RemonterDescendre



 
Le Galion
http://www.wikio.fr
Forum Optimisé pour
Firefox

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Proverbe du jour

« Les médisants ressemblent aux malheureux qui n'ont pas eu leur part d'événements et doivent mener aux dépens de leurs voisins une existence parasitaire. »

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
La devise

Pirate un jour,pirate toujours.
Sujets les plus vus
Scoops , Potins , et autres News..
Les Anges de la TV Réalité 4 "CLUB HAWAI"
Qui.... veut quoi???
News,potins..
Le choc des héros
Le choc des héros
Le choc des héros
Dilemme
Topics Candidats
Le jeu des smiley's et émoticônes!
The Galion


PageRank Actuel

Partagez|

Dominique Strauss-Kahn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Dim 4 Sep - 16:03

L'UMP agacée, le PS gêné, le clan DSK soulagé


Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Anne-Sinclair-et-DSK-dans-la-cour-de-leur-demeure-parisienne_scalewidth_630
REACTIONS - Les politiques sont avares en commentaires sur le retour de DSK.


L'arrivée de Dominique Strauss-Kahn dimanche à Paris
, près de quatre mois après sa spectaculaire arrestation à New York,
a immédiatement fait fait réagir les proches de l'ancien directeur
général du FMI. A quelques exceptions près, le reste de la classe
politique était moins prolixe dimanche.
"Une tache indélébile au Parti socialiste"

Premier ténor de l'UMP à réagir,
Xavier Bertrand, ministre du Travail a été laconique sur Europe 1
en jugeant que le retour de Dominique Strauss-Kahn concernait
"d'abord le Parti socialiste". "J'ai du mal à imaginer" que l'ancien
directeur du FMI redevienne un acteur de la vie politique française, a
t-il toutefois lâché.
En marge du Campus de l'UMP réuni à Marseille,
la députée UMP Chantal Brunel, a, de son côté, estimé que Dominique
Strauss-Kahn allait "être une tache indélébile au Parti socialiste".
"Lorsque la justice américaine a annulé les charges contre lui, ça a
choqué les Français, et surtout les femmes. On a fait trois pas en
arrière sur la lutte contre les violences faites aux femmes", a-t-elle
déclaré.
Copé et Muselier préfèrent s'en prendre aux médias

De
toute évidence agacés par le battage autour du retour du socialiste en
France aux dépens du Campus de l'UMP, plusieurs membres de la majorité
ont préféré railler les médias. "On sombre dans le ridicule", a ainsi
déploré le député UMP des Bouches-du-Rhône, Renaud Muselier sur Europe
1. "J'ai regardé les informations ce matin : il est passé par là, il a
pris l'avion pour se cacher, maintenant va t-il habiter place des Vosges
ou chez des amis... c'est ridicule, absolument ridicule, comme si il
n'y avait que cela en France. Qu'est ce qu'on en a à faire? Laissez-le
tranquille ce pauvre, il est rentré avec sa femme on n'a pas besoin de
lui courrir après", a-t-il regretté. "S'il a des choses à dire (sur la
présidentielle) il les dira le moment venu", a-t-il conclu.
Une
analyse partagée par le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé,
qui a jugé dimanche à Marseille "bien dérisoires et décalées" les
"centaines de caméras braquées" sur Dominique Strauss-Kahn.
"Le soulagement est très fort"

Sans
surprise, ce sont surtout les proches de DSK qui ont réagi dimanche
matin. François Pupponi, député PS et maire de Sarcelles, le fief de
DSK, a ainsi dit sur Europe 1 son "grand soulagement", sa "grande
satisfaction de revoir Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair en
France".
Invité de C'est arrivé demain, dimanche sur Europe
1, le député PS Jean-Marie Le Guen a, lui, jugé que ce retour
constituait "une étape supplémentaire très importante pour lui et pour
nous de retour à une vie normale". "On en est loin quand on voit tout le
tumulte qu'il y a encore au plan médiatique", a-t-il toutefois ajouté.
"Pour moi, le soulagement est très fort, tout cette affaire est très
largement mise de côté au plan judiciaire ", a t-il estimé. "DSK n'a pas
fait de faute qui soit légalement répréhensible", a-t-il fait valoir.
Selon
le député, "DSK n'est plus candidat à l'élection présidentielle et ne
reviendra pas à la vie politique classique avant plusieurs mois". "Il
souhaite voir sa famille, on ne va pas donner l'image d'une fébrilité
politique qui serait déplacée, c'est à lui de reprendre sa respiration,
il faut qu'il retrouve en lui la force et la capacité de nous aider", a
t-il encore jugé.
"Sa priorité c'est de se réhabiliter"

"C'est
un homme serein et combatif que j'ai vu arriver à Roissy", a, de son
côté déclaré la vice-présidente PS du conseil régional d'Ile-de-France,
Michèle Sabban sur Europe 1. "Maintenant, c'est à lui de fixer le temps
qu'il se donnera pour s'exprimer aux Français et aux Françaises. Ce que
je sais, c'est que cela doit être un message très fort. Vous savez la
réhabilitation de Dominique Strauss-Kahn va être longue parce que je
vois bien la façon dont chacun lui tourne presque le dos. Je ne sais
s'il en veut à untel ou untel mais sa priorité c'est de se réhabiliter
(...) Il faut lui laisser le temps, on aura besoin des compétences de
DSK", a encore dit ce fervent soutien de DSK.
L'ancien ministre
Jack Lang s'est dit dimanche "heureux" du retour en France de Dominique Strauss-Kahn et d'Anne Sinclair
: "je suis heureux parce que je les aime et je les respecte" et
"parce que, enfin ils sont libérés de cette situation humiliante,
injuste qu'ils ont subie", a déclaré à la presse le député du
Pas-de-Calais, voisin du couple place des Vosges à Paris.
"Le temps de la reconstruction, forcément long, commence"

Dans
un communiqué, Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris, a
déclaré voir dans ce retour "une première étape" : "l'amertume
française, due à l'impression d'avoir été abandonné, sera surmontée. La
sévérité des jugements à l'emporte-pièce se relativisera. L'injustice
d'une condamnation médiatique, sans appel et sans preuve, pour un acte
certes inapproprié et condamné par les Français, conduisant à une vie
dévastée et à un destin dérobé sera revisitée. (...) La France face à
cette crise économique aura besoin de son talent et l'épreuve inouïe
l'aura mûri. Le temps de la reconstruction, forcément long, commence",
peut-on lire
dans son billet intitulé "le temps de ma reconstruction commance!"

Anne Mansouret juge ce retour "indécent"

La
seule voix socialiste discordante a été celle d'Anne Mansouret, la mère
de Tristane Banon et vice-présidente PS du conseil général de l'Eure.
Elle a qualifié d'"indécent" le retour de DSK et souhaité qu'il
s'explique devant la police dans l'affaire qui concerne sa fille.



Sce.Europe1
Invité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mer 7 Sep - 17:49

La police intervient pour une intrusion de paparazzi au domicile de DSK

Le Parisien le 07.09.2011, 15h29 | Mise à jour : 16h02

Deux policiers en tenue ainsi que plusieurs personnes en civil sont arrivés mercredi vers 14h30 dans l'immeuble de Dominique Strauss-Kahn, place des Vosges, à Paris, pour y régler «un problème d'intrusion de paparazzi», selon un avocat de l'ex-patron du FMI.

«La police vérifie un problème d'intrusion de paparazzi dans l'immeuble et cela n'a rien à voir avec notre affaire», a déclaré Me Henri Leclerc, interrogé sur une possible audition de DSK dans l'affaire Tristane Banon, la romancière qui a déposé plainte pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn.


«Intrusions à répétition»

Selon l'entourage de l'ancien directeur général du FMI, ces policiers «sont venus pour faire un repérage des lieux à la suite de l'intrusion à répétition dans les étages et le parking de photographes. Il s'agit de mettre en place un dispositif pour empêcher ce type d'intrusions», a ajouté cette source à l'AFP.

Arrivés vers 14h30, les policiers et les hommes en civil sont ressortis une heure plus tard.

Rentré dimanche des Etats-Unis, DSK est constamment suivi depuis par de nombreux photographes qui sont postés notamment aux abords de son domicile Place des Vosges.

AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Ven 9 Sep - 10:58

Karl Lagerfeld : Sa déclaration ''au charmant'' Dominique Strauss-Kahn !

Après quatre mois de tourmente suite à une accusation de viol par Nafissatou Diallo (une femme de chambre de 32 ans du Sofitel où il résidait), l'ancien directeur général du FMI, sauvé par l'abandon des poursuites, n'a pas fini d'être le centre des attentions.Dominique Strauss-Kahn, de retour à Paris avec son épouse Anne Sinclair depuis la semaine dernière, continue en effet de faire parler de lui.
Après l'ancien premier ministre Michel Rocard, qui lors d'une séquence du Grand journal de Canal +, n'avait récemment pas hésité à lancer : "Cet homme a visiblement une maladie mentale qui était une difficulté à maîtriser ses pulsions. Il est hors du coup, c'est dommage" (il s'est ensuite excusé... mais le "mal" était fait !), voilà que le couturier Karl Lagerfeld a décidé de commenter l'affaire.

Le directeur artistique de la maison de haute couture Chanel, dans une interview accordée à Style.com, a qualifié la classe politique d'"exciter sexuellement par la politique, le pouvoir". Bifurquant sur le cas DSK, qu'il a décrit comme un homme "au charme incroyable", il a déclaré son affection à son égard : "Il est vraiment charmant. Il est drôle, il est formidable. C'est un homme doux - tant que vous n'êtes pas une femme. C'est ça le problème". "J'aime DSK, j'aime sa femme. Ce sont des gens formidables et à leur retour à Paris je leur ai envoyé des fleurs", a lancé le kaiser.

Quelle déclaration Karl !

Par ailleurs, notez que l'ancien directeur général du FMI est toujours sous le coup d'une plainte au civil aux États-Unis et d'une plainte pour "tentative de viol" déposée en juillet en France par la romancière Tristane Banon.
Plus de mode, beauté et joaillerie sur Puret.

Sce P.People
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Sam 10 Sep - 9:42

Le gros coup de gueule de Nicolas Domenach contre DSK


Dominique Strauss-Kahn - Page 18 4436073-nicolas-domenach-le-9-septembre-sur-620x0-1


DSK silencieux, DSK suivi par une meute de photographes, DSK poussant son chariot à l'aéroport. "Le cirque DSK, ça suffit !" lance le journaliste politique Nicolas Domenach cette semaine dans l'hebdomadaire Marianne. Hier soir sur i-TELE, dans "La Nouvelle Edition", il est revenu sur son coup de gueule : "C'est obscène le spectacle qu'il a donné, que les médias ont donné, c'est insupportable !".


"Ce n'est pas Justin Bieber !"



"Où ils vivent, comment ils vivent ? Comment peuvent-ils vivre à ce point en décalage avec les Français a lancé Nicolas Domenach à l'adresse de Dominique Strauss-Kahn et ses communicants. Lui faire croire que c'est une star... Ce n'est pas Justin Bieber ! (...) Ce que je lui reproche, c'est qu'il nous a menti. A nous journalistes, quand on l'a vu quinze jours avant New York, il nous disait que virer Sarkozy c'était une entreprise de salubrité publique et je m'y donnerai corps et âme. Je suis prêt pour ça. Sur les femmes pareil, il nous a expliqué qu'il avait pu prêter le flanc mais que c'était fini. Quand il nous regarde dans les yeux à ce moment, on se dit qu'il a peut-être atteint la maturité. A travers nous, ce n'est pas seulement aux journalistes qu'il mentait ! Mais aussi à la France ! Il a trahi beaucoup d'espoirs, je suis indigné !".


Les médias responsables ?



Les médias ont été une nouvelle fois montrés du doigt au retour de DSK en France, accusés d'en faire beaucoup trop en guettant ses moindres faits et gestes devant son domicile, place des Vosges à Paris. "J'ai été bouleversé, fasciné puis révulsé par cette meute médiatique explique Domenach. Je me suis demandé, pourquoi ils étaient là ? S'ils n'avaient pas été là, on leur aurait reproché de ne pas avoir été là pour une déclaration qu'il avait promise. C'était une stratégie de communication : on faisait monter la sauce pour effacer les mauvaises images. Cette stratégie de communication est complètement folle. La moindre des choses aurait d'être un peu plus modeste".



Yves Thréard du Figaro chroniqueur en plateau, a défendu le rôle de la presse dans l'affaire DSK : "On va bientôt nous accuser de faire la popularité de François Hollande, faut arrêter avec ça ! Si DSK était l'icône, son staff a construit un personnage, qui se rejoignait avec la qualité du discours économique de l'individu (...) Si on en fait, trop, on est pas obligé de nous acheter, de nous regarder, d'allumer la télévision (...) Ils sont preneurs les gens ! Personne ne lit Voici mais tout le monde l'achète !"

Ozap.fr



AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Sam 10 Sep - 21:06

Retour de DSK: Banon a la «nausée» devant l'accueil réservé à Strauss-Kahn


Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Article_banon

TEMOIGNAGE - L'écrivain et journaliste, qui a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol, se livre dans un message diffusé samedi...

Tristane Banon, l'écrivain et journaliste française qui a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol en 2003, s'insurge que son «pays accueille en héros un homme qui n'a pas été blanchi».

Dans un message diffusé samedi sur sa page Facebook, la jeune femme dit être prise de «nausée» depuis le retour en France, le 4 septembre, de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

«Ce qui se joue depuis six jours me donne la nausée. J'entends les gens qui m'arrêtent dans la rue, j'entends les gens qui veulent protester, se faire entendre, crier que le code pénal doit être le même pour tous et qu'un jugement doit advenir, qui condamnera ou non mais qui doit être prononcé», écrit Tristane Banon.

Rassemblement le 24 devant le palais de justice

«J'entends les gens me dire leur écoeurement, j'avale leur soutien pour tenir debout et pourtant c'est moi qui baisse la tête et longe les murs quand d'autres sourient aux caméras», témoigne-t-elle, en allusion au retour médiatique de l'ancien ministre socialiste. «Je ne peux pas croire que mon pays accueille en héros un homme qui n'a pas été blanchi. Je ne peux pas croire que mon pays envoie les forces de l'ordre, l'argent public, délivrer ce même homme des photographes qui l'assaillent», poursuit-elle.

La jeune femme évoque, sans précisions, un rassemblement de protestation le 24 septembre à 14h devant le palais de justice de Paris où elle annonce qu'elle se rendra.

Un juge d'instruction saisi de l'affaire?

Dominique Strauss-Kahn pourrait être prochainement entendu dans l'enquête préliminaire ouverte après la plainte de Tristane Banon en juillet à Paris. A l'issue de l'enquête, le parquet de Paris peut décider d'ouvrir une information judiciaire, de classer la plainte sans suite ou de juger que les faits allégués - niés par Dominique Strauss-Kahn - sont prescrits. Dans l'hypothèse d'un classement sans suite, Tristane Banon pourrait relancer la procédure en saisissant un juge d'instruction.

La justice américaine a abandonné le 23 août les poursuites pénales à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol contre une femme de chambre à New York, le 14 mai, mettant en doute la crédibilité de cette dernière. Les procureurs ont toutefois confirmé qu'il avait eu une brève relation sexuelle avec la plaignante mais n'ont pu en établir le caractère contraint.

«Le cirque strauss-kahnien»

«Il y a un vrai problème dans ce pays, des choses doivent changer. Le viol et la violence faite aux femmes ne peuvent être banalisés, l'argent et le pouvoir ne sauraient être au-dessus des lois», écrit Tristane Banon. Dans un message à sa fille, toujours sur Facebook, l'élue socialiste Anne Mansouret la félicite pour son courage et l'assure qu'elle sera présente le 24 septembre à la manifestation de «toutes celles et tous ceux qui sont horrifiés par ce cirque strauss-kahnien et l'arrogance qu'il traduit».

Info.Minutes.fr
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mer 14 Sep - 23:05

Dominique Strauss-Kahn invité du 20 heures de Claire Chazal dimanche soir

Ce sera finalement un 20 Heures. Dominique Strauss-Kahn, de retour en France depuis une dizaine de jours, répondra dimanche soir aux questions de Claire Chazal dans le journal de 20 heures annonce Le Point sur son site Internet. L'information n'a pas été à cette heure confirmée par la chaîne.
Depuis plusieurs semaines, tous les médias se livrent une véritable bataille pour obtenir la première interview de l'ex-patron du FMI après l'affaire du Sofitel à New York. Avec cet entretien en direct, TF1 décroche incontestablement le coup média de l'année. C'est un quasi-exploit pour la Une : Dominique Strauss-Kahn n'avait pas mis les pieds sur le plateau de son 20 Heures depuis les années 1990 et le licenciement d'Anne Sinclair par la chaîne. Sa dernière prestation télévisée sur France 2 remonte à février à l'occasion du G20 face à Laurent Delahousse. L'intervention du potentiel candidat socialiste à la présidentielle avait été très suivie : 6,9 millions de téléspectateurs pour 27,3% de part d'audience.


Pourquoi Claire Chazal ?

Etre face à une femme pour parler de l'affaire du Sofitel de New York n'a rien d'anodin. Ce choix décidé par l'entourage de DSK aura pour objectif de réhabiliter son image sérieusement écornée auprès du public féminin. "Et être face à Claire Chazal lui garantit une interview sans agressivité et peu incisive. Je ne suis pas sûr que ce choix soit très pertinent, on est souvent plus convaincant face à un journaliste pugnace" nous explique un observateur du secteur.



L'autre option envisageable était d'être interrogé par Laurent Delahousse sur France 2. Mais selon son entourage, Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair n'ont pas vraiment goûté le traitement de l'affaire Tristane Banon par la chaîne. Restait l'option d'une interview dans la presse écrite, moins risquée et plus maîtrisée. Mais sa portée aurait été bien moindre. Avec ce coup, Claire Chazal récolte probablement les fruits de sa bienveillance vis-à-vis du couple pendant toute l'affaire.


Silence médiatique

Depuis son arrivée en France, Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair n'ont pas lâché un mot à la presse malgré les dizaines de journalistes présents devant leur domicile. Anne Hommel, la conseillère en communication de Dominique Strauss-Kahn a même exhorté la meute médiatique à "laisser tranquilles" DSK, sa famille ainsi que les riverains et les commerçants de la place des Vosges où habite le couple. C'est probablement devant les studios de TF1 que les journalistes se donneront rendez-vous dimanche pour shooter DSK après son intervention télévisée très attendue.


Sce.ozap
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: dskk Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Dim 18 Sep - 8:32

Les Français veulent que DSK se retire de la vie politique.

POLITIQUE - Mais en même temps ils souhaitent à une large majorité qu'il livre son diagnostic sur la crise financière, selon un sondage paru dimanche...

Un peu plus d'un Français sur deux (53%) souhaitent que Dominique Strauss-Kahn profite de son interview télévisée dimanche soir pour annoncer son retrait de la vie politique, selon un sondage Ifop paru dans Le Journal du Dimanche.

Délivré des charges qui pesaient contre lui aux Etats-Unis, DSK va se livrer à un délicat exercice d'explication dans le journal télévisé de 20H00 de Claire Chazal sur TF1, pour sa première interview depuis sa spectaculaire arrestation à New York il y a quatre mois.

Retrait de la vie politique

Interrogés par l'institut Ifop sur les attentes suscitées par cette intervention, 53% des Français disent souhaiter que l'ancien ministre socialiste annonce son retrait de la vie politique (59% des sympathisants UMP, 42% des socialistes).

Ils ne sont que 22% à souhaiter qu'il annonce sa candidature à l'Elysée, 34% à vouloir qu'il déclare son soutien à un(e) candidat(e) à la primaire socialiste (47% des sympathisants socialistes), et 48% à attendre qu'il explique le rôle qu'il souhaite jouer dans la campagne présidentielle (59% des sympathisants socialistes).

Diagnostic sur la crise financière

Les Français attendent moins de cet entretien avec l'ex-patron du Fonds monétaire international des explications sur ce qui s'est passé le 14 mai à l'hôtel Sofitel de Manhattan (35%) qu'un diagnostic de la crise financière et économique ainsi que des solutions pour la combattre (64%, 72% des sympathisants socialistes).

Sondage réalisé par téléphone du 15 au 16 septembre auprès d'un échantillon de 956 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).
InvitéInvitéRegulier
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Dim 18 Sep - 23:02

AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Lun 19 Sep - 6:58

Quel comédien hors pair! Wink
InvitéInvitéRegulier
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Lun 19 Sep - 10:23

LES REACTIONS LUNDI A L'INTERVIEW DE DSK :


11h12. Daubresse déplore «une lourdeur difficilement soutenable». Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l’UMP, estime que «face à l’évidence de son indécence, DSK a plaidé l’insoutenable légèreté de l’être avec une lourdeur difficilement soutenable !»

10h53. «Ses conseils, qu'il se les garde !», lance sur France 2 le candidat trotskiste Philippe Poutou à propos des avis de DSK sur la crise financière et monétaire.

10h51. «Ecoeurant» pour Philippe Poutou (NPA). L'ouvrier bordelais et candidat NPA, qui n'a pas vu l'intervention de DSK sur TF1 car il était en route pour Paris - «mais les copains m'ont fait un compte rendu» -, a observé sur France 2 qu'on parle «toujours de présumé innocent mais jamais de la présumée victime. C'est toujours la faute des femmes, c'est elles qui provoquent, ou c'est un coup monté [...] C'est ça qui est écoeurant, parce qu'il y a une réalité : la violence faite aux femmes, le mépris qui existe envers les femmes, que ce soit les responsables politiques de droite ou de gauche».

10h45. Interview «préfabriquée» pour Morin. L'ancien ministre de la Défense a vécu l'émission de «dimanche soir comme une interview totalement préfabriquée, où l'émotion était enfouie sous la communication».«Tout était tellement formaté, construit, que la sincérité disparaissait», décrit-il ce lundi sur radio Classique.

10h30. Christophe Barbier prépare sa contre-attaque. Le directeur de la rédaction de l'Express s'apprête à publier sur son blog une lettre à DSK, qui qualifie le magazine de «tabloïd». Cette lettre sera également l'édito du numéro à paraître mercredi.

10 heures. «Le 31 aout dernier, Martine Aubry m'a menti... Il y avait bien un pacte entre elle et DSK pour 2012.. » Sur son compte Twitter, Jean-Jacques Bourdin déplore le mensonge d'Aubry, qui lui a récemment certifié en direct qu'aucun pacte ne la liait à DSK, ce que ce dernier a démenti dimanche soir.

9h45. Anne Mansouret dénonce une séquence «surjouée». Première à déplorer la dramaturgie de l'émission dimanche soir, Anne Mansouret en remet une couche ce lundi sur Europe 1. La mère de Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle, s'interroge sur les différents changements de version de DSK. «Il change d'avis pratiquement toutes les 48 heures, puisqu'il y a 48 heures il disait qu'il avait tenté de l'embrasser (NDLR: Tristane Banon) . Et puis là, il dit que ce n'est qu'affabulation, je trouve que c'était non seulement joué, mais surjoué».

9h40. Barbier dénonce un mensonge. Il ne cesse d'être sollicité depuis que son journal a été qualifié de «tabloïd» par DSK dimanche. Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L'Express, répond ce lundi sur Europe 1 à Dominique Strauss-Kahn, qui a dénoncé la veille la publication dans le magazine d'une «fiche d'entrée» à l'hôpital de Nafissatou Diallo présentée comme un rapport médical. «C'est un mensonge, réagit Barbier, c'est un rapport standard qui est établi à chaque fois que la police amène dans un hôpital spécialisé pour être examinée par un médecin spécialisé une victime presumée d'agression sexuelle, [...] Il y a des images, des analyses médicales poussées».

9h31. Gisèle Halimi choquée. Elle l'avait dit à chaud à l'issue de l'émission, elle le répète ce lundi : l'avocate féministe Gisèle Halimi estime avoir «assisté à un entretien de connivence où les liens d'amitié entre la journaliste qui l'interrogeait et DSK sont apparus gros comme des câbles». DSK s'est mis selon elle «dans la peau du comédien qui devait être pugnace et incisif".

9h30. Vallini (PS) : «Hollande, lui, n'a jamais été dans aucun pacte». Le député socialiste de l'Isère André Vallini, membre de la campagne de François Hollande, assure qu'après l'intervention de DSK, «une chose est claire : il y avait bien un pacte entre lui et Martine Aubry et c'est DSK qui allait être candidat à la présidentielle». «Si Martine Aubry est aujourd'hui candidate, c'est donc parce que DSK ne peut pas l'être. Tous ceux qui, depuis trois mois, nous disent le contraire ne disent pas la vérité [...] François Hollande qui, lui, n'a jamais été dans aucun pacte ni aucun arrangement, n'est pas un candidat par défaut ou de substitution», selon le député de l'Isère.

9h22. Copé critique les conseils économiques de DSK. Le secrétaire général de l'UMP ironise sur les conseils donnés par Dominique Strauss-Kahn sur la Grèce. «Merci de dire juste cela en foulant aux pieds le travail si difficile accompli par les dirigeants européens, avec à leur tête Nicolas Sarkozy», commente sur Europe 1 le patron de l'UMP. «Préconiser l'effacement pur et simple de la dette grecque, c'est ouvrir les vannes pour toutes les spéculations», selon l'ex-ministre du Budget.

9h20. Copé trouve «choquant» de parler de complot. Le numéro 1 de l'UMP Jean-François Copé juge «dérisoire et triste» l'intervention de Dominique Strauss-Kahn dimanche soir. Interrogé sur la sincérité de l'ex-directeur général du FMI, il tranche : «Arrêtons tout cela, je n'ai aucune envie de faire de la psychanalyse de comptoir». Interrogé par Europe 1 sur l'existence éventuelle d'un complot pour faire tomber DSK, il s'indigne : «La théorie du complot, ça va bien, je ne peux accepter les sous-entendus [...] Ca me choque profondément».

9h15. Record d'audience. Selon Médiamétrie, 13 millions de téléspectateurs ont regardé l'interview de DSK sur TF1 dimanche soir. Un record pour un JT depuis les violences urbaines de novembre 2005. La séquence du journal de 20h09 à 20h33, où l'ex-directeur du FMI a donné son premier entretien, deux semaines après son retour à Paris, a rassemblé 13.446.000 téléspectateurs, soit 47% de parts d'audience, selon l'institut. C'est aussi un record d'audience pour cette année, tous programmes confondus.

9 heures. Sobre presse américaine. Les grands quotidiens américains publient lundi de sobres compte-rendus de l'interview donnée par DSK. Le Washington Post relève que, «à travers une interview de 20 minutes qui semblait avoir été très préparée, M. Strauss-Kahn a réussi à se présenter en homme contrit», même s'il «a souligné qu'il n'avait contraint aucune des femmes» ayant déposé plainte contre lui. Pour le New York Times, «Strauss-Kahn était mal à l'aise, parfois en colère et semblait amer».«Même si M. Strauss-Kahn a admis que son comportement avait été mauvais, il l'a fait les dents serrées. Les mots étaient pleins de regret mais le ton était combatif». Le Los Angeles Times note que DSK a critiqué le système judiciaire américain, affirmant qu'il lui avait fait «très, très peur».

8h50. «Aucune spontanéité, selon Le Pen». «Il n'y avait absolument aucune spontanéité dans ces déclarations, selon Marine Le Pen. Il n'a retrouvé sa spontanéité que quand il a commencé à parler de politique. Les artifices de communication étaient tellement visibles qu'on n'arrivait pas à y croire». Pour la présidente du FN, DSK «a le plus grand mépris pour les femmes, à qui il accorde une fonction utilitaire» et «il a menti» sur le contenu du rapport du procureur qui «en aucun cas, n'innocente M. Strauss-Kahn».

8h40. «Peut-on vraiment employer le mot légèreté ?». Le député UMP Bernard Debré, auteur de la plus violente charge contre DSK au lendemain de son arrestation - il l'avait qualifié d'«obsédé» sexuel, «se vautrant dans le sexe» - s'indigne ce lundi sur RMC et BFMTV. Ironisant sur «Euro RSCG et ses :DF: qui ont bien travaillé», en référence en conseillers en communication de DSK, il se demande comment ce dernier a bien pu employer le mot «légèreté» pour qualifier son rapport aux femmes. Il compare son intervention sur TF1 à une autre émission que DSK avait déjà fait aux Etats-Unis après l'affaire Piroska Nagy, et lors de laquelle il avait déja exprimé des remords.

8h15. Un goût amer. Pour Pierre Laurent, patron du PCF, cette confession est «lamentable» et «toute cette affaire laissera un gout amer à toutes celles et tous ceux qui tiennent à la dignité de la femme.»

8h05. Moscovici : «On ne va pas refaire le film». Pour Pierre Moscovici, qui soutenait DSK avant l'éclatement de l'affaire, l'interview de dimanche soir a été «un moment assez fort, avec des choses intimes». Mais «on ne va pas refaire le film. Il s'en est expliqué, c'est derrière nous. Nous, les socialistes, ne devons pas rester scotchés sur ce qui s'est passé dans cette chambre 2806... on ne le saura jamais», poursuit-il, précisant n'avoir «pas parlé avec DSK depuis longtemps». Celui qui est désormais le coordinateur de la campagne de François Hollande égratigne au passage Martine Aubry sur l'existence d'un pacte avec DSK : «Il a mentionné un pacte, pacte que Martine Aubry niait.
François Hollande, lui, n'a jamais été membre d'un pacte».

8 heures. «Tourner la page» pour Royal. Ségolène Royal, candidate à la primaire PS, retient de l'intervention de DSK «l'envie de tourner la page», ce qu'elle-même juge souhaitable comme téléspectatrice. «Cette émission a permis de clore quelque chose qui nous a beaucoup trop occupés», ajoute-t-elle sur RTL au micro de Jean-Michel Aphatie.



7h50. Montebourg «pas convaincu». «Je n'ai pas été convaincu. Mais mon avis importe peu. Ce qui compte, c'est que nous tournions cette page qui n'a pas été seulement l'humiliation d'un homme, mais une humiliation collective et nationale», affirme Arnaud Montebourg sur Europe 1. Selon lui, l'ex-directeur général du FMI «aurait pu, il aurait dû présenter des excuses afin que nous puissions parler d'autre chose». «Je crois qu'il devrait s'astreindre à un silence méthodique. Nous avons besoin de pouvoir travailler tranquillement, sans être obligés de commenter un fait divers», ajoute-t-il.



7h45. Rozes insiste. Stéphane Rozès, interrogé sur I>Télé, évoque ce lundi un «sans-faute» mais insiste, comme il l'avait fait la veille au soir, sur le «cadeau empoisonné» fait à Martine Aubry en évoquant un pacte. «Cela ramène sa candidature à une candidature de circonstance, par défaut ou par devoir», analyse-t-il.

7h30. Les analystes jugent l'exercice réussi. «Du point de vue de son cahier des charges - confesser sa faute et se réinsérer si possible dans le jeu politique - DSK a fait du mieux qu'il pouvait faire», relève le politologue Roland Cayrol. «Je l'ai trouvé très convaincant, honnête et courageux. Il a quand même reconnu son erreur et la faute morale. La prestation était très difficile», assure le sociologue Dominique Wolton, tandis que Stéphane Rozès, président du cabinet Cap, relève qu'«il fallait dire qu'il avait fauté, il l'a fait, avec une explication où chaque mot était pesé, où l'échange était très huilé. C'était pour lui le seul moyen de renouer avec les Français».


AFP/François Guillot


7 heures. «Ecoeurée». Interrogée par Europe 1, Thalia Breton, la porte-parole du collectif «Osez le féminisme», se dit «écœurée». De son côté, Magali de Haass, de le même organisation, dénonce «une mise en scène, un grand plan de communication» de la part de DSK face à des «questions aussi peu incisives» de Claire Chazal.

6 heures. 14.000 tweets. Durant le journal télévisé de Claire Chazal dimanche sur TF1, 14.248 tweets ont été expédiés entre 20H00 et 20H40 par 5.439 internautes à une moyenne de 7,2 tweets par seconde maximum pour les sujets DSK et TF1, selon les statistiques Twitter de @devantlatele. «DSK connaît parfaitement son texte et Claire Chazal sait exactement quand reprendre la parole», pouvait-on ainsi lire chez un détracteur. Pour les partisans de l'ancien ministre socialiste, leur champion a été «très bien préparé», «il a assuré» et il était «fait» pour être président.

2h20. «Ce qu'il n'a pas dit». Ce qui est intéressant dans l'interview de DSK, «c'est ce qu'il n'a pas dit», souligne Douglas Wigdor, l'un des avocats de Nafissatou Diallo à New York. «Il n'a absolument donné aucune précision sur ce qui s'est passé» le 14 mai dans la suite du Sofitel de New York entre lui et la femme de chambre guinéenne, a précisé l'avocat.

1h30. Soulagés. Parmi certains socialistes, c'est le soulagement qui prévaut après le souhait annoncé de DSK de ne pas intervenir dans le débat des primaires. Ainsi François Patriat sénateur PS de la Côte d'Or estime que l'intervention de DSK va «permettre de tourner une page. Cela laisse les socialistes face aux citoyens pour organiser les primaires de la meilleure façon possible.»

1h05. L'Express attaqué, Barbier répond. L'Express, qualifié de «tabloïd» dimanche soir par DSK, «ne s'est jamais écarté des faits» dans le traitement de l'affaire, assure Christophe Barbier, directeur de la rédaction du magazine. «Nous n'avons pas fait plus de Unes que les autres. Ou alors est-ce parce que nous avions fait une Une lors de l'affaire Piroska Nagy en 2008 ? On avait alors expliqué avant les autres qu'il avait un problème avec les femmes, chose qu'il a reconnue ce soir». Pour Christophe Barbier, l'émission de dimanche était «une très belle opération de communication, très préparée».

1 heure. Le «pacte» malheureux. Stéphane Rozès, président de Cap, juge que Dominique Strauss-Kahn n'«aurait pas dû dire explicitement» qu'il y avait eu un pacte le liant avec Martine Aubry, car cela «semble dire que la candidature» du maire de Lille est «une candidature de substitution».

23 heures. Féministes en colère. Les déclarations de Dominique Strauss-Khan sont jugées «lamentables» par des organisations féministes qui dénoncent un «plan de communication» de l'ex-directeur du FMI face à des questions «peu incisives» de la journaliste Claire Chazal. «J'ai trouvé que c'était lamentable», affirme Olivia Cattan, présidente de l'association Paroles de femmes.

22h37. Il aurait dû présenter ses excuses, d'abord à Nafissatou Diallo, estime l'avocate Gisèle Halimi. «Ce sont des entretiens de connivence. Aucune question importante n’a été posée sur les faits eux-mêmes. Est-ce que vous savez ce qui s’est passé dans cette chambre du Sofitel ? Rien ! Il y a eu des connivences de journalistes dans les médias pour lui offrir d’une tribune. Une opération médiatique de haut niveau.»

22h27. «Une sincérité écrite par des compères et au final, suffisance et indécence chez DSK à TF1», lance Dominique Bussereau sur Twitter. «Dommage car il a fait rêver beaucoup de Français.»

22h22. «M. Strauss Kahn n'a pas parlé une seule fois de la douleur de Nafissatou Diallo», déplore Sanaba Cone Camara, du comité de justice pour Nafissatou Diallo. «Nous attendons toujours la vérité».

22h10. Une intervention «pathétique » pour Me David Koubi, l'avocat de Tristane Banon sur i-Télé.«Nous n'attendions rien de ses déclarations. DSK et son orchestre sont doués pour apparaître médiatiquement sous l'image qui leur convient», attaque-t-il.

21h58. «Dominique a parlé la langue du coeur», réagit Jack Lang dans un communiqué.

21h55. Pas «sincère» pour la présidente de l'association Paroles de femmes. «Je ne l'ai pas trouvé sincère. Ses explications ne m'ont pas convaincue. S'il n'y a pas eu de ralations tarifées, qu'est ce qui s'est passé? Respect des femmes ? moi, je ne pense pas que toutes les femmes soient des menteuses», déclare Olivia Cattan

21h55. «Une opération de communication parfaitement maîtrisée», estime Me Thibault de Montbrial, avocat de Nafissatou Diallo, «sans aucune spontanéité, ni dans les questions, ni dans les réponses et maîtrisée y compris dans la gestuelle. On sentait une grande crispation.»

21h54. «La décence eût été le silence», estime l'ex Premier ministre Jean-Pierre Raffarin sur Twitter. DSK est «plus à l'aise pour afficher sa compétence que sa sincérité».

21h53. « Il y a vraisemblablement eu un piège dont on ne connait pas toute la vérité, estime Antoine Duarte, président du club DSK. Il a reconnu sa faiblesse. Il s’est remis en cause. On le sent plus à l’aise, plus reconstruit qu’il y a quelques mois. On est heureux de le retrouver en France».

21h28. Marie-George Buffet indignée. «Il veut s'expliquer sur TF1 pour dire qu'il a commis une faute morale. Mais, je suis bouleversée. Il n'a même pas dit "je m'excuse" auprès de Mme Diallo», déplore l'ex-patronne du parti communiste.

21h24. «Il a été traîné à terre». Jean-Marie Le Guen, député PS et proche de DSK, affirme que «maintenant que Dominique Strauss-Kahn s'est exprimé, il a assumé ses responsabilités, clamé son innocence. C'est quelqu'un qui a un profond respect pour les femmes et pour les hommes. Il n'a pas accepté le portrait qu'on a fait de lui. Il a assumé, nous assumons. D'une façon ou d'une autre, il sera utile pour notre pays. Il sera utile pour la gauche. il sera dans le combat pour que la gauche gagne en 2012».

21h22. Le ton monte entre Christophe Barbier (L'Express) et Jean-Marie Le Guen (PS). «Ca ne dit rien des faits dans la chambre» du Sofitel, estime Barbier. «Il ne joue pas son jeu, il joue sa vie, sa réputation s'emporte Le Guen, c'est la vérité du jugement rendu par la justice américaine.»

20h58. DSK s'est livré à «un exercice de dramaturgie». Première à réagir, la mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, a déclaré dimanche soir : «Il n'a rien expliqué et s'est livré à un exercice de dramaturgie après avoir dû beaucoup répéter. Il nous a raconté une très belle histoire sans donner les bases qui nous permettraient de savoir ce qui s'est réellement passé». Concernant sa fille, Anne Mansouret a estimé que Dominique Strauss-Kahn avait fait «machine arrière»par rapport aux déclarations qui lui étaient prêtées devant les enquêteurs. «Il a dû être recadré par ses avocats et ne dit plus qu'il a tenté de l'embrasser».

....à suivre.... WXC

AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Lun 19 Sep - 19:37

19h44: Fin de l'interview, après un dernier parallèle des stratégies de communication de l'ancien président des Etats-Unis Bill Clinton et l'intervention de DSK au journal de 20h hier.

19h44: «Pourquoi personne ne croit les victimes?», interroge Tristane Banon

19h41: «C'est du Clinton la prestation de DSK» lance Daniel Cohn-Bendit

19h40: «Quand on fait la démarche de porter plainte, pourquoi on nous crache à la gueule?» continue la jeune femme, qui rappelle les violences faites aux femmes en France.

19h37: «Pourquoi le doute bénéficie-t-il à l'accusé, et non à la victime, comme moi?» s'interroge la jeune femme, qui souligne qu'elle n'a rien gagné depuis le surgissement de cette nouvelle affaire.

19h35: Daniel Cohn-Bendit s'embrouille dans sa question-argumentation...

19h34 «J'ai peur du pouvoir à juste titre» justifie Tristane Banon à la question: Pourquoi n'avez-vous pas porté plainte avant?
Elle ajoute que si le parquet de Paris classait sans suite l'enquête sur ses accusations de tentative de viol contre DSK, elle en déposerait une autre en se portant «partie civile».

19h30: Pourquoi n'avoir porté plainte que lors de l'affaire Diallo?
«Ce n'est pas moi qui en ait parlé, on me l'a demandé... Et j'ai en parlé, de manière trop légère, sur le plateau d'Ardisson»
L'avocat de Tristane Banon, David Koubbi, revient sur les qualifications d'agression sexuelle et de tentative de viol.

19h28: La jeune femme revient sur son agression présumée en 2003, rappelant les détails.
«Très vite, ça a mal tourné, et si je n'avais pas eu de chance, ça aurait fini par un viol».
«Tout le monde m'a conseillé de ne pas porter plainte, dont ma mère».

19h26: Tristane Banon répond aux déclarations de DSK, hier sur le plateau de TF1.
«Ma légèreté, je l'ai répondu en février 2003», se disant attristée que DSK n'ai ni parlé d'elle, ni de Diallo durant l'interview

19h10: Tristane Banon, et David Koubbi sont attendus sur le plateau du Grand journal de Canal+

16h40: Martine Aubry n'est pas «une candidate de substitution»
La patronne du PS, interrogée sur la polméique naissante au sujet du pacte qu'elle aurait passé avec DSK au sujet de la présidentielle 2012, a affirmé qu'elle était «la candidate qu'il faut». Pas de «baiser de la mort» de la part de DSK, donc? «Mais ça veut dire quoi, je ne comprends pas ce que vous voulez dire»...

16h30: Au tour de Tristane Banon de parler
La jeune femme, qui accuse DSK de tentative de viol, sera l'invitée du grand Journal de Canal + ce lundi soir. Elle sera accompagnée de son avocat David Koubbi.

16h27: Vidéo, clash entre Christophe Barbier et Jean-Marie Le Guen sur le plateau d'ITélé

16h22: Vidéo AFP, la gauche gênée et les féministes en colère

15h41: L’avocat français de Diallo a qualifié l’interview de DSK «d’exercice de communication calibré»
«Il a complètement sécurisé le périmètre en choisissant son lieu, son interlocuteur etc. Il n'a évidemment pas accepté de conférence de presse où des questions gênantes auraient pu lui être posées», a précisé Thibault de Montbrial sur Europe 1.

14h58: Christian Jacob a trouvé l’intervention de DSK «pathétique»
Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale a déclaré au JDD.fr que: «C’était un exercice appris par cœur, visiblement répété». Et de préciser: «Je pense que la décence aurait imposé le silence».

13h07: Jacques Séguéla considère qu’«Il a trouvé les mots»
«Il s'agit d'un grand professionnel qui s'y prépare depuis 3-4 mois. Il a trouvé les mots, il a trouvé le ton, la 'faute morale' c'est le mot fort», a déclaré le publicitaire sur BFM TV.

13h01: Sur Twitter, Jean-Pierre Raffarin a souligné que: «La décence eût été le silence»
L'ex-premier ministre a également écrit que DSK était: «Plus à l’aise pour afficher sa compétence que sa sincérité».

11h20: Pour Hervé Morin, l’intervention était «totalement préfabriquée»
Le président du Nouveau centre a constaté sur Radio Classique que: «Tout était tellement formaté, construit, que la sincérité disparaissait».

11h13: Philippe Poutou (NPA) a trouvé que le discours tenu par DSK était «écœurant»
«C’est toujours la faute des femmes, c’est elles qui provoquent, ou c’est un coup monté», s’est indigné le candidat du Nouveau parti anticapitaliste sur France 2.

11h06: Jean-Marie Le Guen a trouvé DSK «convaincant», «dense» et «émouvant»
Le député socialiste, qui s'est exprimé sur RFI, a constaté la «volonté forte (de DSK) de proclamer son innoncence».
Jean Marie Le Guen par rfi

10h51: Pour Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon, DSK a «surjoué»
«Il change d'avis pratiquement toutes les 48 heures, puisqu'il y a 48 heures il disait qu'il avait tenté de l'embrasser. Et puis là, il dit que ça n'est qu'affabulation, je trouve que c'était non seulement joué, mais surjoué», a-t-elle déclaré sur Europe 1.

10h38: Christophe Barbier, directeur de L'Express, s'est défendu des accusations de DSK
Dimanche soir sur ITélé, il a retorqué que: «L'Express a toujours fait un travail d'investigation. Il ne s'est jamais écarté des faits (...) Il nous accuse d'acharnement». «Je ne vois pas en quoi, nous n'avons pas fait plus de Unes que les autres. Ou alors est-ce parce que nous avions fait une Une lors de l'affaire Piroska Nagy en 2008. On avait alors expliqué avant les autres qu'il avait un problème avec les femmes, chose qu'il a reconnue ce soir», a insisté Christophe Barbier.

10h19: Pour Bernard Debré, il a dû beaucoup «répéter»
Sur RMC, le député UMP s’est également interrogé sur les explications de l'ancien directeur du FMI: «Est-ce que vous croyez vraiment qu'on peut employer le mot légèreté vis-à-vis des femmes? Est-ce que ce n'est pas très humiliant pour les femmes?».

09h59: L’avocate féministe Gisèle Halimi s’est dite indignée par cet «entretien de connivence»
«On a assisté à un entretien de connivence où les liens d'amitié entre la journaliste qui l'interrogeait et DSK sont apparus gros comme des câbles», a déclaré Maître Halimi sur RTL. «Ce qui est grave, c'est que chaque fois que la dignité des femmes est en cause comme cela, on tente de faire passer les femmes qui sont de pures victimes pour des affabulatrices», a ajouté l’avocate.

09h52: Pour Jean-François Copé, la prestation de DSK était «dérisoire et triste»
Interrogé par Europe 1, le secrétaire général de l’UMP s’est dit «profondément» choqué par l’hypothèse d’un piège qui aurait pu être tendu à l’ancien directeur du FMI: «La théorie du complot, ça va bien! (…) Je ne peux pas accepter les sous-entendus».

09h25: Pour Ségolène Royal, il n’est «pas d’actualité» que DSK prenne des responsabilités ministérielles
La candidate aux primaires socialistes a affirmé sur RTL que: «Cette émission a permis de clore quelque chose qui nous a beaucoup trop occupés».

09h17: Sur France Info, Pierre Laurent (PCF) a qualifié l'intervention de DSK de «confession lamentable»

09h11: Plus de 13 millions de téléspecateurs ont suivi l'intervention de DSK, selon Médiamétrie

09h05: Pierre Moscovici, a relevé ce lundi que Dominique Strauss-Kahn avait reconnu dimanche un «pacte» politique avec Martine Aubry, alors qu'elle en «niait» l'existence selon lui
Le directeur de la campagne de François Hollande a déclaré: «Nous, socialistes, nous ne devons pas resté scotchés sur ce qui s'est passé dans cette chambre 2806 (...) On ne saura jamais complètement, même s'il faut prendre au sérieux ce que DSK a dit». Pierre Moscovici, qui se définit comme un «ami» de DSK, a ajouté: «J'ai vu quelqu'un qui voulait effacer cette faute, en tous cas présenter ces regrets, et puis qui était déjà lui-même dans un processus de reconstruction», rapporte l'AFP.

08h59: Marine Le Pen a estimé sur LCI que Dominique Strauss-Kahn n'avait fait montre d'«aucune spontanéité dans ces déclarations»
«Il n'a retrouvé sa spontanéité que quand il a commencé à parler de politique. Les artifices de communication étaient tellement visibles qu'on n'arrivait pas à y croire», a ajouté la présidente du Front national.

08h57: Arnaud Montebourg, a déclaré sur Europe 1 qu'il n'avait pas été «convaincu», tout en espérant qu'il s'astreindra désormais à un «silence méthodique», rapporte l'AFP
Le député de Saône-et-Loire a ajouté que son «avis importe peu. Ce qui compte, c'est que nous tournions cette page qui n'a pas été seulement l'humiliation d'un homme, mais une humiliation collective et nationale». Pour le candidat à la primaire PS, l'ex-directeur général du FMI «aurait pu, il aurait dû présenter des excuses afin que nous puissions parler d'autre chose». «Je crois qu'il devrait s'astreindre à un silence méthodique.
Nous avons besoin de pouvoir travailler tranquillement, sans être obligés de commenter un fait divers», a-t-il précisé.
WXC


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Actu-OneActu-OneAdmin
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Lun 19 Sep - 22:36

Tristane Banon: "DSK m'a broyée mais j'irai jusqu'au bout!" Regardez



Invitée de Michel Denisot sur Canal+, Tristane Banon est revenue sur la procédure judiciaire qui l’oppose à Dominique Strauss-Kahn. Celle qui affirme avoir été victime d’une tentative de viol en 2003, a tout d’abord donné sa version des faits.

« Ce monsieur m’a fait venir dans un appartement, sans me dire que c’était une garçonnière. J’avais rendez-vous avec lui pour un complément d’interview. (…) Quand je suis arrivé, il a fermé à double tour. Je ne me suis pas senti bien, mais sans imaginer ce qui allait suivre. On s’est battus, ça a mal tourné, et si je n’avais pas eu beaucoup de chance, ça aurait fini par un viol ».

Une version des faits contestée dimanche soir par DSK, sur TF1. « La version qui a été présentée est une version imaginaire, une version calomnieuse », avait-il affirmé à Claire Chazal.

Les chroniqueurs de l’émission ont tenté de savoir, à plusieurs reprises, pourquoi Tristane Banon n’avait pas déposé plainte plus tôt. Celle-ci s’est notamment défendue en avançant qu’elle s’en sentait « incapable » il y a deux ans.

« Tout le monde m’a conseillé de ne pas porter plainte », explique-t-elle aussi. « J’ai eu peur du pouvoir à juste titre ». « Qu’est ce qu’ai à gagner à faire tout ça ? », a-t-elle encore demandé. Tristane Banon a aussi indiqué que si l’enquête contre DSK était classée, elle se porterait partie civile. Enfin, Tristane Banon a réagi sur l’intervention télévisée de Dominique Strauss-Kahn, dimanche soir.

« Ce n’est pas normal qu’on offre le JT, 20 minutes comme une rock star, à quelqu’un qui est sous le coup de deux procédures »
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 6:54

Tristane Banon déterminée à poursuivre son combat judiciaire contre DSK
france 24
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Tristane_banon
Interviewée sur Canal +, Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'avoir tenté de la violer, a fait savoir qu'elle se porterait partie civile si le parquet de Paris classait sa plainte sans suite.
AFP - Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'avoir tenté de la violer, l'a prévenu lundi qu'elle poursuivrait son combat judiciaire même si le parquet de Paris classait l'enquête en cours.

La jeune femme a accordé sa première interview télévisée à Canal+ au lendemain de celle de DSK à TF1, où l'ancien favori de la présidentielle a nié devant 13 millions de téléspectateurs toute tentative de viol, "une version imaginaire, une version calomnieuse", selon lui, de leur rencontre en février 2003 dans un appartement parisien.

"Pourquoi on ne nous croit jamais? Qu'est ce que j'ai à gagner à tout çà? Pourquoi j'en voudrais à M. Dominique Strauss-Kahn ?", a rétorqué Tristane Banon, 32 ans.

"Je voudrais qu'on m'explique pourquoi dans ce pays, que ce soit quand on porte plainte contre Dominique Strauss-Kahn, ou contre le copain de ses parents, le doute profite à l'accusé et pas à la victime" d'un viol, s'est interrogée la jeune femme qui a répété son appel à manifester samedi près du palais de Justice de Paris.

"Quand on accepte de faire enfin cette démarche de porter plainte, ce n'est pas normal qu'on vous crache dessus comme ça, ce n'est pas normal qu'on offre le JT vingt minutes, comme une rock star", à quelqu'un qui est "encore sous le coup de deux procédures dans deux pays", a regretté Tristane Banon.

Outre l'enquête préliminaire française, DSK est encore sous le coup d'une procédure civile aux Etats-Unis, intentée par Nafissatou Diallo qui lui réclame des dommages et intérêts. La justice américaine a abandonné les poursuites pénales, jugeant insuffisamment crédible la femme de chambre qui l'accuse de l'avoir violée au Sofitel en mai.

Après avoir entendu une vingtaine de personnes, dont Tristane Banon et DSK, la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne, doit prochainement remettre son rapport au parquet de Paris.

Selon une source proche de l'enquête, DSK a concédé lors de son audition avoir fait "des avances" à la jeune femme, mais a réfuté toute violence.

Le parquet a plusieurs solutions: ouvrir une information judiciaire ou estimer que les faits relèvent d'une agression sexuelle, un délit qui serait alors prescrit, ou bien encore classer l'affaire sans suite.

Cette décision pourrait ne pas être prise avant "des semaines", a-t-on indiqué de source judiciaire.

Mais même en cas de classement, le combat judiciaire ne serait pas terminé pour Dominique Strauss-Kahn. Tristane Banon a en effet prévenu que dans ce cas elle déposerait une autre plainte, cette fois en se constituant "partie civile", ce qui entraînerait automatiquement la désignation d'un juge d'instruction.

"Il n'est pas si vide que ça le dossier. Ce n'est pas vrai, ce n'est pas que parole contre parole", a expliqué Tristane Banon.

"On a quand même au moins une certitude: il a menti plusieurs fois et aux Etats-Unis et dans mon cas", poursuit Mlle Banon qui a répété sa version de la rencontre de 2003: "Très vite, on s'est battu, cela a mal tourné et si je n'avais pas eu beaucoup de chance cela aurait fini par un viol".

Elle a de nouveau justifié les huit années écoulées entre les faits allégués et sa plainte: "Tout le monde m'a conseillé de ne pas porter plainte, pas seulement ma mère", la vice-présidente PS du conseil régional de Haute-Normandie, Anne Mansouret.

Malgré les conseils de son avocat David Koubbi, "je m'en sentais complètement incapable". "J'ai peur du pouvoir à juste titre, je reçois tous les jours des mails de femmes qui me disent: on m'a violée et on ne m'a jamais crue, alors imaginez, Dominique Strauss-Kahn..."

AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 7:59

L'acte de contrition de DSK fait écho à celui de Bill Clinton
LEMONDE.FR | 19.09.11 | 19h35 • Mis à jour le 20.09.11 | 07h58

Les deux affaires sont très différentes mais les actes de contrition télévisuelle se ressemblent étrangement. Dimanche 18 septembre au soir, à peine terminée l'intervention télévisée de Dominique Strauss-Kahn sur le plateau du 20 heures de TF1, beaucoup de commentateurs l'ont déjà relevé : un certain nombre d'éléments de langage employés par l'ancien patron du FMI semblaient faire écho à l'intervention de l'ancien président américain, Bill Clinton, le 17 août 1998.

La déclaration de Bill Clinton, le 17 août 1998

Ce soir-là, l'ancien président démocrate était venu s'expliquer à la télévision, face caméra et devant des millions d'Américains, sur sa relation avec Monica Lewinsky. L'"affaire Lewinsky" – ou le "Monicagate" comme on l'appelait déjà à l'époque –, avait éclaté sept mois auparavant aux Etats-Unis. A cette époque, des rumeurs affirment que Bill Clinton aurait eu, entre 1995 et 1997, des rapports intimes avec une stagiaire de la Maison Blanche, Monica Lewinsky. Le 21 janvier 1998, devant un grand jury et alors qu'il était sous serment, M. Clinton nie les faits.

Mais, le 28 juillet 1998, le procureur en charge de l'enquête, Kenneth Starr, obtient les aveux de Monica Lewinsky en échange de son immunité. En l'espace de quelques jours, l'étau se resserre autour de Bill Clinton, qui se voit obligé de réviser sa stratégie de communication : le 17 août, il s'adresse directement à la Nation pour reconnaître des relations sexuelles avec Monica Lewinsky.

Il est important de noter que l'"affaire Lewinsky", à la différence de l'"affaire DSK" ne comporte aucun volet pénal et qu'il n'y a jamais été question de relation sexuelle contrainte. En ceci, les deux affaires diffèrent complètement ; mais dans les deux cas, les principaux intéressés ont été amenés à faire une acte de repentir public et télévisuel. Dimanche soir, Dominique Strauss-Kahn a ainsi utilisé certaines expressions relevant du champ lexical de la moralité qui rappellent le discours prononcé par Bill Clinton, 13 ans plus tôt.

La déclaration de Dominique Strauss-Kahn, le 18 septembre 2011
L'interview de DSK au 20h : l'intégrale Vidéo jt_tf1_weekend sélectionnée dans Actualité

LA "RELATION INAPPROPRIÉE"

Dès les premiers mots de son entretien avec Claire Chazal, l'ancien patron du FMI reconnaît plus qu'une "relation inappropriée", "une faute" :

DSK : "Ce qui s'est passé, c'est une relation non seulement inappropriée mais plus que ça. Une faute."

Bill Clinton avait alors employé pratiquement les mêmes mots, avec la même syntaxe :

Clinton : "J'ai bien eu une relation avec Mlle Lewinsky, qui n'était pas convenable. En fait, c'était mal." ("I did have a relation with Miss Lewinsky that was not appropriate. In fact, it was wrong")

LES "REGRETS" ENVERS LES PROCHES

M. Strauss-Kahn mentionne ensuite rapidement sa famille et ses proches et dit à quel point il regrette de les avoir fait souffrir. Puis Claire Chazal lui demande si il a eu une "relation tarifée" avec Nafissatou Diallo : DSK répond laconiquement et s'empresse de sortir du volet judiciaire – la prostitution est interdite dans l'Etat de New York – pour revenir sur le volet moral de l'affaire.

DSK : "Une faute vis à vis de ma femme, mes enfants, mes amis. Mais aussi une faute vis à vis des Français qui avaient placé en moi leur espérance de changement."

DSK : "Non, ce n'était pas un rapport tarifé. Est-ce que c'était une faiblesse ? Je crois que c'est plus grave qu'une faiblesse, je crois que c'est une faute morale et je n'en suis pas fier. Et je la regrette infiniment, je l'ai regrettée tous ces jours, au long de ces quatre mois et je crois que je n'ai pas fini de la regretter."

Bill Clinton avait lui aussi insisté pour dire à quel point il regrettait d'avoir entraîné ses proches dans cette affaire. Mais le président faisait alors référence non pas à sa relation avec Mlle Lewinsky, mais au fait d'avoir menti devant un grand jury :

Clinton : "J'ai trompé le public, y compris ma femme. Je le regrette profondément." ("I misled people, including even my wife. I deeply regret that.")

Plus loin, Bill Clinton ne parle pas de fierté, mais de "honte" et dit avoir menti pour "[se] protéger de la honte de [sa] propre conduite" ("to protect myself from the embarrassment of my own conduct")

LES "ATTAQUES TERRIBLES" ET LE TON SOLENNEL

Dominique Strauss-Kahn est également revenu sur son arrestation du 14 mai et sur toute la période d'instruction pendant laquelle presse, commentateurs et analystes politiques ont énormément parlé de l'affaire. Prenant un ton très solennel, il rappelle que lui aussi a "beaucoup perdu" dans l'affaire.

DSK : "Dans cette affaire, j'ai vécu des choses violentes, oui. Des attaques terribles. Et j'ai beaucoup perdu, même si d'autres, dans d'autres circonstances, ont pu parfois perdre plus que moi."

DSK : "Je comprends que cela ait choqué, je l'ai payé lourdement, je le paye toujours. J'ai beaucoup perdu dans cette histoire. Depuis quatre mois, j'ai vu la douleur que j'ai créée autour de moi et j'ai réflechi. J'ai beaucoup réflechi. Et cette légéreté, je l'ai perdu, pour toujours."

Bill Clinton s'en était lui pris à l'enquête menée par le procureur Kenneth Starr. Mais, de la même manière, il ne s'était nullement dédouané : il avait employé un ton solennel et en avait même référé à Dieu :

Clinton : "L'enquête indépendante s'est ensuite étendue à mes collaborateurs et amis, puis à ma vie privée. Et désormais l'enquête elle-même fait l'objet d'une enquête. Ceci a duré trop longtemps, coûté trop cher et blessé trop de personnes innocentes." ("The independent counsel investigation moved on to my staff and friends, then into my private life. And now the investigation itself is under investigation. This has gone on too long, cost too much and hurt too many innocent people.")

Clinton : "Maintenant, cette affaire est entre moi, les deux personnes que j'aime le plus – ma femme et notre fille – et Dieu. Je dois réparer cela et je suis prêt à faire tout ce qui sera nécessaire pour y parvenir." ("Now, this matter is between me, the two people I love most – my wife and our daughter – and our God. I must put it right, and I am prepared to do whatever it takes to do so.")

A la fin de l'entretien sur TF1, Dominique Strauss-Kahn a endossé ses habits d'ancien patron du FMI pour parler de la crise financière mondiale et aussi sans doute rappeler ainsi aux Français qu'il existe des problèmes bien plus sérieux dans le monde actuellement :

DSK : "Je crois que la situation est très sérieuse. Avec le défi écologique, le défi que nous rencontrons dans cette crise est sans doute le plus sérieux pour les générations qui sont présentes et si nous ne réagissons pas vite, dans 25 ans, l'Europe sera une terre de désolation."

A la fin de son discours, Bill Clinton avait alors usé de la même rhétorique, mais avait dit de façon bien plus claire et directe ce qu'a sous-entendu hier M. Strauss Kahn :

Clinton : "Maintenant, il est plus que temps de tourner la page. Nous avons d'importantes questions à résoudre, de réelles opportunités à saisir, de réels problèmes de sécurité à affronter." ("Now it is time – in fact, it is past time to move on. We have important work to do – real opportunities to seize, real problems to solve, real security matters to face")

Hélène Bekmezian
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 9:56

Clinton/DSK: des regrets, des regrets... étrangement ressemblants !


Lors du "Grand Journal" de Canal +, lundi soir, Michel Denisot recevait Tristane Banon et son avocat, David Koubbi .

Un évènement largement commenté, ici et ailleurs, pour ne pas m'y attarder davantage.

Ce qui m'a frappé, plus que le "scoop télévisuel" un peu tapageur que cela représentait, c'est le montage réalisé pour l'émission, soulignant la similitude de propos entre Bill Clinton suite à l'affaire Levinski et DSK lors de son passage sur TF1, dimanche soir.

Souvenez-vous, c'était en 1998 et le président des Etats-Unis présentait ses excuses en direct à la nation américaine pour "sa relation inappropriée" avec la jeune stagiaire Monica Levinski.


On soulignera que ce Monicagate qui faillit entraîner la destitution du président n'a fait l'objet d'aucune procédure pénale dans la mesure où la relation était librement consentie et je dirais même mieux, "souhaitée" par les protagonistes.

Par contre dans les deux affaires qui nous occupent, les principaux intéressés : Clinton et DSK, se sont livrés à un acte public de contrition, en direct à la télévision.

Troublant, quand on écoute les deux interventions, d'entendre, l'un en anglais, l'autre en français, égrener les mêmes arguments et employer des expressions à l'identique pour faire leur mea culpa !

Voici ce que souligne Le Monde.

DSK : "Ce qui s'est passé, c'est une relation non seulement inappropriée mais plus que ça. Une faute."

Clinton : "J'ai bien eu une relation avec Mlle Lewinsky, qui n'était pas convenable. En fait, c'était mal." ("I did have a relation with Miss Levinskithat was not appropriate. In fact, it was wrong")

DSK: "Une faute vis à vis de ma femme, mes enfants, mes amis. Mais aussi une faute vis à vis des Français qui avaient placé en moi leur espérance de changement."

Clinton : "J'ai trompé le public, y compris ma femme. Je le regrette profondément." ("I misled people, including even my wife. I deeply regret that.")

DSK : "Dans cette affaire, j'ai vécu des choses violentes, oui. Des attaques terribles. Et j'ai beaucoup perdu, même si d'autres, dans d'autres circonstances,ont pu parfois perdu plus que moi."

Clinton : "L'enquête indépendante s'est ensuite étendue à mes collaborateurs et amis, puis à ma vie privée. Et désormais l'enquête elle-même fait l'objet d'une enquête. Ceci a duré trop longtemps, coûté trop cher et blessé trop de personnes innocentes." ("The independent counsel investigation moved on to my staff and friends, then into my private life. And now the investigation itself is under investigation. This has gone on too long, cost too much and hurt too many innocent people.")

Jusqu'à la conclusion, pour changer habilement de sujet et revenir sur le terrain des "vraies valeurs politiques" !

DSK : "Je crois que la situation est très sérieuse. Avec le défi écologique, le défi que nous rencontrons dans cette crise est sans doute le plus sérieux pour les générations qui sont présentes et si nous ne réagissons pas vite, dans 25 ans, l'Europe sera une terre de désolation."

Clinton : "Maintenant, il est plus que temps de tourner la page. Nous avons d'importantes questions à résoudre de réelles opportunités à saisir, de réels problèmes de sécurité à affronter ("Now it is time – in fact, it is past time to move on. We have important work to do -real opportunities to seize, real problems to solve, real security matters to face")

Étonnant, isn't it ?


Le Monde.fr
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 11:28

DSK reconnaît une "faute morale"
France 24

Invité du 20h de TF1 dimanche, Dominique Strauss-Kahn a qualifié sa relation avec Nafissatou Diallo de "faute morale" qui lui a fait manquer son rendez-vous avec les Français.

AFP - Quatre mois après son arrestation à New York, Dominique Strauss-Kahn a confessé dimanche lors de sa première interview une "faute morale" qui lui a fait manquer son "rendez-vous avec les Français" mais a fermement nié avoir agressé Nafissatou Diallo et Tristane Banon.

Deux semaines après son retour à Paris, DSK, qui a perdu la direction du FMI et toute chance de concourir à l'élection présidentielle, a répondu sur un ton combatif pendant une vingtaine de minutes aux questions de Claire Chazal sur TF1.

Que s'est-il passé le 14 mai dans la suite 2806 du Sofitel de New York? Vêtu d'un costume sombre, le visage grave, l'ancien patron du FMI, qui n'avait jamais donné sa version de sa rencontre avec Nafissatou Diallo, a admis une relation "non tarifée", une "faute morale dont (il n'est) pas fier" et qu'il n'a "pas fini de regretter".
Etait-ce de sa part un "acte manqué"? "Je ne crois pas à cette thèse psychologisante", a-t-il dit, en la rejetant.

Ce qui s'est passé avec la femme de chambre, dont la crédibilité a été entamée auprès des enquêteurs aux fil des investigations, n'a compris "ni violence, ni contrainte, ni agression, ni aucun acte délictueux", a martelé l'ancien ministre.

Il s'est interrogé sur l'éventuelle motivation financière de la plaignante, qui a entamé une procédure civile toujours en cours aux Etats-Unis. "Je n'ai pas l'intention de négocier" avec elle, a averti DSK, qui s'est attaché à démonter, en s'appuyant à maintes reprises sur le rapport du procureur Cyrus Vance, le témoignage de Mme Diallo.

Dominique Strauss-Kahn n'a pas exclu non plus avoir été victime d'une machination. "Un piège? C'est possibl. Un complot? Nous verrons", a lancé l'ex-directeur général du FMI, s'interrogeant notamment sur l'attitude de la direction du Sofitel.

Il a décrit sa "peur" après son incarcération à la prison de Rikers Island. "Quand vous êtes pris dans les mâchoires de cette machine, vous avez l'impression qu'elle peut vous broyer", a-t-il confié.

Très présente dans cette épreuve, Anne Sinclair, une "femme exceptionnelle" sans laquelle il n'aurait "pas résisté", a reçu un hommage appuyé. "Je lui ai fait du mal, je le sais, je m'en veux", mais "elle n'aurait pas été comme cela à mes côtés, elle ne m'aurait pas soutenu comme cela si, dès la première seconde, elle n'avait pas su que j'étais innocent", a-t-il assuré.

Il a également assuré les femmes de son "respect" et a dit "comprendre leurs réactions". "Je l'ai payé lourdement. Je le paie toujours", a-t-il dit alors qu'une cinquantaine de féministes manifestaient dimanche soir devant le siège de TF1.

Son avenir? "On verra"

Concernant la romancière Tristane Banon, qui l'accuse de tentative de viol en 2003, DSK, récemment interrogé par les policiers français, a là aussi nié tout "acte d'agression". "La version qui a été présentée est une version imaginaire, une version calomnieuse", a-t-il dit.
Après le coup de tonnerre de l'arrestation puis l'ouragan médiatique du retour, DSK, ex-favori de la gauche dans les sondages, a évoqué son avenir politique et son rôle futur.

Sans surprise, M. Strauss-Kahn, 62 ans, a confirmé qu'il ne serait "évidemment pas" candidat à la présidentielle de 2012 mais, désormais débarrassé du devoir de réserve que lui imposaient ses fonctions au FMI, il a dit son "souhait" d'une victoire de la gauche et d'un "succès" de la primaire socialiste.

S'il s'est dit "très sensible" à la présence de son "amie" Martine Aubry durant l'épreuve, Dominique Strauss-Kahn n'apportera son soutien à aucun des six candidats à l'investiture socialiste. Et il n'a pas apporté les excuses à la gauche que réclamait Arnaud Montebourg.

Quant à son avenir immédiat, M. Strauss-Kahn n'a pas annoncé son retrait de la vie politique, souhaité par une majorité de Français selon un sondage, et s'est contenté d'annoncer qu'il allait "se reposer", "prendre le temps de réfléchir. "Mais toute ma vie a été consacrée à essayer d'être utile au bien public et on verra...", a-t-il conclu, sibyllin.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 12:30

Les confessions publiques de DSK ne font pas l'unanimité à gauche
France 24
La première intervention publique de Dominique Strauss-Kahn depuis son interpellation il y a quatre mois à New York a suscité l'indignation des féministes. À gauche, les réactions restent mitigées.
AFP - La prestation télévisée de Dominique Strauss-Kahn a été diversement appréciée lundi dans la classe politique, la gauche manifestant un certain embarras en pleine primaire, la droite observant une certaine discrétion, tandis que les féministes se sont dites "écœurées".

Quatre mois après son arrestation à New York, cette première intervention de Dominique Strauss-Kahn a captivé les Français, réalisant un record d'audience (13,4 millions de téléspectateurs) pour un JT de TF1 depuis les violences urbaines de 2005.

La confession publique d'une "faute morale" n'a pas convaincu l'avocate féministe Gisèle Halimi, jugeant qu'"il s'est mis dans la peau du comédien qui devait être pugnace et incisif". "Ce qui est grave, c'est que chaque fois que la dignité des femmes est en cause comme cela, on tente de faire passer les femmes qui sont de pures victimes pour des affabulatrices", a-t-elle ajouté.

M. Strauss-Kahn a nié fermement dimanche soir avoir agressé la femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York, Nafissatou Diallo, ainsi que la romancière Tristane Banon.

La porte-parole d'Osez le féminisme, Thalia Breton, s'est dite "écœurée", et la présidente de l'association Paroles de femmes, Olivia Cattan, a jugé que les déclarations de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) étaient "lamentables".

A gauche, les soutiens de François Hollande, en tête dans les sondages pour la primaire PS, ont surtout retenu de l'entretien la confirmation par DSK d'un "pacte" entre Martine Aubry et lui, selon lequel ils n'iraient pas l'un contre l'autre dans cette compétition.

"J'ai noté qu'il a mentionné un pacte, pacte que Martine Aubry elle-même niait il y a encore peu de temps. J'ai noté qu'il avait dit lui-même qu'il allait être candidat alors qu'elle nous disait il y a quelque temps qu'il n'y avait rien de fait", a déclaré Pierre Moscovici. Manière de signifier que, pour lui, la maire de Lille est une candidate de substitution.

Distancée dans les sondages par son rival corrézien, Mme Aubry n'a jamais repris à son compte le terme de "pacte", préférant évoquer "une entente politique". Depuis sa déclaration de candidature, elle s'est efforcée de convaincre que DSK et elle n'avaient pas encore décidé qui des deux iraient avant que le "coup de tonnerre" du 14 mai vienne clore l'histoire.

Benoît Hamon, porte-parole du PS et soutien de Mme Aubry, a répliqué que cela faisait "quelques semaines" que la maire de Lille "démontrait qu'elle était tout sauf une candidate par défaut".

Autre candidate à la primaire, Ségolène Royal a dit retenir de l'intervention de l'ex-patron du FMI "l'envie de tourner la page". Au point que si elle était élue à la présidence de la République, elle ne prendrait pas DSK dans son gouvernement.

A droite, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, s'est déclaré "choqué" par les allusions de l'ancien ministre des Finances à un éventuel "complot".

"La théorie du complot, ça va bien, je ne peux accepter les sous-entendus", a-t-il dit, estimant que c'était "extrêmement choquant qu'on vienne rajouter une théorie du complot à tout ce que nous venons de vivre".

"Un piège ? C'est possible, un complot ? Nous verrons", avait lancé dimanche soir Dominique Strauss-Kahn.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé que "cet homme avait le plus grand mépris pour les femmes, à qui il accorde une fonction utilitaire", en ajoutant qu'il avait "menti" sur le contenu du rapport du procureur qui "en aucun cas, n'innocente M. Strauss-Kahn".

Ne croyez-vous pas que cet homme est indigne de tenir une fonction publique influente tant qu'il n'aura pas été faire un tour chez un psy histoire qu'il comprenne que ce qu'il appelle "une faute" est considéré par ses victimes comme une agression pour laquelle elles ont du mal à faire entendre leurs plaintes. C'est David contre Goliath là...sauf que la fronde a de la difficulté à décapiter le géant. NON
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 14:06

Aux états unis il aurait fait une cure de désintox....
Je me pose encore la question du pourquoi de cette intervention alors que cette affaire n'est close que sur le volet pénal avec diallo, mais pas au civil et qu'en france l'attend Tristane banon ...faut il que l'armée de communicants qui l'entoure soit bête au point de croire que cela aurait pu avoir le moindre effet....quel effet d'ailleurs pensaient ils que cela produirait ? Il s'enfonce encore plus

Il aurait mieux valu qu'il reste à l'étranger et se garde de tout commentaire...encore que certains auraient trouvé le moyen de le débusquer voire de regretter son absence, mais au moins cela nous aurait épargné cette mise en scène indécente et sans intéret



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Chasseur de Bibiscus [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MalvilarMalvilarCommandeur
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 14:22

Oh oui Malvi je n'ai pas réagi au tout début de cette histoire mais là je trouve tout cela indécent. De plus, cet homme n'a pas l'air de réaliser le tort qu'il a fait.
Une bataille par médias interposés (oui, ça fait vendre DSK), des personnages politiques qui profitent de faire parler d'eux (quelques voix en plus pour les élections)...Tout ceci m'écoeure.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Mar 20 Sep - 14:25

DSK : quand la télé rejoue la bataille judiciaire
FRANCE INFO - 10:21
DSK sur TF1 dimanche soir. Tristane Banon sur Canal+ le lendemain.
Depuis deux jours, les chaînes se livrent bataille, n’hésitant pas à prendre des allures de prétoires, et mettre les téléspectateurs dans le rôle des jurés. Et les audiences grimpent en flèche...
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Tele_info
Les chaînes de télévision s’arrachent les protagonistes de l’affaire la plus populaire du moment. Et les chiffres leur donnent raison. En rassemblant 13,4 millions de téléspectateurs, TF1 a enregistré un record. Record d’audience, tous programmes confondus, depuis le début de l’année.

Canal+ lui a donc emboîté le pas, en invitant hier soir, celle qui s’était toujours refusé à apparaître à la télévision : Tristane Banon qui a récemment déposé plainte pour tentative de viol, et a annoncé hier qu’elle se porterait partie civile si le parquet décidait de classer l’affaire sans suite. "Quand on accepte de faire enfin cette démarche de porter plainte, ce n’est pas normal qu’on vous crache dessus comme ça, ce n’est pas normal qu’on offre le JT vingt minutes, comme une rock star [à DSK qui est] encore sous le coup de deux procédures dans deux pays".
Résultat de cette contre-attaque médiatique : le Grand Journal de Canal+ a rassemblé 2,11 millions de téléspectateurs, soit une audience proche de du record de la chaîne cette année (2,19 millions lors de la venue de Marine Le Pen dans l’émission).

Et pour damer le pion pour de bon à TF1, c’est iTélé, chaîne d’information du groupe Canal+, qui se targue d’avoir diffusé la première réaction de l’avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson, dès hier 17h. Et c’est bien la concurrence qui en a pris pour son grade. L’avocat new yorkais a vu dans l’interview de l’ancien patron du FMI par "une amie d’Anne Sinclair", un "coup publicitaire". "Tout était préparé, c’était une blague".
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Ven 23 Sep - 13:52

Le parquet de Paris décide une confrontation DSK/Banon
FRANCE INFO
Le parquet de Paris a décidé une confrontation entre Tristane Banon et Dominique Strauss-Kahn, dans le cadre de l’enquête préliminaire. La journaliste/romancière a porté plainte contre DSK pour tentative de viol. L’ancien patron du FMI dément, mais il a fait savoir par ses avocats qu’il était prêt à cette confrontation. La semaine dernière les deux protagonistes s’étaient affrontés par médias interposés.
Ce sera parole contre parole. Le parquet de Paris a décidé de confronter Tristane Banon à Dominique Strauss-Kahn, dans le cadre de l’enquête préliminaire lancée en juillet suite à la plainte de la jeune romancière et journaliste. Elle accuse l’ancien patron du FMI de tentative de viol en 2003.

Hier, Tristane Banon avait justement indiqué qu’elle souhaitait être confrontée à celui qu’elle accuse pour qu’il lui "dise droit dans les yeux" que les faits qu’elle dénonce sont "imaginaires". C’est ce que DSK avait déclaré dimanche dernier sur TF1, assurant qu’"aucune violence" n’avait été portée sur la jeune femme. Il a de son côté porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Dominique Strauss-Kahn a déjà été entendu dans le cadre de cette affaire à son retour de New-York le 4 septembre. Il avait déclaré aux policiers avoir essayé d’embrasser Tristane Banon, mais nié toute agression sexuelle. Alors que la jeune femme explique, elle, qu’en 2003, venue pour une interview, il s’est jeté sur elle, et qu’elle n’a échappé au viol qu’après un pugilat.

Ce matin les avocats de DSK ont fait savoir "au service en charge du dossier qu’il se tenait à sa disposition".

Eviter un classement de l’affaire ?
On ne connaît pas encore la date de cette confrontation. Mais ce qui est sûr c’est que le parquet de Paris va bientôt devoir trancher sur le sort à donner à cette plainte de Tristane Banon.

Deux options sont possibles : ouverture d’une information judiciaire ou classement sans suite. Lundi dernier, Tristane Banon avait indiqué qu’elle contesterait un éventuel classement de cette affaire, en saisissant un juge d’instruction.

Pour que des poursuites soient possibles, il faudrait que la "tentative de viol" soit reconnue, puisque le délai de prescription de ce crime est de dix ans (donc jusqu’en 2013). Alors que le délai de prescription d’une "agression sexuelle" est de trois ans seulement.
Et pour que la "tentative de viol" soit caractérisée, il faut démontrer juridiquement un début d’exécution et pouvoir établir que la tentative a échoué pour une raison indépendante de la volonté de l’auteur.
Une démonstration qui semble bien difficile, huit ans après les faits, et en l’absence d’éléments matériels...

La plainte serait donc sur le point d’être classée, alors pourquoi organiser une confrontation ? Pour la victime présumée. Et puis, certains y verront aussi le moyen de retarder l’échéance de classement de cette affaire.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Sam 24 Sep - 16:12

Tristane Banon «espère» que l'affaire DSK sera jugée par une cour d'assises
20 minutes.fr
Tristane Banon a dit «espérer» que l'affaire DSK sera jugée par une cour d'assises, samedi devant une foule de journalistes et une centaine de manifestants venus la soutenir lors d'un rassemblement à Paris, à l'initiative de la journaliste et d'associations féministes.
«Je suis assez heureuse de voir que la justice suit son cours. Ils ont décidé jusqu'à présent de traiter Monsieur Dominique Strauss-Kahn comme un justiciable comme un autre (...) J'espère que tout ça finira devant une Cour d'assises», a-t-elle déclaré.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Sam 24 Sep - 17:33

Tristane Banon veut un procès aux assises pour l'affaire DSK


Tristane Banon a dit "espérer" que l'affaire DSK sera jugée par une cour d'assises, samedi lors d'un rassemblement à Paris contre le viol, à l'initiative de la journaliste et d'associations féministes.

A l'occasion d'un rassemblement samedi à Paris, à l'initiative d'associations féministes, Tristane Banon a dit, devant des dizaines de journalistes et une centaine de manifestants venus la soutenir, "espérer"que l'affaire DSK serait jugée par une cour d'assises.


Aux côtés de la jeune journaliste, sa mère, Anne Mansouret, ainsi que son avocat David Koubbi étaient présents. Figuraient également la communiste Marie-Georges Buffet, la romancière Christine Angot et des représentantes de plusieurs associations féministes parmi lesquelles Paroles de femme, les Mariannes de la diversité et les Insoumises.

Le parquet de Paris a décidé de confronter Dominique Strauss-Kahn à Tristane Banon, qui l'accuse de tentative de viol en 2003, ce que l'ex-patron du FMI qualifie d'"imaginaires". Tristane Banon y voit un signe encourageant : "Je suis assez heureuse de voir que la justice suit son cours. Ils ont décidé jusqu'à présent de traiter Monsieur Dominique Strauss-Kahn comme un justiciable comme un autre (...) J'espère que tout ça finira devant une Cour d'assises", a-t-elle déclaré. "Evidemment j'ai peur. Evidemment je ne vais pas dormir la veille", a répondu Tristane Banon à des journalistes qui l'interrogeaient sur la perspective de la prochaine confrontation. La jeune femme s'est dite toutefois "convaincue que la justice fera son travail".

Revenant sur les motivations de son combat, Tristane Banon a tenu à mettre les choses au point : "Je n'avais rien à gagner ici. Ni une notoriété dont je ne souhaite à personne de l'avoir, ni de l'argent", a insisté la jeune femme qui a déclaré que si elle gagnait de l'argent, elle le donnerait "à des associations". "J'avais tout à perdre, et à certains égards j'ai tout perdu", a déclaré la jeune femme, très émue, souhaitant "que les choses changent et qu'il n'y ait pas d'autres Tristane Banon car ce n'est pas drôle aujourd'hui d'être Tristane Banon".

News.tf1




AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Sam 24 Sep - 23:04

Tristane Banon- Sa marche contre DSK prévue ce samedi
pipole.net
C’est aujourd’hui, samedi 24 septembre à 14 heures que la marche de soutien à Tristane Banon, la jeune femme qui accuse Dominique Stauss-khan d’agression sexuelle, est organisée.
Cet événement aura lieu au palais de justice de Paris.
Tristane Banon l’avait annoncé sur sa page « Facebook », expliquant que
« Le viol et la violence faite aux femmes ne peuvent être banalisés, l’argent et le pouvoir ne sauraient être au-dessus des lois », écrivait la jeune romancière qui se disait écœurée par l’accueil triomphal réservé à DSK, après son retour de New York, où il était accusé d’agression sexuelle, par une employée d’un hôtel « Sofitel ».
« Je ne peux croire que mon pays accueille en héros un homme qui n’a pas été blanchi… Je sais que plusieurs associations prévoient de se réunir le samedi 24 septembre à 14 heures devant le Palais de justice pour faire entendre leur voix, place Louis-Lépine. Dans les jours à venir, cet appel à la mobilisation se fera plus précis, plus concret », a expliqué Tristane Banon.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Jeu 29 Sep - 6:26

DSK confronté à Tristane Banon ce jeudi matin
20 minutes
ENQUETE - Les enquêteurs utilisent souvent cette méthode lorsque les versions du plaignant et du mis en cause s'opposent...

Dominique Strauss-Kahn doit être confronté ce jeudi à Tristane Banon qui l'accuse de tentative de viol en 2003, un face à face que la romancière a vivement souhaité, concernant des faits que l'ex-patron du FMI a qualifié d'«imaginaires».

Tristane Banon, une écrivaine et journaliste de 32 ans, a porté plainte début juillet contre DSK pour une tentative de viol perpétrée selon elle dans un appartement parisien en février 2003.

«Je voudrais qu'il soit en face de moi et qu'il me dise droit dans les yeux que ce sont des faits 'imaginaires'. Je voudrais le voir me dire ça», avait-elle dit jeudi dernier, à la veille de la décision du parquet de Paris de confronter Dominique Strauss-Kahn à son accusatrice.

Les deux versions s'opposent

Cette confrontation est «une procédure assez classique dans la mesure où les deux versions s'opposent», a expliqué à l'AFP une source policière.

Dominique Strauss-Kahn, qui a fait savoir par ses avocats qu'il se tenait prêt à cette confrontation, a qualifié les faits dénoncés par Tristane Banon de «scène imaginaire». Il a d'ailleurs répliqué à son accusatrice par une plainte en dénonciation calomnieuse, dont l'examen devra attendre l'issue des poursuites engagées par l'écrivain.

Dans sa confession télévisée sur TF1 le 18 septembre, DSK avait affirmé qu'«aucune violence» n'avait été portée sur Tristane Banon. «J'ai été entendu comme témoin. J'ai dit la vérité que dans cette rencontre, il n'y avait eu aucun acte d'agression, aucune violence, je n'en dirai pas plus», avait-il dit.

Lors de son audition, le 12 septembre, par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, DSK avait concédé avoir fait «des avances» à la jeune femme, selon une source proche de l'enquête.

«Je ne vais pas dormir la veille»

Que faut-il attendre de cette confrontation où d'ordinaire, les policiers ou le parquet tentent de miser sur un éventuel choc provoqué par la rencontre? «La plupart du temps, les personnes confrontées maintiennent leur version. Parfois, l'un des deux craque, mais c'est assez rare», raconte une source policière.

DSK et son accusatrice, qui ne seront pas assistés d'un avocat, devraient livrer leur version des faits devant les policiers, qui leur demanderont de s'expliquer sur leurs contradictions.

«Ce sont des instants généralement tendus, qui peuvent donner lieu à des débordements», a précisé cette source.

Tristane Banon a confié samedi lors d'un rassemblement à Paris avoir «évidemment peur» de ce face-à-face. «Evidemment que je ne vais pas dormir la veille», a-t-elle lancé, se disant toutefois «convaincue que la justice fera son travail».

Sa mère, Anne Mansouret, a dit espérer que sa fille «ne se laissera pas impressionner, qu'elle fera face» à DSK.

A l'issue de cette confrontation, les policiers, qui ont entendu une vingtaine de personnes dans ce dossier, dont le socialiste François Hollande, devraient remettre dans les prochains jours leur rapport d'enquête au parquet.

Celui-ci aura trois possibilités: déclarer que les faits sont prescrits, classer sans suite ou bien confier une information judiciaire à un juge d'instruction.

Le parquet n'a aucun délai pour prendre sa décision. Mais en cas de classement, Tristane Banon a de toute façon prévenu qu'elle poursuivrait son combat judiciaire. Dans ce cas, elle déposerait une autre plainte en se constituant «partie civile», ce qui entraînerait automatiquement la désignation d'un juge d'instruction.

«L'affaire n'est visiblement pas prêt de se terminer», a estimé une source proche du dossier.
AnonymousInvité Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110Jeu 29 Sep - 18:00

Tristane Banon sur Tfone dans le journal du 20H,après une confrontation avec DSK celui ci a tout nié en bloc,peut être que l’interview d'une de ces victimes lèvera une zone d'ombre sur tout cela...!!
Wink


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Actu-OneActu-OneAdmin
Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn - Page 18 2110

Contenu sponsorisé Dominique Strauss-Kahn - Page 18 Vide
Revenir en haut Aller en bas

Dominique Strauss-Kahn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Affaire DSK (Dominique Strauss-Khan)» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes» Lambert Mende sur les traces de Dominique Sakombi?» Dominique Sylvain : du polar français» Dominique INGRES - [Pastel]
Page 18 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Galion :: A l'avant :: 
Débats
-
Sauter vers: