RemonterDescendre



 
Le Galion
http://www.wikio.fr
Forum Optimisé pour
Firefox

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Proverbe du jour

« Les médisants ressemblent aux malheureux qui n'ont pas eu leur part d'événements et doivent mener aux dépens de leurs voisins une existence parasitaire. »

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
La devise

Pirate un jour,pirate toujours.
Sujets les plus vus
Scoops , Potins , et autres News..
Les Anges de la TV Réalité 4 "CLUB HAWAI"
Qui.... veut quoi???
News,potins..
Le choc des héros
Le choc des héros
Le choc des héros
Dilemme
Topics Candidats
Le jeu des smiley's et émoticônes!
The Galion


PageRank Actuel

Partagez|

Dossier : La Radiesthésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 20:34

Le mot RADIESTHESIE signifie sensible aux radiations, il désigne depuis des siècles l'art du sourcier.

Le principe de la radiesthésie est l'utilisation de la sensibilité humaine à la présence d'eau ou de métaux.

Certains radiesthésistes réussissent à retrouver les objets ou les personnes disparues, on utilise alors un témoin les représentant.

Les accessoires les plus courants du radiesthésiste sont:

-le pendule (masse pesante quelconque mais symétrique suspendue à un fil souple) ; cet objet est parfois creux de façon à pouvoir y placer des « témoins » (voir ci-dessous). Le pendule du Professeur Tournesol détient une réputation célèbre : il indique toujours l'ouest.

-la baguette, est constituée de deux branches en matière flexible d'environ trente centimètres de long, reliées à une extrémité. Elle sert le plus souvent à la recherche de sources, mais peut tout aussi bien servir en matière de radiesthésie médicale. Autrefois, la baguette était taillée dans une branche de noisetier.

-l'antenne de Lecher ; elle est inspirée de la découverte d'Ernst Lecher (les « fils de Lecher ») et a l'avantage, non seulement de pouvoir tester (réception), mais aussi d'émettre ;

-les témoins servent de support psychique, mais ils n'ont rien d'indispensable. Ils peuvent aider à mobiliser les connaissances relatives à l'objet de la recherche.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 20:37

La radiesthésie et la médecine

Le principe de la radiesthésie est l’utilisation de la sensibilité humaine, sensibilité à la présence de l’eau courante, à la présence de métaux, en fait à la présence des radiations émises par tout objet ou personne. Certains radiesthésistes ont réussit à retrouver des objets perdus ou des personnes disparues en utilisant un << témoin >> les représentants ; on parle souvent dans les journaux de voyants aidant la police à retrouver des assassins ou des personnes disparues.

L’instrument le plus utilisé pour des pratiques de ce genre est la baguette divinatoire, qui peut n’être qu’une simple branche de coudrier en forme de V ou deux baguettes en fanons de baleine dont on a attaché les extrémités.

Par le passé, la radiesthésie s’occupait principalement de la recherche de l’eau dans les zones arides et se pratiquais par essais sur le terrain. Ce n’est que depuis relativement peu de temps que la sensibilité humaine est utilisée sur une grande échelle pour les expériences délicates en laboratoires, mettant en jeu des mesures précises.
Ce genre de travail est largement pratiqué en France, et est suivi avec un grand intérêt en Belgique, en Italie et d’autres pays Européens.
Bien qu’il y est beaucoup de personnes qui s’intéressent à la radiesthésie à un niveau quelque peu élémentaire, et qui utilisent des méthodes dont la visée est assez limitée, il n’y a pas de raison de penser que le sujet dans sa totalité ne soit digne de l’attention des scientifiques. La sensibilité humaine a une autre nature telle, que souvent les méthodes d’essai les plus simples peuvent fournir des résultats fiables et dignes d’intérêt.

L’instrument de radiesthésie généralement utilisé est le pendule, qui peut être en ivoire, en fanons de baleine en plastique ou en bois. Une bobine de fil suspendue à une ficelle constitue un bon pendule, très sensible. Une personne qui n’a jamais utilisé de baguette ou de pendule doit essayer, comme première expérience, de tenir une telle bobine au dessus de différents types d’aliments, sucreries, chocolat, thé e c t.. .Il vaut mieux placer chaque article sur une feuille propre de papier blanc.

Les réactions individuelles ne sont pas toujours identique, mais le pendule tourne généralement dans le sens des aiguilles d’une montre si l’aliment ( ou l’objet ) convient à la personne concernée et en sens opposé aux aiguilles d’une montre si cela n’est pas le cas ; si ce n’est ni bon ni mauvais, le pendule oscillera en ligne droite. On conseille d’attacher la bobine avec un fil long de 10 à 15 cm.

Par la radiesthésie appliquée à la médecine on peut obtenir beaucoup d’informations concernant le patient, qui ne sont facilement vérifiable d’aucune autre façon. Elle peut apporter un plus aux connaissances obtenues par l’examen clinique et jeter un jour entièrement nouveau sur un cas.
Bien que les informations similaires puissent parfois être obtenues par des méthodes classiques, on doit se rappeler que les testes radiesthésiques peuvent être effectués à tout endroit, très rapidement, si on a sous la main une tache de sang, un prélèvement de salive ou d’autres échantillons du patient.

Le nombre de personnes intéressées par la radiesthésie médicale augmente régulièrement et la plupart des gens la considère utile pour le maintien de la santé. On doit s’en réjouir. Selon le National Health Service Anglais, l’individu n’est pas supposé rendre visite a son médecin pour chaque petit bobo qu’il s’imagine avoir, il est inévitable qu’on se soigne soi-même de temps à autre avec des remèdes simples, comme l’aspirine ou un laxatif. Une ancienne maxime dit qu’à la quarantaine on est soit fou ou médecin. Cela ne peut qu’être salutaire pour le public d’essayer de faire preuve d’un intérêt intelligent envers sa santé. C’est en général, ce que les autorités demandent aux gens.

Mais si l’on dispose d’une méthode rapide et simple de décision avant de prendre une aspirine ou autre médicament l’utiliser est une attitude sensée. Ayant étudié assidûment la radiesthésie médicale pendant de nombreuses années, je suis convaincu que l’individu, s’il pratique la radiesthésie, à l’occasion de faire un peu plus pour lui même que par le passé, en se gardant en forme et en s’occupant lui –même de ses petits maux qui ne nécessitent pas un avis professionnel. Cela s’applique spécialement aux personnes intéressées par l’homéopathie.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 20:53

Expériences avec le pendule

La radiesthésie médicale se développe dans des directions qui différent, à bien des égards, des préceptes et des pratiques orthodoxes, mais on peut espérer qu’on finira par admettre qu’elles sont régressives. Plus exactement, ces orientations nouvelles offrent des perspectives prometteuses pour des thérapies plus rationnelles et plus solidement fondées que certaines pratiques médicales largement utilisées aujourd’hui.

Nous pouvons espérer au moins qu’elles commencerons à être considérées comme auxiliaires utiles pour les techniques reconnues depuis longtemps

En examinant un cas, l’une des premières exigences est de vérifier le fonctionnement des divers organes.
On saura souvent à l’avance qu’un ou plusieurs organes sont malades ou affectés d’une façon ou d’une autre, mais néanmoins c’est une bonne habitude, du point de vue de la radiesthésie, de découvrir autant d’éléments que possible sur le patient. Souvent, des déséquilibres tout à fait inattendus seront découverts, qui jettent un jour nouveau sur le cas.

Pour découvrir l’état d’un organe chez un patient, il faut en posséder un échantillon standard.. Ce peut être un organe animal sain sous forme de poudre séchée ou un témoin.
Les radiations des organes animaux, des organes humain et des témoins sont similaires, ainsi, l’état d’un organe humain peut être discerné en pratiquant des testes avec l’organe d’un lapin ou d’un cobaye, les résultats se sont prouvés pleinement satisfaisant. On peut employer les fréquences des divers organes, générées par les appareils radioniques, nous en parlerons ultérieurement.

Une méthode très simple pour examiner les organes d’une personne présente est d’avoir dans la main tenant le pendule un témoin de l’organe à examiner. L’index de l’autre main désigne l’organe du patient. On conseille de tenir le fil du pendule entre le pouce et l’index, le témoin en contact avec le fil.

Si l’organe est toxique ou s’il ne fonctionne pas correctement, le pendule tournoiera dans le sens opposé aux aiguilles d’une montre. A l’occasion, il arrive que le pendule, tout en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre pour une réaction normale, oscille aussi pour une mauvaise réaction.

Des résultats presque aussi bon peuvent être obtenus sans l’aide d’un témoin, si l’opérateur pense à l’organe concerné. Toutefois aucune de ses méthodes ne peuvent vraiment être considéré très précise.

Il doit être évident maintenant que la radiation joue un rôle important dans la constitution de l’individu. Chaque organe, nerf, os et sécrétion du corps émet sa propre énérgie ; toutes ces énergies peuvent être détectées avec le pendule.

On doit se demander quel est l’aspect de la radiesthésie qui fait que la branche s’incline ou que le pendule oscille ou tourne. On n’a pas encore de réponse satisfaisante à cette question, bien qu’on puisse l’affirmer qu’au moins une partie du mécanisme de réaction automatique est neuromusculaire. Mais que détecte t’on avec le pendule ou la baguette ? Si on ne peut répondre à cette question, on pourra peut être s’approcher de la vérité en examinant ce que le Baron von Reichenbach nous dit.

Carl Reichenbach est né à Stuttgart en 1788 et est mort en 1869. Il était contemporain de Michel Faraday, le génie de l’expérimentation qui a découvert beaucoup de choses sur l’électricité et les lois élémentaires qui la régissent. Reichenbach était un savant, il a effectué de nombreuses recherches ; ce qui nous intéresse sont ces expériences sur les aimants et ce qu’il a appelé la force Odique ou Od manifestations de la matière, animée ou inanimée, qui peuvent être vues et perçues par les personnes sensibles.

Reichenbach a découvert qu’une personne sensible restant dans une pièce obscure pendant un certain temps pouvait voir la lumière émise par des objets : aimants, doigts de la main, cristaux, corps modifiés par une action chimique. De telles manifestations étaient produites par des corps réagissant à la friction, à la lumière et au son.

Un certain nombre des expériences originales de Reichenbach est décrit dans son livre Letters on Od and Magnetism, publié en 1852. Il explique dans ce livre de quelle façon il a partagé les gens en deux catégories, personnes sensibles et insensibles.

L’une des premières expérience qu’il décrit est la suivante : un grand cristal naturel, par exemple gypse cristallin, est posé horizontalement sur le coin d’une table, afin que les deux extrémités ne soient soutenues. Si une personne sensible s’approche d’une des extrémités du cristal en y exposant sa paume, elle ressentira une sensation de froid, comme si un courant frais frappait sa main. A l’autre extrémité, à partir de laquelle le cristal est développé, elle ressentira dans sa paume une sensation désagréable de chaleur, qui gagnera progressivement tout son bras et produira une sensation de lassitude.

Reichenbach continue en racontant comment, en 1844, au cours d’une visite chez une jeune fille très sensible, il avait pris un cristal de roche très grand et l’avais placé dans une pièce obscure. La jeune fille avait été aussi placé dans l’obscurité, et peu de temps après avoir pénétré dans la pièce où se trouvait le cristal elle avait pu dire exactement à quel endroit celui-ci était posé.

Elle disait que tout le cristal flamboyait d’une lumière subtile, tandis qu’une masse de lumière bleue, de la taille d’une main, jaillissait par ses pointes, en constant mouvement de long en large, émettant de temps à autres des étincelles ; elle avait la forme d’une tulipe, et disparaissait en une fine vapeur aux extrémités. Quand j’ai retourné le cristal poursuit-il elle a vu une dense fumée rouge et jaune s’élever de son extrémité.

De nombreuses expériences de la même nature ont été effectuées avec l’aide de personnes sensibles, et on a toujours trouvé que tout objet qui émettait quelque chose se semblable à une lueur bleue générait une sensation de fraîcheur agréable sur la main, tandis que l’apparition d’une lueur rouge-jaune conférait une sensation chaude, désagréable et fatigante.

Ces phénomènes étranges ne peuvent être apparentés en aucune façon à la chaleur, à l’électricité et au magnétisme ; il ne s’agit pas non plus de lumière normale, car la lumière accompagne le phénomène, et ne provoque jamais de sensation de chaleur, de fraîcheur etc.. Il semble s’agir d’une force se situant quelque part entre l’électricité, le magnétisme et la chaleur.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 20:55

La polarité

Les radiesthésistes sont habitués à considérer les objets comme étant positifs, négatifs ou neutres, c'est-à-dire sans influence positive ou négative. En outre, il est admis que la couleur rouge et positive et constitue un témoin positif fiable, tandis que le bleu est négatif et également un témoins négatif fiable

Il est facile de confirmer cette polarité en les testant. Placez des rubans colorés représentant les couleurs du spectre sur la table devant vous, dans l’ordre de leur apparition dans la lumière blanche et diffractée par un prisme c'est-à-dire rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, et tenez votre pendule au-dessus de chaque ruban. Vous obtiendrez des rotations dans le sens des aiguilles d'une montre au-dessus du ruban rouge, de l’orange et du jaune, et des rotations dans le sens opposé aux aiguilles d'une montre au-dessus du ruban bleu et du violet ; le pendule oscillera au-dessus du ruban vert, car c’est une couleur neutre. Les girations les plus fortes se produiront probablement au-dessus du ruban rouge et du violet. Les rubans ne doivent pas venir en contact juste avant le test, il vaut mieux les tenir dans de petites fioles en verre pour qu'ils ne ramassent pas d'influences parasites, ce qui peut arriver, par exemple, en les manipulant.

En effectuant des tests de polarité, il est important d'utiliser un pendule neutre. J'ai découvert que les pendules en fanons de baleine donnent des indications aléatoires, et j'ai dû recourir à une bobine attachée par un mince fil. Une petite pince à dessins utilisée comme pendule donne aussi des indications correctes. Certains radiesthésistes utilisent des pendules en plastique ; on a déterminé une longueur de suspension optimale pour les tests de ce genre.

Des échantillons S et P représentant les aspects positif et négatif du système nerveux autonome, provoqueront des girations dans les sens des aiguilles d'une montre et respectivement dans le sens opposé. Au-dessus d'un aimant, le pendule tournera dans le sens contraire des aiguilles d'une montre sur le pôle Nord et dans sens des aiguilles d'une montre sur le pôle Sud, en fonction des réactions personnelles du radiesthésiste. On utilise parfois une pile électrique en tant que témoin pour tester la polarité des objets, il suffit de toucher chacun de ses pôles avec l’index de la main libre, en tenant le pendule au-dessus de l’objet.

On peut acheter dans les magasins de gadgets des « indicateurs de sexe ». Il s'agit d'une baguette en métal, longue d'environ quatre centimètres, ayant la forme d'un crayon, suspendue par un fil. Tenue au-dessus de la main d'une femme, elle décrit un cercle continu, tandis qu’au-dessus de la main d’un homme, elle est supposée osciller. Ces indicateurs sont vendus en Europe pour tester les oeufs ; ils permettent de tester le sexe des animaux, des oiseaux et des insectes. Pour des tests de ce genre, les résultats seront plus fiables si le coude du bras qui tient le pendule repose sur la table ou, encore mieux, sur un morceau de caoutchouc.

La polarité existe partout dans la nature, les caractéristiques mâle-positive et femelle- négative apparaissant chez les animaux, les plantes, la matière organique et inorganique.

Même les atomes dont est formée la matière sont constitués d'un noyau positif entouré par un nuage négatif d’électrons, les deux formant une unité, dans laquelle les forces magnétiques positives et négatives sont équilibrées.

On peut mentionner ici les travaux du français A. Bovis. C'était un homme remarquable. Bovis n'était pas très instruit, mais il avait un flair extraordinaire pour le pendule. Il a inventé le Biomètre de Bovis ; il affirmait pouvoir mesurer les radiations des objets en Angströms, avec un pendule de sa conception. Mais ce qui présente un intérêt particulier est le fait qu'il a classifié la matière examinée avec le pendule, en fonction des réactions de celui-ci. D'après les indications de son pendule spécial, il existe quatre types de radiations, qu'il a appelé positive, négative, mixte positive est mixte négative. Bovis a montré de quelle façon ces quatre radiations différentes se manifestent au-dessus d'un aimant en fer à cheval. Il est regrettable que les travaux de Bovis n'aient jamais été publiés en entier en Grande-Bretagne, car il a eu quelques idées intéressantes, et son travail était correct et précis.

Vous comprenez déjà que, tout comme un aimant possède deux champs magnétiques d’égale densité dont le maximum se situe aux pôles, de même la polarité joue un rôle important dans tous les phénomènes naturels. La polarité est associée à la santé et à la maladie, ainsi qu'à l'état des aliment et des plantes.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 20:57

Le pendule bien tempéré

Etre un bon radiesthésiste ou sourcier, c'est être un bon apprenti ; en effet, les dons ne sont pas suffisants, même s’ils sont nécessaires. En mettant en garde ceux qui font l'erreur de croire que l’opérateur n'est qu'un simple récepteur d’ondes émises par la matière, le révérend père Jurion introduit une notion fondamentale de la radiesthésie : la convention mentale, véritable méthode d'interprétation des signaux du pendule ou de la baguette. Car les mouvements du pendule et de la baguette n'ont aucun sens par eux même : ils sont la conséquence de mouvements réflexes du bras ou du poignet eux-mêmes résultat d'une autosuggestion inconsciente.
Seule une question correctement formulée permet de créer un langage clair ; qui, bien que arbitraire, est le seul moyen de maîtriser les données inconscientes de l'activité cérébrale. À travers le self control, le révérend père Jurion convie l’apprenti radiesthésiste à une véritable ascèse intellectuelle. Mais parce que les qualités fondamentales requises sont l'intelligence et la sensibilité, l'auteur aide l’amateur moderne à démystifier l’acte du radiesthésiste, en lui montrant qu'il est accessible à tous, n'en déplaise aux imaginatifs qui négligent « l'homme sensible », pour mettre en avant le sorcier ou le thaumaturge un peu inquiétant de l'imagerie populaire.

On pourra reprocher au révérend père Jurion ses théories prosaïques. Peut-être l’art de la baguette et du pendule perd- t’il ici un peu de poésie ; gageons qu'il y gagne en efficacité.

Les bases fondamentales

Selon le Larousse : Réflexe= « Réaction nerveuse inconsciente qui résulte d'une impression extérieure. ».Cette réaction nerveuse inconsciente obéit à plusieurs lois. Nous en relevons deux : Loi de la sommation, une excitation isolée insuffisante peut produire un réflexe quand elle est répétée. Loi de la coordination et de l'adaptation, les réflexes sont coordonnés et adaptés à un but.Il y a deux sortes de réflexes :

Réflexe inconditionnel, sans éducation préalable ;

Réflexe conditionnel, résultat d'un apprentissage en vue d'un but précis.

Les qualités fondamentales du réflexe sont son automaticité et sa rapidité ; rapidité parfois plus grande que celle de la pensée ; le bon automobiliste évite un danger subit par une manoeuvre appropriée et, souvent, c'est une fois le danger évité qu'il en prend réellement conscience et qu'il éprouve les sensations de l'émotion provoquée, tachycardie, sueurs, etc.

Le réflexe du radiesthésiste est un réflexe inconditionnel, qu'il prenne conscience de la réponse soit directement par les sensations, soit indirectement par le pendule.

Ce réflexe conditionnel est un élément de base de l’acte radiesthésique. Il doit être éduqué et affiné au maximum afin d’obtenir des réactions rapides, efficaces et sûres. L'automobiliste qui connaît bien sa voiture, sa puissance, sa nervosité, grâce à une longue pratique, sait nuancé le coup de frein ou le coup de volant.

Chez l'automobiliste le réflexe est déclenché par l'apparition d'un danger ; chez le radiesthésiste, le réflexe est déclenché par une question posée.

Le premier exercice auquel il faut se livrer n’est donc pas de faire une recherche, mais d'apprendre à bien tenir la baguette et à en reconnaître les sautes, ou à bien saisir le pendule et à en obtenir facilement les girations et les oscillations.

La baguette est en équilibre instable ; bien prise en main, elle saute facilement. Les mouvements du pendule sont désordonnés, en équilibre fragile, moins naturels ; par convention, nous en choisissons certains, par exemple giration directe et oscillation ; à force d'entraînement, ces deux mouvements se font naturellement, sans y penser, comme, lorsqu’on écrit, l’on porte son attention sur l’idée que l'on veut exprimer et non pas sur la main qui trace les lettres automatiquement.

Cet apprentissage est comme un dressage et, comme tel, peu intéressant ; ce pendant, il est fort important et doit être poursuivi avec persévérance. Une bonne habitude du pendule et de la baguette donne des réponses rapides franches comme l'habitude de se servir d'une voiture permet une conduite régulière, rapide et sûre.

La question correctement formulée

Nous l'avons vu, en formulant une question précise qui est une hypothèse, une solution possible au problème étudié, le radiesthésiste crée un langage dont les réactions musculaires réflexes font sauter la baguette et tourner le pendule quand elles sont amplifiées par l'accord de ce langage avec les données inconscientes de l'activité cérébrale.

On conçoit dès lors toute l'importance de la question correctement formulée. Nous sommes là au coeur du problème, c’est l’élément fondamental de la radiesthésie.

La question claire, précise, bien définie, correctement formulée, étant posée, il suffit ensuite d’attendre la réponse automatique du pendule. Formuler cette question est un travail rationnel analogue à celui qu'imposent les contraintes d'un ordinateur.

L'ingénieur programmeur contrôle la réalité du problème, le définit avec précision, l'analyse et le subdivise en autant d'éléments simples qu'il est possible. Il traduit chacun de ces éléments en un langage (code) compréhensible par la machine. Cette codification est un système de numération à base deux, c'est le calcul binaire ; la machine répond à la présence ou à l’absence d'une impulsion électrique : oui ou non, vrai ou faux.

Le radiesthésiste travail d'une façon analogue. Il contrôle la réalité du problème, le définit avec précision, l'analyse et le subdivise en autant d'éléments qu'il est possible. Il traduit chacun de ces éléments en un langage (convention mentale) compréhensible par sa sensibilité radiesthésique. Ce langage est également un système de numération à base deux, c'est le calcul binaire : le pendule répond par oui ou non, vrai ou faux.

C'est un travail d’intelligence qui doit se réaliser avec toutes ses qualités et qui exige des connaissances se rapportant à l'objet de la recherche.

Sans doute, la nécessité de ces connaissances plus ou moins grande selon l'objet de la recherche, selon sa qualité, selon le but du demandeur. La recherche d'un objet, est relativement simple nous ne disons pas facile, la recherche de l'eau exige des notions en hydrologie ; il en est de même pour une étude de caractère, d'orientation professionnelle, une étude pour la conduite ou la réorganisation d'une affaire, etc.

Si le radiesthésiste travaille en collaboration avec le technicien, il ne lui est pas nécessaire de posséder des connaissances théoriques et pratiques de l'objet de la recherche. Le technicien fait son travail habituel et rassemble les données nécessaires pour élaborer une solution ; le radiesthésiste intervient pour le choix et pour l'appréciation de ces éléments du problème, mais surtout pour désigner la meilleure solution proposée.

Si le radiesthésiste travaille seul, une certaine connaissance technique du problème lui est nécessaire. Cependant cette connaissance sera beaucoup plus pratique que théorique. Ce sera surtout la connaissance des solutions possibles, comme par exemple la connaissance des remèdes en médecine, des professions en orientation professionnelle, etc.

Encore une fois, nous sommes là au coeur du problème, c'est l’élément fondamental de la radiesthésie. Une fois la question claire, précise, bien définie, correctement formulée, il suffit d'attendre la réponse du pendule, réponse automatique comme le réflexe de l'automobiliste.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 21:01

La sensibilité

Certains radiesthésistes mesurent ce « fluide » et déclarent au naïf débutant s'il peut oui ou non manier le pendule

C’est illusoire et trompeur. Un appareil acoustique peut mesurer votre acuité auditive, cela ne signifie nullement que vous pouvez devenir un grand musicien ; il y faut d'autres qualités, un apprentissage indispensable et surtout un entraînement persévérant. Combien d'enfants que l’on dit « intelligents » sont incapables de faire des études un peu sérieuses ?

Il ne s’agit d'ailleurs d'aucune sensibilité particulière; c'est une sensibilité absolument normale que tout le monde possède, mais plus ou moins fine selon les individus

Rappelons la définition du Larousse : Sensibilité = Propriété qu'a un être vivant (et tel ou tel de ses organes) d'être informé des modifications du milieu extérieur et de son milieu intérieur et d'y réagir une façon adéquate. »

Cette sensibilité comporte deux éléments : réception des informations et réaction à ces informations.

La réception des informations est plus ou moins fine. L’acuité visuelle, comme tous nos sens et toutes nos facultés, varie chez chacun de nous. Pour les uns une symphonie de Beethoven n’est que du bruit, pour d’autres c’est un plaisir qui, selon toute une gamme d’intensité, s’élève jusqu’à la jouissance du mélomane raffiné.

De même, la réaction aux informations est plus ou moins vive ; devant les mêmes agents, les organismes ne réagissent pas également ; c’est d’ailleurs une des caractéristiques des tempéraments : il y a les lymphatique aux réactions lentes et le nerveux aux réactions plus rapides, le fluorique aux réactions désordonnées.

Par ailleurs, cette réaction de l’organisme est variable selon les messages reçus : le musicien est plus sensible aux sons, le peintre aux couleurs, le sculpteur aux formes, etc... ; certains se fient davantage aux raisonnements, d’autres aux inspirations de l’intuition.

Bien que étant une faculté naturelle, la radiesthésie ne peut donc être pratiquée par tous, mais seulement par ceux qui possèdent cette sensibilité à un degré suffisant pour pouvoir l'éduquer, la développer, l’affiner.

De même, selon ses propres qualités, le radiesthésiste est sensible aux influences soit des corps inorganiques, soit de l’eau, soit des êtres vivants, etc.

Le radiesthésiste est alors plus efficient dans la spécialité qui correspond le mieux à ses tendances profondes. La recherche de l’eau, la recherche de personnes disparues, la recherche médicale impliquent, chacune, en plus de l’observation de principes généraux communs, la mise en œuvre de techniques différentes. Ces techniques font appel à certaines qualités humaines, à certaines sensibilités, à certaines réactions physiologiques variables suivant les individus.

A noter que la pratique régulière de la radiesthésie affine cette sensibilité : l’animal sauvage sait percevoir le moindre signe de danger, le peintre et le tapissier savent discerner les nuances les plus faibles des couleurs. De même ; les informations faibles sont mieux perçues, même celle de la télépathie, l’intuition se manifeste plus sûrement et plus clairement

Il importe de bien s’entraîner pour affiner ces sensibilités afin d’obtenir des réflexes rapides et francs qui, grâce à la convention qui y est attachée, apportent des réponses sûres.

État physiologique de l’expérimentateur

L'organisme peut être, selon les heures, plus ou moins réceptif et plus ou moins passif. Il peut être plus sensible à certaines influences existantes ou déprimantes : alcool, fatigue, température, pression atmosphérique, maladies ; l'acuité visuelle ou auditive est variable selon l’état de santé.

De même, la difficulté et donc l'efficacité de la recherche radiesthésique peuvent varier suivant l'état physiologique de l'organisme. Cela ne veut pas dire qu'une parfaite santé est absolument nécessaire, c'est peut-être vrai pour certains individus et pour certaines recherches, mais non toujours ni pour tous.

L’ état physiologique de l'organisme de l'expérimentateur peut donc expliquer l’irrégularité des résultats, comme il en est d'ailleurs pour toutes les activités humaines.

Une mise en éveil de la sensibilité en vue d'une attention accueillante

Pour bien se souvenir, pour réfléchir, pour bien comprendre la pensée d'un interlocuteur ou tout simplement pour bien observer, pour bien entendre, notre intelligence se met en éveil et alerte les différents sens : l’œil s'accommode, on tend l'oreille, etc..

Le parfait fonctionnement de nos activités exige une remise en condition : le sportif échauffe ses muscles, l’orateur se recueille, l’artiste s'isole, chacun se prépare selon son tempérament et s'efforce de réaliser les meilleures conditions physiques et mentales pour se trouver comme dans une sorte d'état de grâce.

De même, pour la recherche radiesthésique, l'alerte est donnée, la sensibilité radiesthésique est mise en éveil et se met en attente afin que le pendule réagisse aux moindres réactions musculaires, comme l'œil de l'observateur attentif saisit les moindres détails d'un objet ou les moindres nuances d'une couleur.

Qualités intellectuelles

Culture générale et bons sens.
Nous avons noté l'importance d'une recherche scrupuleuse des solutions possibles et d'une formulation précise de la question à poser.

Ce travail exige des qualités d'analyse, d'esprit clair et logique. Il est évident qu'une bonne culture générale ne peut que favoriser ces qualités intellectuelles et qu'il est fort utile, sinon indispensable, de posséder un minimum de connaissances techniques relatives à l'objet de la recherche. Des connaissances élémentaires d'anatomie et de pathologie sont nécessaires pour une plus grande efficacité médicale, de même des notions de psychologie pour l'orientation professionnelle, des notions de géologie et d’hydrologie pour la recherche des eaux.

Maîtrise de l'esprit

La maîtrise de l'esprit est la qualité la plus difficile à observer et la plus importante pour une recherche efficace. En prenant conscience du problème, des éléments de solution se présentent tout naturellement à l'esprit, des idées préconçues peuvent apparaître, des souvenirs de problèmes similaires peuvent resurgir. Le subconscient fonctionne malgré nous ; une solution peut s’offrir, devenir une idée force et provoquer en nous des réactions physiologiques réelles.

Il est curieux de noter que nombres de radiesthésistes ont enregistré une réussite spectaculaire à leur premier essai, puis ont lamentablement échoué par la suite. Ces échecs peuvent s'expliquer par une certaine mémoire musculaire, par le réflexe conditionné de Pavlov ou tout simplement par une attitude moins neutre après une première réussite et une trop grande confiance dans ses possibilités.

Encore une fois, cette maîtrise, ce contrôle de l'esprit, cette attitude neutre en attente d'une réponse sont extrêmement difficiles à observer. D’une importance capitale, ils exigent un long entraînement.

« Faire le vide »

Certains radiesthésistes conseillent de « faire le vide ». L'expression n'est pas juste ; il n'est pas possible de faire le vide, d'arrêter l'activité du cerveau ; ce n'est d'ailleurs pas souhaitable.

En réalité, il faut contrôler sa pensée. C'est le problème de l'attention : porter son observation, ses réflexions sur un sujet donné sans se laisser distraire par les multiples sensations qui assaillent continuellement ni se laisser dévier par les incessantes associations d'idées.

C'est une affaire de tempérament. Certains caractères instables ont du mal à fixer leur attention. La femme est généralement plus intuitive que rationnelle ; elle a souvent d’heureuses inspirations, mais il lui est difficile de les contrôler au pendule, car ces inspirations se succèdent trop rapidement.

C'est une affaire d'éducation. Les personnes depuis longtemps habituées à une discipline de vie, à la méditation, à la réflexion deviennent d’excellents radiesthésistes, alors que d'autres, qui possèdent une sensibilité plus riche, mais qui n'ont pas cette maîtrise de l'esprit, n’obtiennent que des résultats irréguliers et décevants.

Il faut contrôler le flux de nos pensées ; il serait irrationnel de vouloir l'arrêter, c'est une richesse pour la recherche de solutions possibles.

En radiesthésie, le moment le plus délicat est celui de l’attente de la réponse du pendule ; c'est pourquoi il faut un instrument léger et de bons réflexes afin d'obtenir une réponse rapide. C'est pendant ce court instant qu'il faut s'efforcer de fixer son intention : il faut faire « l'arrêt sur l'image », comme pour un film. Il existe un procédé simple, efficace, celui du disque au sillon faussé qui donne inlassablement les mêmes mesures : répéter intérieurement ou à haute voix la question posée.

L'activité de l'esprit se trouve ainsi fixée sans efforts pour un temps bref mais suffisant dans l'attente de la réponse du pendule.

Se concentrer

D'autres radiesthésistes conseillent de « se concentrer ». Ce conseil est dangereux, car il entraîne une tension de l'esprit et, naturellement, une certaine contraction musculaire. Or, la pratique de la radiesthésie doit s'exercer en pleine décontraction mentale et physique.

Décontraction physique : les tempéraments calmes réussissent plus aisément que les tempéraments nerveux, comme les fluoriques aux réactions très vives, mais désordonnés.

Décontraction mentale : un esprit détendu, libre de toute préoccupation, afin de se trouver en une attitude ouverte, disponible à toute sensation, attentive à toute inspiration.

Nous insistons sur cette attitude. Un bon radiesthésiste doit participer à la recherche des solutions possibles : son attitude doit être libre, indépendante, accueillante à toute solution possible. Il ne doit pas se contenter de donner des réponses aux questions posées, son rôle est plus large et plus noble ; il ne doit pas se contenter du rôle subalterne de l’arpenteur qui mesure, il doit assumer celui de l'architecte qui conçoit.

L’autosuggestion

En réalité, les radiesthésistes qui conseillent de faire le vide ou de se concentrer sont préoccupés par le danger de l'autosuggestion, faire dire au pendule ce que l’on croit ou ce que l’on désire.

Certes, le danger est réel surtout chez les débutants. C'est la difficulté, parfois insurmontable, qu'éprouvent dans leurs débuts, ceux qui veulent se servir de la radiesthésie pour leur profession. Le médecin, en observant son malade, en l’écoutant énoncer ses malaises, ébauche un diagnostic, élabore une thérapeutique, solutions personnelles auxquelles sa formation scientifique accorde plus de crédit qu'à celles préconisées par le pendule. Il est donc difficile d'arriver à une parfaite maîtrise intellectuelle et à un minimum de liberté d'esprit quand il se sert du pendule.

Le danger d'autosuggestion est un danger permanent, il est considérablement réduit par un entraînement persévérant, par la maîtrise de soi, basée sur de bonnes connaissances et sur une riche expérience, par la pratique de la méditation.

Liberté d'esprit

Le travail du radiesthésiste est comme une promenade en montagne : poursuivre l’effort nécessaire et être attentif aux difficultés qui se présentent, mais garder les yeux bien ouverts pour admirer le paysage.

Cette paix et cette liberté d'esprit ne se rencontrent pleinement que dans le calme du cabinet de travail, avec la seule présence de la personne intéressée. Comme dans le cabinet du médecin, il doit s’établir un dialogue et se nouer une entente secrète entre le radiesthésiste et le demandeur.

Un jour, j'ai dû prier une femme de se retirer. J’examinais son mari, un introverti ; par mes questions, je sentais monter en lui une confiance, une détente, un besoin de communication inhabituel chez lui, mais les interventions de sa femme, cependant brèves et anodines, rompaient chaque fois le charme.

Par ailleurs, comme pour toutes nos facultés, il existe des « moments favorables » : quand le radiesthésiste se rend compte que « ça ne marche pas », il n’hésite pas à interrompre sa recherche pour la reprendre à un moment favorable.

Les radiesthésistes sérieux ne se prêtent pas volontiers à des expériences en public où les conditions sont trop souvent génératrices d’échecs.

Il faut signaler l'objectivité d'un présentateur de télévision qui a signalé ces difficultés d’expérimentation publique ; il s'agissait de déplacements d'objets à distance ; après un premier échec, il a fait revenir l'opérateur pour une nouvelle tentative qui a pleinement réussi.

C'est pourquoi nous nous montrons sceptiques quant aux expériences de laboratoire, même menées par des scientifiques bien intentionnés, car la maîtrise de soi est sérieusement mise à l'épreuve et la liberté d'esprit compromise.

Un entraînement assidu et persévérant

Nos sens et nos facultés exigent une éducation, une adaptation de notre organisme et de notre esprit. Le bébé prend peu à peu conscience de son corps, de ses membres, de ses mouvements, de son équilibre. Le pianiste, même très doué, n'acquiert une véritable maîtrise de son art et n’en garde toute sa grandeur que s’il exerce plusieurs heures par jour, durant toute sa vie, même au temps de ses plus glorieux triomphes.

Un entraînement assidu et persévérant est absolument indispensable pour le radiesthésiste qui possède une grande sensibilité, surtout pour celui qui veut en faire sa profession.

Certes, il faut encourager tous ceux qui en sont capables à se livrer à des recherches radiesthésiques ; c'est une étude passionnante qui peut rendre de précieux services. Mais un radiesthésiste consciencieux ne peut accepter la demande du public que s’il possède déjà une expérience suffisante, fondée sur une pratique presque quotidienne et sur une spécialisation judicieusement choisie.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 21:04

Les découvertes célèbres.

Les Beausoleil et leur drame.

Le baron de Beausoleil et son épouse Martine de Bertereau possédaient un appareillage impressionnant qui les aidait dans leurs recherches radiesthésiques.
En France même, ils firent d'innombrables expériences. Ils ont à leur actif la découverte de plus de cent cinquante gisements minéraux, de pierres précieuses, de sources par centaines aux propriétés bénéfiques diverses.

En mille six cent vingt neuf, Martine de Berterau découvrit une source minérale à Château-Thierry, baptisée Fontaine du « Mont -Martel » et actuellement propriété de la ville de Château-Thierry.

Une plaque commémorative y a été apposée lors du quatrième congrès international de radiesthésie, en juillet mille neuf cent trente cinq.

Les Beausoleil furent pourtant victime de l’ingratitude des grands de l’époque. Soupçonnés de magie et de sorcellerie, ils furent emprisonnés sans jugement et tout deux moururent en prison.

Le fameux Aymar.

Ce paysan dans le Dauphiné avait la réputation d'être l'un des meilleurs devins de son époque. On l’a appelé « le Sherlock Holmes du XVIIe siècle » du fait du grand nombre d'arrestations qu’il réussit en pratiquant sont art.
Un jour, alors qu'il cherchait une fontaine, le hasard voulut qu'avec sa baguette, il découvrit le corps d'une jeune femme étranglée. Elle avait disparu depuis plusieurs mois sans que personne n’ait retrouvé sa trace. La justice du roi, à laquelle Aymar avait déjà rendu service, lui demanda alors de rechercher le criminel. Le magicien se mit immédiatement au travail et c'est en compagnie des autorités qu’il se présenta au domicile de la victime. Tous les occupants de la maison passèrent sans problème à l'épreuve de la baguette, « à la seule exception du mari, devant lequel l'instrument se mit à tourner avec frénésie ».

« Voici l'assassin ! » cria Aymar, plein d'assurance

Se voyant démasqué, l'homme tenta de prendre la fuite. Ce faisant, il ne fit que confirmer sa culpabilité et l’expertise du sourcier en la matière.

En mille six cent quatre vingt huit, le procureur du roi à Grenoble, informé des succès et de la célébrité d’Aymar, fit appel à lui pour découvrir les auteurs d'un vol commis dans sa ville. Conduit au lieu du méfait, la baguette du sourcier réagit immédiatement et à la sortie de la maison, indiqua la direction qu'il fallait prendre. De rue en rue, en suivant les indications données par la baguette, Aymar et les délégués des autorités qui l’accompagnaient parvinrent à la prison de la ville, puis à la porte d'une cellule où l'on s'apprêtait à enfermer quatre hommes. En présence du juge, le sourcier fit s'aligner les malfaiteurs. Devant le premier, la baguette ne bougea pas, mais devant le second, elle commença à s'agiter violemment

« Je ne suis pas coupable, je le jure ! » s'écria l’homme ainsi accusé.

Devant le troisième larron, la baguette resta immobile, devant le quatrième, la baguette réagit fortement. Terrorisé, le voleur ainsi démasqué admis sa culpabilité et dénonça le second, son acolyte, ainsi que le receleur. De plus comme ce dernier ne voulait pas avouer ; ce fut encore grâce à la baguette d’Aymar que l’on put récupérer les objets volés.

Sourcier à l’âge de sept ans.

Un jour de l'an mille sept cent quatre vingt un, l’enfant Barthélemy Bleton, assis sur une pierre, ressentit une fièvre qui disparut lorsqu'il changea de lieu. Mais lorsqu'il se rassit au même endroit, la fièvre, s'empara de lui de nouveau. Instruit de cet événement insolite, le prieur de la Chartreuse où l’enfant se trouvait en pension eut l'idée de faire excaver la terre sous la pierre. Une source souterraine surgie avec force. C'est ainsi que Bleton sut qu’il était sourcier.
Il n'avait que sept ans. L’étonnant dans cette affaire sont les moyens étranges qu’il utilisait. En effet, quand il opérait, il pouvait se passer de la baguette. Chaque fois qu'il faisait une expérience, « la présence d'un cours d'eau souterrain provoquait en lui des tremblements nerveux, indiquant l'issue positive de sa recherche. Ce phénomène s'accompagnait d’angoisses et de l'impression d’être pris d'une fièvre. »

D'après M. Moine, de qui nous tirons certains éléments de l'anecdote, les symptômes que présentait Bleton étaient plus ou moins marqués selon l'importance et la profondeur de la source. S'il essayait d'utiliser une baguette, celle-ci était projetée en l'air violemment lorsqu'il passait au-dessus d’une source souterraine.

À la cour de France, ou Bleton fut appelé par les rois ; il réalisa des expériences qui suscitèrent l’enthousiasme général. Sur la demande de Marie-Antoinette, il découvrit des fontaines qui alimentèrent le Trianon. Devant une assistante nombreuse et attentive. Il retrouva le tracé exact de l'aqueduc souterrain d’Arcueil.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Jeu 3 Nov - 21:07

Les sourciers

La Rome et l'Égypte anciennes nous ont livré des représentations de baguettes de sourciers. Par la vibration de leur baguette, les sourciers sont capables de percevoir la présence d'eau, d’or, de charbon, de minerai, de pétrole et même de trésors cachés. Cette baguette peu s’apparenter, dans l’idée, à une baguette magique, car les événements prennent une tournure magique lorsque minerais ou or se trouvent à son extrémité.

Détection du rayonnement ésotérique

Une baguette de sourciers est un morceau de bois, généralement de noisetier ou de saule, en forme de fourche. Des modèles récents son même en plastique ou en métal. Le sourcier doit tenir souplement sa baguette aux deux extrémités de la fourche. La base de la fourchette est dirigée dans le sens opposé au corps, car cette partie réagit aux rayonnements telluriques et se met à bouger.

Selon les sourciers, les rayonnements perçus sont de nature ésotérique et non physique. Ils décrivent leur action comme un processus mental et non une perception. Lors de leur recherche, ils sont en mesure de se concentrer sur tout type de matériau, ils se calibrent à volonté. Pour ce faire, ils partent du principe que chaque substance émet une vibration qui lui est propre, qui pénètre tout et que le sourcier peut percevoir. Ils détecteraient même la tolérance des malades vis-à-vis de certains médicaments. Les détracteurs relèvent cependant ces activités au domaine de l'occultisme.

Histoire de sourciers

L'existence de sourciers remonte au XVIe siècle. Le principe fondamental réside dans la croyance en l'existence de forces dans certaines essences d'arbres, particulièrement dans le gui. Cette conviction découle de celle voulant que les baguettes magiques soient faites d'un bois particulier ou de l'ancienne pratique des oracles consistant à jeter des bâtons. Moïse a frappé les rochers avec un bâton afin de trouver de l'eau et le dieu grec Hermès était doté d'une baguette avec laquelle il ouvrait la porte de l'autre monde.

Des témoignages datant du Moyen Age décrivent des sourciers utilisant des branches afin de trouver le minerai. Toutefois, la méthode était déjà contestée. Des branches de noisetier étant coupées au cours de la nuit de la Saint-Jean, elles étaient considérées comme les plus appropriées à la sourcellerie.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, la baguette trouve une large application, notamment chez les géologues et les physiciens. Au XVIIe siècle, le radiesthésiste français Jacques Aymar

affirme même être en mesure de pister des criminels. Crédité de pouvoirs surnaturels, il fait également à l'époque l'objet d'une très vive critique.

La radiesthésie s'appuie sur la conviction qu'il existe des champs électrométriques particuliers, capables de se concrétiser physiquement, via des veines de minerai ou d'eau, et perçu par des sujets sensitifs.

Le monde scientifique a entrepris une longue expérience visant soit à prouver l'efficacité réelle de la baguette de coudrier, soit à démasquer cette pratique comme une vaste supercherie. Les détracteurs la considèrent comme peu fiable et en attribuent les vibrations à l'effet Carpenter.

L’effet Carpenter

Du nom du physiologiste anglais Walter Benjamin Carpenter (1813- 1885), l'effet Carpenter décrit un phénomène idéomoteur : la simple représentation mentale d'un mouvement peut suffire à le provoquer. Le comportement des spectateurs lors d’événements sportifs en est une bonne illustration : ils subissent une impulsion en empathie avec le mouvement vu ou attendu.

Cette manifestation relève du domaine de la suggestion. Les détracteurs de la parapsychologie attribuent à l'effet Carpenter des phénomènes tels que des déplacements de verres ou que la sourcellerie.

Source
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Sam 5 Nov - 19:01

C'est très documenté tout ça Sarah,très varié aussi comme thèmes...
Merci de partagez tes infos.. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Actu-OneActu-OneAdmin
Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Sam 5 Nov - 19:26

Actu-One a écrit:
C'est très documenté tout ça Sarah,très varié aussi comme thèmes...
Merci de partagez tes infos.. Dossier : La Radiesthésie 861606

Pas de quoi Very Happy

Maintenant, reste à savoir ce que je vais bien pouvoir rajouter Suspect mais je trouverai Wink
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Dim 6 Nov - 20:14

Si tu a des trucs sur les remèdes de grands mère Sarah,je trouve ça top,qu'a époque ils savaient deja soignez certains maux avec des produits naturel,sans passez par des pilules et tout ça...
Sinon les NDS aussi,les récits de ceux qui son mort l'espace d'un instant puis revenue a la vie grâce a une force inexpliqué.. kikou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Actu-OneActu-OneAdmin
Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110Dim 6 Nov - 21:38

Actu-One a écrit:
Si tu a des trucs sur les remèdes de grands mère Sarah,je trouve ça top,qu'a époque ils savaient deja soignez certains maux avec des produits naturel,sans passez par des pilules et tout ça...
Sinon les NDS aussi,les récits de ceux qui son mort l'espace d'un instant puis revenue a la vie grâce a une force inexpliqué.. kikou Dossier : La Radiesthésie 861606
Ok, je verrai ca Wink
AnonymousInvité Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dossier : La Radiesthésie Dossier : La Radiesthésie 2110

Contenu sponsorisé Dossier : La Radiesthésie Vide
Revenir en haut Aller en bas

Dossier : La Radiesthésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sauter vers: