Ce matériau était parfois traité à l’aide d’une substance phosphorescente qui lui donnait une apparence fantomatique dans la pénombre de la pièce. De plus, divers dispositifs mécaniques permettaient de simuler différentes formes.

Parfois même, le médium dissimulait la gaze en l’avalant et la régurgitait à volonté au cours de l'expérience.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 18:41

L'origine du spiritisme actuel

L'héritage de Swedenborg

Le spiritisme fut implanté en Europe par les disciples du Suédois Emmanuel V. Swedenborg (mille six cent quatre vingt huit-mille sept cent soixante douze), qui eut beaucoup d'émules et d'élèves. On le considère comme l'inventeur du spiritisme dégagé de toute référence religieuse : il le définit comme une faculté supplémentaire de l'être humain, doué de raison. Le spiritisme naquit le sept avril mille sept cent quarante quatre, avec les visions nocturnes d'un disciple d’Isaac Newton.

Swedenborg, fils d'un ministre luthérien, était doué d'une brillante intelligence et d'une grande passion pour les sciences. À vingt et un ans, il devint docteur de l'université d’Uppsala. Cependant ses visions n'avaient pas du tout de caractère passionnel, puisqu'il se considérait comme un mage qui avait des conversations avec Virgile et Luther. Somme toute, ce mage se trouve face à une mission tout à fait insolite.

À partir de là, Emmanuel Swedenborg commença à poser les premières pierres de ce qui devait devenir plus tard le spiritisme : celui-ci se définit comme une discipline qui accorde une personnalité propre aux entités spirituelles, sans se soucier des classifications de bien et de mal, qui sont des références chrétiennes. Les esprits sont à égale distance des anges et du démon.

Dans ses débuts, le spiritisme n'était absolument pas teinté de religion. Mais beaucoup de personnes ont du mal à rejeter toute référence à quelconque religion. Swedenborg lui-même ne put éviter une approche religieuse, comme l'annonce son oeuvre le Ciel et ses merveilles et l'enfer, qui constituait le premier témoignage sur l'existence d’êtres qui furent les êtres humains.

Il est normal que les hommes s'occupent des esprits puisque eux- mêmes sont des esprits incarnés. En d'autres termes, le proverbe le résume très bien :

Comme tu te vois, je me suis vu . Comme tu me vois, tu te verra.


Ce pendant cette première doctrine ne fut pas appelée « spiritisme ». Certes, les invocations de Swedenborg étaient tout à fait étonnantes, même si dans son cas, il n’y eut pas de manifestations de type physique, mais des révélations doctrinales, comme la vision du jugement dernier.
Il faut essayer de ne pas mélanger la notion de spectacle avec le concept de spiritisme. C'est une des conditions absolues qu'il faut respecter pourrait entendu lors d'une invocation. Swedenborg confia une des visions les plus personnelles qu'il ait jamais eues, à un de ses disciples. Pendant une session d’auto- hypnose, on lui avait révélé qu'il devait mourir en mille sept cent soixante douze loin d’eux et de la Suède. Ses dires devaient se confirmer, puisqu'il mourut brusquement ladite année à Londres.

Ses théories sur les « esprits » se répondirent à travers toute l'Europe et commencèrent par intéresser un nombre croissant de gens. À tel point que des hommes de sciences se penchèrent sur la question ainsi, en mille sept cent quatre vingt sept, la Société philanthropique et d’exégèse de Stockholm corrobora la version émise par les disciples de Swedenborg: ils affirmaient que les messages et expressions des gens qui avaient été magnétisés au cours de sessions préparatoires étaient des êtres de la dimension spirituelle. C'étaient les âmes des gens qui étaient morts alors qu'ils avaient encore quelque chose à dire. Justement ce critère fut adopté en France et en Allemagne ou, en mille huit cent quarante sept, il était partagé par tous. Le livre Arcanes de la vie dévoilée, diffusa largement cette théorie.

D'autres phénomènes paranormaux furent associés au spiritisme : à l'époque, le halo ou aura émis par le corps grâce à l'énergie qui agit comme périsprit, ou lien semi-matériel qui unit l'esprit au corps. On a démontré que cette énergie survivait au corps et qu'elle pouvait être aussi manipulée. En fait, elle avait toujours été manipulée et c'est grâce à elle que s’est développée la sorcellerie.

C'est ainsi que le spiritisme acquit ses caractéristiques les plus marquantes ou XVIIIe siècle. Dans ce contexte, il faut souligner l’élan apporté à cette doctrine par les phénomènes regroupés sous le terme de mesmérisme de ( Mesmer ), médecin allemand, mille sept cent trente quatre- mille huit cent quinze, qui pensait avoir découvert le « magnétisme animal ».

Le XIXe siècle voit un développement prodigieux du spiritisme. En Europe apparaissent les plus grands noms. Signalons le nom d'Allan Kardec (mille huit cent quatre-mille huit cent quatre vingt neuf), dont nous donnerons ultérieurement la théorie.

Au début, le spiritisme était une discipline élitiste. Les nobles s'intéressaient beaucoup aux phénomènes inexpliqués. En fait, la connaissance de l'énergie émise par l'esprit contribuera en partie à faire connaître le spiritisme. La science des esprits atteignit un point de non-retour en mille huit cent quarante huit, lorsque furent connus les faits qui eurent lieu aux États-Unis : il s'agissait d'une manifestation insolite, des coups (raps) occasionnés par des fantômes. C'est alors que cette doctrine se répandit dans toute l'Europe sous le nom de spiritualisme.

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110Jeu 27 Oct - 18:43

Le cas de la famille Fox

Tout commença en mille huit cent quarante sept, lorsque la famille Fox, résidant à Hydesville dans l’état de New York, affirma que des bruits étranges résonnaient dans les murs de leur maison, que les meubles changeaient de place.
Au début le message n’était pas facile à capter. Mais après une courte période d’adaptation, les Fox commencèrent à poser des questions à ces êtres mystérieux. Peu à peu, se mit en place un code que le mystérieux esprit utilisa pour expliquer sa situation plus clairement.

Le dit esprits se nommait Charles Haynes. Il avait été assassiné et enterré dans cette maison par un commis voyageur. Il donna même le nom de son meurtrier. On vérifia ses propos : ils se révélèrent exacts et le meurtrier fut arrêté peu de temps après.

Par une journée de mille huit cent quarante neuf, madame Fox et ses deux filles se trouvaient au salon, lorsqu’elles sursautèrent voyant la table remuer et s’élever.

Madame Fox, connaissant déjà la présence de l’esprit qui visitait sa maison régulièrement, retrouva son calme rapidement et pria aimablement l’esprit de remettre la table à sa place.

Elle fut obéie immédiatement.

Ce « succès » lui donna l’idée d’organisé une séance qui devait avoir des grandes répercussions dans l’ensemble du pays et de l’au-delà. Elle interrogea l’esprit, qui lui répondit de bonne grâce : un coup frappé sur la table correspondait à une affirmation, deux coups équivalaient, par contre, à une négation. Par la suite, l’une des participantes de ces réunions constata que si l’esprit se servait de coups pour communiqué, c’est qu’il n’avait pas d’autres moyens à sa disposition. Elle proposa d’attacher un crayon à l’un des pieds de la chaise : l’esprit s’en servirait pour tracer des lettres. C’est ce qui se produisit.

L’esprit du défunt Charles Haynes était tellement content de l’ampleur que prenaient les apparitions, qu’il convoqua d’autres fantômes chez les Fox. Leur maison s’avéra bientôt trop petite pour contenir tous les gens qui accouraient pour entendre les coups des esprit. Tous voulaient voir comment les esprits traçaient des lettres au moyens du crayon attaché au pied de la chaise. Les esprits semblaient utiliser une force propre : les objets restaient parfois suspendus en l’air ; tantôt ils étaient projetés violemment au sol, tantôt détruits comme brûlés par des étincelles jaillies de façon inexplicable.

Ce déploiement de forces énormes étonna les spécialistes, surtout venant d’un être soi-disant éloigné du domaine matériel. L’on s’aperçut, par ailleurs, que les esprits avaient besoin de la proximité de personnes intermédiaires afin de pouvoir manifester leur présence dans une dimension matérielle. Le terme de personnes intermédiaires, terme consacré au début, tomba très vite en désuétude face à l’apparition d’un nouveau vocable plus précis : médium.

Néanmoins, ce dernier n’a pas la clarté de la première expression. Les médiums permettent aux esprits d’entrer en contact avec d’autres esprits, d’autres êtres vivants. Ils sont très utiles car ils produisent des manifestations spontanées (bruits,déplacements d’objets) tout ceci altérant beaucoup l’existence des mortels. Les esprits puisent chez le médium l’énergie que l’on appelle périsprit, dont fait partie le halo, commun à chaque personne.

L’état de médium est connu et existe depuis des milliers d’années. Cependant si l’on considère le spiritisme comme une discipline para- normale moderne, il faut noter que le cas des Fox engendra l’apparition des premiers médiums.

Car on finit par découvrir que les deux filles du couple, Kathy et Margaret, possédaient sans le savoir un don de médium. Elles étaient des personnes intermédiaires, qui pouvaient entrer en contact avec tous les esprits dans n’importe quel endroit de la terre. Les esprits pouvaient grâce à elle, communiquer avec les humains.

Cette communication n’est pas illimitée, puisqu’elle dépend aussi des êtres humains ancrés dans le monde matériel : l’esprit ne peut se manifester au-delà de quelques mètres de l’endroit où se trouve la personne intermédiaire. En général, la manifestation de l’esprit se produit sur le lieu qu’il a habité de son vivant.

Les jeunes filles Fox se soumirent aux examens d’une équipe de trois médecins de l’université de Buffalo, qui émirent une réserve toute académique et conclurent que les coups que l’on entendait chez les Fox étaient produit par les articulations de leurs genoux. Ils n’accordèrent aucune importance aux autres phénomènes. Ils ne se montrèrent pas du tout objectifs: leur carrière pouvait être compromise s’ils reconnaissaient l’existence d’esprit désireux d’établir des relations avec les êtres vivants. Cependant tout le monde reconnu l’importance de ces manifestations et des personnalités très diverses s’intéressèrent au cas des Fox.

Cette réaction populaire relança les enquêtes. On interrogea même le mystérieux esprit. Bien entendu, on obtint des réponses beaucoup plus précises en présence d’une des deux sœurs Fox…

Source
AnonymousInvité Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : Spiritisme/Esprits Dossier : Spiritisme/Esprits 2110

Contenu sponsorisé Dossier : Spiritisme/Esprits Vide
Revenir en haut Aller en bas

Dossier : Spiritisme/Esprits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sauter vers: